Amis des arts et de la culture de Palestine

STOP AU RÉGIME DE DÉTENTION ADMINISTRATIVE INFLIGÉ AUX PALESTINIENS PAR ISRAËL

Par Les Amis du Théâtre de la Liberté de Jénine

L’arrestation le 11 septembre 2022 de Bilal al-Saadi, président du Freedom Theatre de Jénine, et son placement en détention administrative illustrent la menace qui pèse en permanence sur les Palestiniens et, singulièrement, sur le monde culturel et sur sa liberté d’expression.

Bilal al-Saadi a été arrêté à un barrage routier de l’armée israélienne en allant de Ramallah à Jénine, en Cisjordanie occupée, après avoir rencontré le ministre palestinien de la Culture et participé à l’Assemblée Générale du réseau palestinien des arts vivants. Il a été entendu le lendemain sans qu’aucun chef d’accusation ne soit formulé à son égard et sans qu’aucune charge ne soit retenue contre lui. Il est désormais en détention administrative et n’a pas droit à un procès lui permettant de se défendre.

Parmi les milliers de prisonniers palestiniens, plusieurs centaines (plus de 700 actuellement) dont Salah Hamouri, avocat franco-palestinien, sont enfermés comme lui dans les prisons israéliennes sous le régime de la détention administrative ; ni eux ni leur avocat n’ont le droit de connaître le motif de cette détention. Leur temps de détention – de 3 à 6 mois initialement – est renouvelable au gré du bon vouloir des autorités militaires qui gèrent l’occupation illégale de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est. La détention administrative est un système criminel hérité du mandat britannique. Le Royaume-Uni avait créé cette procédure pour mater la révolte des Irlandais en 1916 et l’a ensuite étendue à tout son empire.

L’arbitraire israélien, qui règne en maître, porte atteinte à tous les aspects de la vie - famille, travail, sport, culture. Il utilise la détention administrative pour étouffer les voix palestiniennes, notamment celles des artistes. Lorsque celles et ceux qui animent la vie culturelle peuvent à tout moment subir une arrestation, comment les activités concernées – théâtre, musique, ateliers de formation artistique -peuvent-elles se poursuivre ? Comment fidéliser le public, gérer les locaux et l’équipement, assurer des conditions correctes au personnel technique, une stabilité aux comédiens et comédiennes ?

En Palestine, et en particulier dans les camps de réfugiés, les familles vivent dans une inquiétude attisée par les incursions violentes et répétées de l’armée israélienne. Les enfants souffrent souvent de problèmes psychiques. Or, les arts vivants permettent de rompre avec un isolement physique et mental oppressant. Ils sont un élément de cohésion sociale et de résistance à l’occupation. Dans le camp de réfugiés de Jénine, le Théâtre de la Liberté (Freedom Theatre), qui a vu ses membres souffrir maintes fois de la détention administrative, doit pouvoir continuer à créer, à offrir des spectacles aux habitants du camp et de la ville, à animer des ateliers de théâtre pour enfants, à assurer le cursus de trois ans de son école de théâtre. La troupe doit avoir la liberté de se déplacer librement dans tout le pays ainsi qu’à l’étranger, où elle porte la voix d’une Palestine qui veut être libre.

Les signataires s’élèvent contre le régime inique de la détention administrative et attendent du gouvernement français qu’il intervienne auprès des autorités israéliennes pour qu’elles y mettent fin.

Publication Facebook du Freedom Theatre 22 septembre 2022 :

Bilal Al-Saadi Le président du théâtre de la liberté a été condamné à 6 mois de détention administrative par Israël - une peine d’emprisonnement sans procès ni inculpation, qui peut être renouvelée à plusieurs reprises. Les artistes palestiniens continuent d’être censurés, emprisonnés et attaqués. Nous avons besoin de votre aide
Signez la Pétition

Documents à télécharger

  Affiche Lancement
  Logo CTP


FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Des figures de proue du théâtre britannique accusent de Maccarthysme le prix européen de théâtre des temps modernes

    Un prix couronnant l’œuvre de toute une vie, attribué à Caryl Churchill, retiré pour son soutien aux Palestiniens. Ce retrait donne lieu à une intervention importante de plus de 170 acteurs, metteurs en scène et écrivains.
    Plus de 170 acteurs, écrivains et metteurs en scène ont accusé de « Maccarthysme moderne » le jury du Prix 2022 du théâtre européen décerné en Allemagne, après qu’il a retiré le Prix de l’œuvre d’une Vie à la dramaturge britannique de renom Caryl Churchill pour son soutien aux droits des (...)

  • Le Forum des échecs palestinien à la FIDE : Déplacez le championnat du monde d’échecs par équipes de Jérusalem-Est occupée

    Le Forum des échecs palestinien du camp de réfugiés de Chatila appelle la Fédération internationale des échecs à déplacer le tournoi de Jérusalem-Est palestinienne occupée par Israël. Chère Fédération internationale des échecs et équipes participantes du Championnat du monde par équipes 2022,
    Nous vous écrivons depuis le Forum palestinien d’Échecs du camp de réfugiés palestiniens de Chatila au Liban pour demander instamment à la Fédération internationale des échecs (FIDE) de ne pas organiser le Championnat du (...)

  • En Cisjordanie occupée, le casse-tête des restrictions de séjour pour les étrangers

    De nouvelles restrictions d’entrée et de séjour pour les étrangers entrent en vigueur jeudi en Cisjordanie occupée, dans un contexte particulièrement tendu. Critiquées par les organisations de défense des droits humains, ces mesures israéliennes inquiètent également l’administration américaine.
    C’est une nouvelle procédure administrative particulièrement controversée qui entre en vigueur jeudi 20 octobre pour les étrangers souhaitant résider, travailler, étudier ou encore faire du bénévolat en Cisjordanie (...)