Amis des arts et de la culture de Palestine

Cenon : force reste à la loi républicaine

Le Conseil Municipal de Cenon, qui avait voté une aide financière ainsi que la mise à disposition de la salle Simone Signoret de Cenon, est revenu sur cette décision à la demande du préfet de Gironde, Mr Idrac. Les deux représentations prévues se sont vues annulées le 28 juin 2006, soit 5 jours avant la date du premier spectacle.

Article Sud Ouest du 30 juin 2006

Sud Ouest publiera un article étonnamment complaisant le soir même, les déclarations mensongères de l’élu communiste Max Guichard étant mises en avant. On notera aussi le courage de Mr Patrick Duval, président du festival Musique de Nuit...

Mr Idrac, représentant de la République Française, a donc accepté la demande du CRIF sans aucune vérification, sans mettre en doute un instant le bien-fondé des propos dénigrants du CRIF sur la pièce, sur son metteur en scène, Mr Abdelfatah Abou Srour, et sur les associations de soutien à la Palestine. Il lui suffisait pourtant de regarder quelques pages sur Internet : le texte de la pièce est en ligne, qui montre clairement le message de résistance non violente prôné par Al Rowwad, la position politique par rapport au Hamas de Mr Abou Srour, qui n’a pas même pas voté pour le Hamas, les propos des Amis d’Al Rowwad qui soutiennent une résistance par la culture.

Devant cette annulation, le Comité Action Palestine, association locale organisatrice sur la Gironde, et les Amis d’Al Rowwad, coordinateur national de la tournée, ont déposé un référé en urgence près le tribunal de Bordeaux ce mercredi 5 juillet. Le jugement a été sans appel : pour manquement grave à la liberté d’expression, le tribunal a ordonné la mise à disposition de la salle Simone Signoret, ainsi que le versement de la subvention initiale.

M
Communiqu
Synth

Le CRIF peut se prévaloir de relais puissant, au gouvernement ou bien dans les partis politiques, de gauche comme de droite, mais n’est toujours pas au-dessus des lois de la République Française.

Le lendemain, après quelques recherches pourtant simples à faire, les journalistes ont compris : le soufflet du CRIF retombait.

Article Sud Ouest du 6 juillet 2006

Cette histoire est un cas exemplaire où la défense d’un régime sioniste croise la peur d’être épinglé comme antisémite. Combattre l’occupation militaire des territoires palestiniens comme le fait le centre culturel Al Rowwad est un acte républicain, découlant naturellement des idéaux de la France républicaine et de la déclaration des Droits de l’Homme.

Documents à télécharger

  Communiqu
  Communiqu
  Synth
  Article Sud Ouest du 6 juillet 2006
  M


FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Les évadés palestiniens sont des combattants de la liberté

    Les six prisonniers palestiniens évadés sont les combattants de la liberté les plus audacieux qu’on puisse imaginer. Les Israéliens qui ont du mal à l’admettre feraient bien de se rappeler de nombreux films et séries télévisées qu’ils ont vus : S’évader de prison est la parfaite "fin heureuse". L’Acre Prison Break de 1947 - dans lequel des membres de l’Irgun, la milice clandestine pré-étatique dirigée par Menachem Begin, ont fait irruption dans la prison de la ville pour libérer les membres de la milice (...)

  • Des Juifs Européens pour une Paix Juste

    Le réseau des Juifs Européens pour une Paix Juste (EJJP en anglais, JEPJ en français), dont l’UJFP est membre, s’est vu refuser par la Commission Européenne la participation à un comité consultatif sur la stratégie à adopter pour lutter contre l’antisémitisme et favoriser une vie juive en Europe. Après plusieurs échanges de lettres avec les autorités de la Commission qui n’ont donné en réponse aucune explication à leur refus, une lettre ouverte a été rédigée le 5 juillet afin de faire connaître publiquement (...)

  • « PayPal collabore avec l’Anti-Defamation League, un important groupe de pression israélien, pour enquêter sur la manière dont les « mouvements extrémistes et haineux » collectent des fonds.

    Et avec les efforts de grande envergure de ce groupe de pression pour étiqueter le soutien aux droits des Palestiniens comme une forme de fanatisme anti-juif, cela pourrait être un autre moyen pour le secteur privé de censurer et d’entraver les militants antiracistes afin de protéger Israël.
    L’ADL se fait passer pour un groupe de défense des droits civiques tout en sapant systématiquement les mouvements de justice sociale et a ainsi dénoncé à plusieurs reprises les militants noirs pour avoir exprimé (...)