Amis des arts et de la culture de Palestine

"Nous sommes les enfants du camp" en DVD

Ce DVD contient la pièce de théâtre "Nous sommes les enfants du camp" qui a été présentée lors de la tournée 2006 en France et en Belgique, dans plus de 25 villes.

Le film est la captation du spectacle lors de la représentation du 25 juin 2006 au théâtre de l’Epée de Bois, à la Cartoucherie.

>>> acheter le DVD dans la boutique

Ecrite et mise en scène par Abdelfattah Abou Srour, directeur du centre culturel Al Rowwad, la pièce retrace l’histoire du peuple palestinien depuis le début de la « Naqba », en 1948, jusqu’aujourd’hui.

« Naqba », en arabe, signifie « la catastrophe », « le désastre » ou encore « le malheur » et désigne la fuite en exil de toute une partie des Palestiniens lors des massacres et expulsions qui ont accompagné la naissance de l’Etat d’Israël. Le récit avance au rythme des grandes étapes du conflit israélo-palestinien : les guerres d’Israël, les deux Intifadas et les tentatives d’accords internationaux qui ont égrené cette histoire, soulevant d’innombrables espoirs toujours déçus. C’est par le prisme de la vie quotidienne sans cesse bouleversée de ces réfugiés, que le spectateur se familiarise, au gré de danses traditionnelles et de chants, avec l’histoire douloureuse de cette région. Tour à tour, les enfants incarnent les rôles de leurs grands-parents, puis de leurs parents et enfin mettent en scène leur vie au quotidien dans le camp d’Aïda. Une vie qui continue, vaille que vaille, dans la résistance.
Nous sommes loin des livres d’histoire, des articles d’experts ou du décompte quotidien des victimes et des échecs politiques auxquels beaucoup n’offrent plus qu’une oreille distraite. Pour Abdelfattah Abou Srour, ce projet répond à deux nécessités fondamentales : promouvoir une résistance pacifique par la culture et l’épanouissement des talents de chacun, et, de ce fait, témoigner de leur vie, de leur combat et de leurs talents créatifs hors de la Palestine.

« Nous sommes les enfants du camp » a été présentée pour la première fois en Suède et au Danemark lors d’une tournée de trois semaines en 2000, puis en Palestine, en France en 2003 et en 2006, aux Etats-Unis et en Egypte en 2005, rencontrant partout un succès indéniable.

>>> acheter le DVD dans la boutique



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Flottille vers Gaza : la procureure de la CPI réitère son refus de poursuivre Israël

    La procureure de la Cour pénale internationale (CPI) a réaffirmé lundi qu’il n’y avait pas matière à poursuivre Israël pour le raid meurtrier contre une flottille humanitaire à destination de Gaza en mai 2010.
    La décision de la procureure Fatou Bensouda survient trois mois après que la CPI lui a ordonné, pour la deuxième fois, de réexaminer la nécessité ou non de poursuivre Israël.
    "Il n’y a toujours pas de base raisonnable pour ouvrir une enquête", a déclaré Mme Bensouda à la Cour, dans un document (...)

  • Pourquoi j’ai intenté un procès à l’UE pour son commerce avec les colonies de peuplement

    Je fais partie d’un groupe de sept personnes qui ont intenté un procès à l’exécutif de l’Union européenne pour son commerce avec des colonies de peuplement dans des territoires sous occupation militaire.
    Il peut sembler étrange que nous ayons agi ainsi au même moment où le plus haut tribunal de l’UE statuait que tous les produits en provenance des colonies d’Israël en Cisjordanie et sur le plateau du Golan devaient être étiquetés avec précision.
    Toutefois, il faut souligner qu’en dépit de ce verdict, (...)

  • « Soumaya présente le point de vue des victimes de l’état d’urgence »

    Premier film à revenir sur les dégâts humains de l’état d’urgence instauré au lendemain des attentats de novembre 2015 à Paris, Soumaya n’a pas encore trouvé de distributeur.
    Soumaya est cadre dans une entreprise responsable de la sécurité de l’aéroport Charles de Gaulle. Musulmane, mère d’une petite fille, elle voit du jour au lendemain sa vie bouleversée lorsqu’elle est licenciée après avoir subi une perquisition administrative.
    Sur la base d’une dénonciation anonyme sans doute due à un collègue envieux, (...)