Amis des arts et de la culture de Palestine

Les Activités du Centre Al Rowwad

L’objectif principal du Centre est de créer un environnement sain pour aider lesjeunes à surmonter l’angoisse engendrée par la violence de l’occupation ( harcèlement , humiliations, manipulations, agressions, arrestations, tortures.. )et trouver un lieu où ils puissent vivre une vie "normalement humaine".
Le centre propose aux jeunes des deux sexes des activités dans divers domaines : spectacle,’arts plastiques, informatique, audio- visuel, langues etc.

POUR LES JEUNES :
- jardin d’enfants et jeux traditionnels,
- musique : chant, instruments variés avec batterie, piano électrique, clarinette, derbouka, flûte, ,
- danse,
- théatre forum sous la direction de Hala, enseignante à l’université de Béthléem.
- art circassien : marionnettes, clown,
- apprentissage des langues ( anglais plus que français)
- stages de vidéo, de photos, de dessin animé :
- dessin, peinture, fresques, mosaïque
et à l’occasion : formation en secourisme etc

POUR LES FEMMES :
Un cycle de formation en coupe et couture ainsi que des journées de perfectionnement ont été l’occasion d’une remise de diplomes. L’équipement est d’un niveau professionnel.Les costumes pour les spectacles sont réalisés sur place.
- des cours de Fitness rencontrent un franc succès.

Pour TOUS :
une bibliothèque est ouverte.

A L EXTERIEUR ,
BELLE RESISTANCE : le camion de la Belle Résistance est chargé de jouets en bois et Murad sillonne la région pour offrir des moments ludiques aux enfants.

LE THEATRE :
le centre a un double visage dans ce domaine. D’une part c’est l’une des activités ludiques proposées aux jeunes comme dans un centre socio- culturel classique ; d’autre part une formation plus rigoureuse de militants – acteurs ou d’artistes professionnels à la recherche d’engagements ? Là est la question ? Abdelfattah a le projet de créer un théâtre, un centre de formation à côté d’Aïda ( mais il existe déjà à Bethléem au moins 2 grandes salles de spectacle). Choix ou cohabitation de ces deux conceptions du théâtre résistant ?

Pour TOUS :
la philosophie du projet est de responsabiliser au maximum les jeunes et de les impliquer dans toutes les étapes du processus de création jusqu’à l’aboutissement et la commercialisation des produits. Les initiatives sont encouragées et accompagnées.Des liens noués avec d’autres structures artistiques ou des médias offrent un territoire de diffusion des productions audio visuelles.

Les formations proposées ouvrent une voie vers la professionalisation et des emplois.
Certains peuvent devenir " auto entrepreneurs" et proposer leurs services en Palestine ; d’autres en s’investissant dans le Centre deviennent animateurs ou formateurs.

Vidéo en français

Vidéo en anglais



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • FESTIVAL DE CANNES : LETTRE D’ARTISTES PALESTINIENS CONCERNANT LEUR REFUS DE PARTICIPER AU FESTIVAL

    Nous, l’équipe de tournage du film ‘Let It Be Morning’ souhaitons faire le communiqué suivant concernant notre décision de ne pas participer au festival de Cannes :
    Nous soutenons notre ami et camarade Eran Kolirin et nous sommes fiers d’avoir participé au projet de film inspiré du roman éponyme de Sayed Kashua ‘Let It Be Morning’. Nous sommes heureux que le film ait été sélectionné à Cannes.
    Ce film est le fruit d’une production collective qui décrit “l’état de siège” que nous vivons comme l’a écrit le (...)

  • La NAKBA continue

    Ayaled Shaked demande l’expulsion de Salah Hamouri
    Le 30 juin 2021, la ministre de l’Intérieur israélienne a annoncé sur les réseaux sociaux avoir signé la révocation du titre de résidence à Jérusalem de Salah Hamouri.
    Cette décision de l’actuelle ministre de l’Intérieur israélienne met à exécution ce que son prédécesseur avait déjà réclamé en septembre 2020. Cette mesure entraînerait une expulsion définitive et l’impossibilité pour Salah de vivre à Jérusalem mais également en Palestine, c’est à dire l’exil (...)

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)