Amis des arts et de la culture de Palestine

Le CRIF s’en prend aux enfants d’Al Rowwad

Dès le début du mois de juillet, le Conseil Représentatif des Institutions Juives de France (CRIF) a entamé une vigoureuse campagne de dénigrement contre la tournée de la troupe des enfants palestiniens d’Al Rowwad.

Lettres aux maires, aux députés, aux élus locaux, intervention des Renseignements Généraux, la campagne s’est voulue d’emblée nationale : Cenon, Brive la gaillarde, Vaulx-en-Velin et Briançon nous ont signalé dès les premiers jours des tentatives d’intimidation du CRIF pour faire annuler les représentations de la pièce « Nous sommes les enfants du camp ».

Les méthodes sont connues : « pièce antisémite », « menace pour l’ordre public », « proximité idéologique avec le Hamas », « activités anti-républicaines », tout y est passé, amalgames faciles et fantasmes grossiers.

Reste que certains élus locaux, face à une pression médiatique de plus en plus dure, se sont effrayés d’être marqués du sceau de l’antisémitisme, alors qu’ils n’ont fait qu’apporter leur soutien à une troupe de théâtre prônant une résistance non violente à l’occupation militaire israélienne.

A Cenon, près de Bordeaux, le Conseil municipal, qui avait fait annuler les représentations à la demande du préfet de Gironde, a dû se plier à l’injonction du Tribunal Administratif : le spectacle a bien eu lieu, la liberté d’expression a finalement eu gain de cause.(voir article).

A Brive la Gaillarde, toujours suite aux pressions du CRIF, les Renseignements Généraux ont menés une enquête approfondie auprès de la mairie et des associations locales : lls ont donné leur accord, ne recoupant aucune des calomnies du CRIF.

Que le CRIF combatte les associations de soutien à la Palestine n’est pas surprenant, leur appartenance idéologique n’est plus à démontrer, et il est malheureux de constater que la défense des Juifs de France est aux mains de défenseurs acharnés de la politique colonialiste d’Israël.

Par contre, que le CRIF tente de bâillonner des enfants palestiniens, victimes de l’occupation armée de leur pays, est écœurant. Ces enfants ont tous subi les affres de la violence : parents décédés suite à des interventions militaires, parents humiliés par l’armée aux checkpoints, amis tués ou handicapés par les grenades lacrymogènes ou les balles en caoutchouc de l’armée israélienne...
Et en dépit de tout, ils viennent en France proclamer leur volonté de résister pacifiquement, par le théâtre, par la danse, par la musique, par la défense de la culture et de l’âme du peuple palestinien, pour qu’il ne sombre pas dans l’oubli pur et simple.

C’est ce message que le CRIF a tenté de faire interdire, en agitant l’épouvantail du Hamas et de l’antisémitisme. La défense de la culture palestinienne fait-elle donc si peur au CRIF ?



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Les évadés palestiniens sont des combattants de la liberté

    Les six prisonniers palestiniens évadés sont les combattants de la liberté les plus audacieux qu’on puisse imaginer. Les Israéliens qui ont du mal à l’admettre feraient bien de se rappeler de nombreux films et séries télévisées qu’ils ont vus : S’évader de prison est la parfaite "fin heureuse". L’Acre Prison Break de 1947 - dans lequel des membres de l’Irgun, la milice clandestine pré-étatique dirigée par Menachem Begin, ont fait irruption dans la prison de la ville pour libérer les membres de la milice (...)

  • Des Juifs Européens pour une Paix Juste

    Le réseau des Juifs Européens pour une Paix Juste (EJJP en anglais, JEPJ en français), dont l’UJFP est membre, s’est vu refuser par la Commission Européenne la participation à un comité consultatif sur la stratégie à adopter pour lutter contre l’antisémitisme et favoriser une vie juive en Europe. Après plusieurs échanges de lettres avec les autorités de la Commission qui n’ont donné en réponse aucune explication à leur refus, une lettre ouverte a été rédigée le 5 juillet afin de faire connaître publiquement (...)

  • « PayPal collabore avec l’Anti-Defamation League, un important groupe de pression israélien, pour enquêter sur la manière dont les « mouvements extrémistes et haineux » collectent des fonds.

    Et avec les efforts de grande envergure de ce groupe de pression pour étiqueter le soutien aux droits des Palestiniens comme une forme de fanatisme anti-juif, cela pourrait être un autre moyen pour le secteur privé de censurer et d’entraver les militants antiracistes afin de protéger Israël.
    L’ADL se fait passer pour un groupe de défense des droits civiques tout en sapant systématiquement les mouvements de justice sociale et a ainsi dénoncé à plusieurs reprises les militants noirs pour avoir exprimé (...)