Amis des arts et de la culture de Palestine

Le projet initial : un brillant succès... abandonné !

Les Amis d’Al Rowwad a présenté à la Fondation Anna Lindh en mars 2007 une demande de subvention pour un festival de théâtre impliquant quatre troupes françaises, dans 6 villes de Cisjordanie. Autant dire un projet très ambitieux !

Réponse positive de la Fondation pour une subvention de 44 000 €, non pas en mai comme attendu, mais fin... août ! Les acteurs artistiques de ce projet n’ont pas pu attendre aussi longtemps une confirmation de ce projet, et n’était donc plus disponibles. Comme aucune demande de modification du projet n’a été acceptée, tout a été annulé.

Nous vous proposons ici le dossier de présentation utilisé dans le cadre de cette recherche de subventions.

Introduction

Le présent projet est monté à la demande de partenaires culturels en Palestine, qui font face à un isolement international croissant, à un réseau culturel national très morcelé et à une situation politique pour le moins défavorable à la culture en général. Le projet se décline selon deux axes :

  • le renforcement structurel du réseau culturel en Palestine, localement entre les acteurs culturels eux-mêmes et entre ces derniers et la société civile, et à l’international pour tisser des liens entre acteurs culturels palestiniens et intervenants culturels des pays européens ou du bassin méditerranéen ;
  • l’enrichissement de la pratique artistique et la professionnalisation de techniciens, par le biais d’ateliers d’échange/formation ainsi que la production et la commercialisation de biens culturels.

Suite à l’édition 2006 qui a eu lieu en France et en Belgique, l’édition 2007, objet de cette proposition, se déroulera en octobre 2007, après le ramadan, dans six villes de Cisjordanie. Quatre troupes de théâtre tourneront simultanément sur ces six villes pour proposer des représentations théâtrales, des ateliers de formation, et des séances d’échange avec les jeunes, sur une durée de 15 jours. Le projet s’inscrit dans la durée, sous la forme d’un festival de théâtre renouvelé chaque année selon un principe d’échange et de collaboration : les années paires, la Palestine vient en Europe, les années impaires des troupes européennes et du bassin méditerranéen viennent en Palestine.

Nous ne souhaitons pas nous limiter à Jérusalem ou Ramallah, capitale culturelle de Cisjordanie. Ce festival doit bénéficier à toutes les populations, et surtout aux plus défavorisées : les habitants des villes isolées (Jénine, Naplouse...), ceux des camps de réfugiés, les mineurs, qui représente 52 % de la population.

Documents à télécharger

  Dossier projet initial du festival 2007 de th


FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • L’annexion ne concerne pas seulement le vol de terres – elle expulse les Palestiniens

    Ce que la communauté internationale considère comme une démarche illégale sous occupation est en fait une autre étape du projet colonial de peuplement vieux d’un siècle.
    Pour de nombreux lecteurs des sites d’information grand public ces dernières semaines, il peut sembler qu’Israël se prépare à mettre en œuvre un plan drastique d’annexion de la Cisjordanie occupée, suite à l’accord de coalition du nouveau gouvernement israélien et au soi-disant « Deal du siècle » des États-Unis.
    Mais les Palestiniens (...)

  • Ce que vous devez savoir sur l’enquête de la CPI sur les crimes de guerre en Palestine occupée

    Fatou Bensouda, procureur en chef de la Cour pénale internationale (CPI), a, une fois pour toutes, levé les doutes sur la compétence de la Cour pour enquêter sur les crimes de guerre commis en Palestine occupée.
    Le 30 avril, Bensouda a publié un document de 60 pages établissant dans le détail les bases juridiques de cette décision, concluant que « l’Accusation a soigneusement examiné les observations des participants, et reste d’avis que la Cour a compétence sur le Territoire palestinien occupé ». (...)

  • La Haute Cour de justice israélienne : un leurre, dénonce Gideon Levy

    Dans un article intitulé "Où a été la Haute Cour de justice jusqu’ici ?", Gidéon Levy s’attaque à ceux qui essaient de faire passer cette dernière pour un parangon de justice et Israël pour une démocratie.
    "La Haute Cour de justice est l’un des stratagèmes les plus intelligents d’Israël. Rien ne vaut la Haute Cour pour incarner Israël tel qu’il souhaite être vu : éclairé, constitutionnel, démocratique. La Haute Cour est son Dôme de fer en matière de démocratie. S’il y a des injustices, la Haute Cour les (...)