Amis des arts et de la culture de Palestine

18 au 26 juillet : Al Rowwad dans le grand sud ouest

Libourne
Après une après midi autour d’un petit lac, Omar et l’association Repère nous ramène à la salle des fêtes de Libourne qui ressemble bien à une immense salle de bal, avec haut plafond et lustres kitch. Au final, une très belle soirée, avec la bonne surprise de voir plus de 350 personnes dans la salle, encore une fois mélangeant tout type de public. Ici encore, nous sommes frappés par la chaleur de l’accueil des familles, leur disponibilité, leur générosité.

Bordeaux
La journée commence à Bordeaux, sur la place des victoires, pour une démonstration de dabka afin de faire la promotion de la soirée le soir même à Villenave d’Ormont. La salle de spectacle est très belle, 120 personnes répondent présentes, malgré la date avancée dans le calendrier estival et le soleil tout aussi estival. Nous retrouvons tardivement les familles.

Les corbières
Une ambiance "irréductibles gaulois" flotte sur les Corbières, grâce au dynamisme intelligent de l’ADCO. Nous dînons avec les habitants du village de Villerouge-Termenes, autour de deux barbecues géants. Les jeunes d’Al Rowwad se mélangent (un peu) avec le groupe cosmopolite du chantier de jeunes Concordia, autour des feux alimentés avec des cèpes de vigne, dans un mélange de chant, de danse et de rire.

Nous jouons le lendemain 22 juillet à Albière, dans le cadre du Festival des Musiques du Monde, comme en 2006. Ambiance festival, entre reggae et fromage de chèvre. Performance des techniciens qui montent la scène en 3h uniquement, et nous pouvons donc jouer vers 21h00 sous le chapiteau avec plus de 300 personnes en public.

Le lendemain, journée détente autour d’un petit lac à Massac : salade et sardines grillées, pour la plus grande joie des enfants, qui ne les connaissaient pour la plupart pas sous cette forme. Le camp d’Aïda n’est pourtant qu’à 30 Km de la mer, mais le poisson frais franchit difficilement le mur de séparation...

Lavaur
C’est le MRAP qui nous reçoit à Lavaur, mais nous rencontrons surtout des individus solidaires et généreux. La salle de la Halle aux Grains est encore chaude en début de soirée, et c’est dans une ambiance surchauffée que la représentation se déroule devant 150 personnes, le vidéo projecteur demandant grâce pendant le spectacle. Une table espagnole à l’extérieur nous permet ensuite de profiter des spectateurs et des organisateurs. Le pari risqué pour les organisateurs de monter cette étape en moins de 30 jours est gagné, y compris financièrement !



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • FESTIVAL DE CANNES : LETTRE D’ARTISTES PALESTINIENS CONCERNANT LEUR REFUS DE PARTICIPER AU FESTIVAL

    Nous, l’équipe de tournage du film ‘Let It Be Morning’ souhaitons faire le communiqué suivant concernant notre décision de ne pas participer au festival de Cannes :
    Nous soutenons notre ami et camarade Eran Kolirin et nous sommes fiers d’avoir participé au projet de film inspiré du roman éponyme de Sayed Kashua ‘Let It Be Morning’. Nous sommes heureux que le film ait été sélectionné à Cannes.
    Ce film est le fruit d’une production collective qui décrit “l’état de siège” que nous vivons comme l’a écrit le (...)

  • La NAKBA continue

    Ayaled Shaked demande l’expulsion de Salah Hamouri
    Le 30 juin 2021, la ministre de l’Intérieur israélienne a annoncé sur les réseaux sociaux avoir signé la révocation du titre de résidence à Jérusalem de Salah Hamouri.
    Cette décision de l’actuelle ministre de l’Intérieur israélienne met à exécution ce que son prédécesseur avait déjà réclamé en septembre 2020. Cette mesure entraînerait une expulsion définitive et l’impossibilité pour Salah de vivre à Jérusalem mais également en Palestine, c’est à dire l’exil (...)

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)