Amis des arts et de la culture de Palestine

Le centre Al Rowwad

LE CENTRE AL ROWWAD (les pionniers) situé dans le camp d’AIDA de BETHLEEM est une organisation indépendante,non gouvernementale et n’est affilié à aucun parti politique ni organisation confessionnelle. Il est animé par une équipe de bénévoles soutenue par quelques salariés.

Le Dr. Abdelfatttah Abusrour né dans le camp en est le fondateur et l’animateur passionné.
Abelfattah Abusrour francophone a étudié en France mais est revenu auprès de son peuple après obtention de son doctorat en génie biologique et médical.
Il a créé en 1998 le centre dans une maisonnette sans étage appartenant à sa famille.
Avec le temps le centre s’est agrandi et occupe un batiment de 3 étages. Bien tenu et attirant, le centre compte, outre l’administration, une salle de musique, un jardin d’enfants, une médiathèque, une salle audiovisuelle et photos "Images for life", et une salle des femmes avec fitness et couture (les machines à coudre professionnelles repoussées contre les murs) Une salle est consacrée au futur musée d’objets populaires et traditionnels, récoltés auprès de la population.
La salle de spectacle de taille modeste avec des chaises en plastiques installées sur des gradins et les côtés en fonction de l’arrivée des spectateurs supplémentaires. L’équipement est lui aussi réduit : les projecteurs collés les uns aux autres faute d’accroche (il n’y a que 2 barres, fond et face) et le son manque de matériel de qualité.

Le centre a fêté ses 15 ans d’existence par 2 semaines de manifestations en mars 2013. Nous y étions invités et avons noté la mixité totale, la présence d’une école d’aveugles, la tenue des jeunes filles (beaucoup avec cheveux libres, pantalons moulants), le public jeune ou plus âgé et traditionnel, mais enthousiaste et participant y compris par des improvisations. Le programme alternait spectacles amateurs, lectures, allocutions et un énorme gâteau final.

NB : La salle de spectacles a été dédicacée en présence d’officiels locaux, à Najil al Ali et Jean Claude Ponsin

Le centre est soutenu par l’UNRWA, l’UNDB (autre organisation des Nations Unies) pour l’entretien des locaux mais les frais de fonctionnement et d’équipement sont à la charge des donateurs.

FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Pascal Boniface porte plainte contre la « Brigade juive »

    "Pascal Boniface est soulagé. Sa plainte contre la « Brigade juive » pour dégradations, initialement refusée, vient d’être acceptée" , annonce Nadir Dendoune dans le Courrier de l’Atlas
    « C’est le commissariat du 11è qui m’a appelé pour nous annoncer la bonne nouvelle », témoigne le géopolitologue français, spécialiste de la question israélo-palestinienne et qui est régulièrement la cible d’attaques émanant des mouvements pro-israéliens. « C’est une victoire pour la liberté d’expression et contre les violences (...)

  • Cour Pénale Internationale : face aux Palestiniens, Badinter défend Netanyahou

    La Procureure de la Cour Pénale Internationale, Fatou Bensouda, a annoncé le 20 décembre 2019 son intention d’ouvrir une enquête sur les éventuels crimes de guerre commis depuis juin 2014 en Israël-Palestine. Afin de délimiter son travail d’enquête, la procureure a demandé officiellement à la Cour de préciser que la juridiction de la Cour Pénale Internationale s’applique bien à la Palestine et que le territoire d’enquête comprend la Cisjordanie, Jérusalem Est et Gaza. Fatou Bensouda a également conseillé à (...)

  • Un texte d’Eléonore Bronstein, en soutien à Mohamad Bakri, réalisateur du film "Jénine Jénine" :

    "Modestement, je voudrais exprimer toute ma solidarité avec Mohammad Bakri convoqué aujourd’hui devant un tribunal israélien suite à une plainte d’un ancien soldat d’élite pour diffamation.
    Le tort de Mohammad ? (en plus d’être Palestinien, je veux dire) : avoir réalisé, il y a presque 20 ans, un film documentaire intitulé " Jénine Jénine" dans lequel il exposait des témoignages de survivant.e.s du massacre israélien du camp pendant la répression de la seconde Intifada.
    Il est, depuis, harcelé, empêché de (...)