Amis des arts et de la culture de Palestine

"Nous sommes les enfants du camp" en DVD

Ce DVD contient la pièce de théâtre "Nous sommes les enfants du camp" qui a été présentée lors de la tournée 2006 en France et en Belgique, dans plus de 25 villes.

Le film est la captation du spectacle lors de la représentation du 25 juin 2006 au théâtre de l’Epée de Bois, à la Cartoucherie.

>>> acheter le DVD dans la boutique

Ecrite et mise en scène par Abdelfattah Abou Srour, directeur du centre culturel Al Rowwad, la pièce retrace l’histoire du peuple palestinien depuis le début de la « Naqba », en 1948, jusqu’aujourd’hui.

« Naqba », en arabe, signifie « la catastrophe », « le désastre » ou encore « le malheur » et désigne la fuite en exil de toute une partie des Palestiniens lors des massacres et expulsions qui ont accompagné la naissance de l’Etat d’Israël. Le récit avance au rythme des grandes étapes du conflit israélo-palestinien : les guerres d’Israël, les deux Intifadas et les tentatives d’accords internationaux qui ont égrené cette histoire, soulevant d’innombrables espoirs toujours déçus. C’est par le prisme de la vie quotidienne sans cesse bouleversée de ces réfugiés, que le spectateur se familiarise, au gré de danses traditionnelles et de chants, avec l’histoire douloureuse de cette région. Tour à tour, les enfants incarnent les rôles de leurs grands-parents, puis de leurs parents et enfin mettent en scène leur vie au quotidien dans le camp d’Aïda. Une vie qui continue, vaille que vaille, dans la résistance.
Nous sommes loin des livres d’histoire, des articles d’experts ou du décompte quotidien des victimes et des échecs politiques auxquels beaucoup n’offrent plus qu’une oreille distraite. Pour Abdelfattah Abou Srour, ce projet répond à deux nécessités fondamentales : promouvoir une résistance pacifique par la culture et l’épanouissement des talents de chacun, et, de ce fait, témoigner de leur vie, de leur combat et de leurs talents créatifs hors de la Palestine.

« Nous sommes les enfants du camp » a été présentée pour la première fois en Suède et au Danemark lors d’une tournée de trois semaines en 2000, puis en Palestine, en France en 2003 et en 2006, aux Etats-Unis et en Egypte en 2005, rencontrant partout un succès indéniable.

>>> acheter le DVD dans la boutique



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • FESTIVAL DE CANNES : LETTRE D’ARTISTES PALESTINIENS CONCERNANT LEUR REFUS DE PARTICIPER AU FESTIVAL

    Nous, l’équipe de tournage du film ‘Let It Be Morning’ souhaitons faire le communiqué suivant concernant notre décision de ne pas participer au festival de Cannes :
    Nous soutenons notre ami et camarade Eran Kolirin et nous sommes fiers d’avoir participé au projet de film inspiré du roman éponyme de Sayed Kashua ‘Let It Be Morning’. Nous sommes heureux que le film ait été sélectionné à Cannes.
    Ce film est le fruit d’une production collective qui décrit “l’état de siège” que nous vivons comme l’a écrit le (...)

  • La NAKBA continue

    Ayaled Shaked demande l’expulsion de Salah Hamouri
    Le 30 juin 2021, la ministre de l’Intérieur israélienne a annoncé sur les réseaux sociaux avoir signé la révocation du titre de résidence à Jérusalem de Salah Hamouri.
    Cette décision de l’actuelle ministre de l’Intérieur israélienne met à exécution ce que son prédécesseur avait déjà réclamé en septembre 2020. Cette mesure entraînerait une expulsion définitive et l’impossibilité pour Salah de vivre à Jérusalem mais également en Palestine, c’est à dire l’exil (...)

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)