Amis des arts et de la culture de Palestine

"Nous sommes les enfants du camp" en DVD

Ce DVD contient la pièce de théâtre "Nous sommes les enfants du camp" qui a été présentée lors de la tournée 2006 en France et en Belgique, dans plus de 25 villes.

Le film est la captation du spectacle lors de la représentation du 25 juin 2006 au théâtre de l’Epée de Bois, à la Cartoucherie.

>>> acheter le DVD dans la boutique

Ecrite et mise en scène par Abdelfattah Abou Srour, directeur du centre culturel Al Rowwad, la pièce retrace l’histoire du peuple palestinien depuis le début de la « Naqba », en 1948, jusqu’aujourd’hui.

« Naqba », en arabe, signifie « la catastrophe », « le désastre » ou encore « le malheur » et désigne la fuite en exil de toute une partie des Palestiniens lors des massacres et expulsions qui ont accompagné la naissance de l’Etat d’Israël. Le récit avance au rythme des grandes étapes du conflit israélo-palestinien : les guerres d’Israël, les deux Intifadas et les tentatives d’accords internationaux qui ont égrené cette histoire, soulevant d’innombrables espoirs toujours déçus. C’est par le prisme de la vie quotidienne sans cesse bouleversée de ces réfugiés, que le spectateur se familiarise, au gré de danses traditionnelles et de chants, avec l’histoire douloureuse de cette région. Tour à tour, les enfants incarnent les rôles de leurs grands-parents, puis de leurs parents et enfin mettent en scène leur vie au quotidien dans le camp d’Aïda. Une vie qui continue, vaille que vaille, dans la résistance.
Nous sommes loin des livres d’histoire, des articles d’experts ou du décompte quotidien des victimes et des échecs politiques auxquels beaucoup n’offrent plus qu’une oreille distraite. Pour Abdelfattah Abou Srour, ce projet répond à deux nécessités fondamentales : promouvoir une résistance pacifique par la culture et l’épanouissement des talents de chacun, et, de ce fait, témoigner de leur vie, de leur combat et de leurs talents créatifs hors de la Palestine.

« Nous sommes les enfants du camp » a été présentée pour la première fois en Suède et au Danemark lors d’une tournée de trois semaines en 2000, puis en Palestine, en France en 2003 et en 2006, aux Etats-Unis et en Egypte en 2005, rencontrant partout un succès indéniable.

>>> acheter le DVD dans la boutique



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • L’annexion ne concerne pas seulement le vol de terres – elle expulse les Palestiniens

    Ce que la communauté internationale considère comme une démarche illégale sous occupation est en fait une autre étape du projet colonial de peuplement vieux d’un siècle.
    Pour de nombreux lecteurs des sites d’information grand public ces dernières semaines, il peut sembler qu’Israël se prépare à mettre en œuvre un plan drastique d’annexion de la Cisjordanie occupée, suite à l’accord de coalition du nouveau gouvernement israélien et au soi-disant « Deal du siècle » des États-Unis.
    Mais les Palestiniens (...)

  • Ce que vous devez savoir sur l’enquête de la CPI sur les crimes de guerre en Palestine occupée

    Fatou Bensouda, procureur en chef de la Cour pénale internationale (CPI), a, une fois pour toutes, levé les doutes sur la compétence de la Cour pour enquêter sur les crimes de guerre commis en Palestine occupée.
    Le 30 avril, Bensouda a publié un document de 60 pages établissant dans le détail les bases juridiques de cette décision, concluant que « l’Accusation a soigneusement examiné les observations des participants, et reste d’avis que la Cour a compétence sur le Territoire palestinien occupé ». (...)

  • La Haute Cour de justice israélienne : un leurre, dénonce Gideon Levy

    Dans un article intitulé "Où a été la Haute Cour de justice jusqu’ici ?", Gidéon Levy s’attaque à ceux qui essaient de faire passer cette dernière pour un parangon de justice et Israël pour une démocratie.
    "La Haute Cour de justice est l’un des stratagèmes les plus intelligents d’Israël. Rien ne vaut la Haute Cour pour incarner Israël tel qu’il souhaite être vu : éclairé, constitutionnel, démocratique. La Haute Cour est son Dôme de fer en matière de démocratie. S’il y a des injustices, la Haute Cour les (...)