Amis des arts et de la culture de Palestine

Cenon : force reste à la loi républicaine

Le Conseil Municipal de Cenon, qui avait voté une aide financière ainsi que la mise à disposition de la salle Simone Signoret de Cenon, est revenu sur cette décision à la demande du préfet de Gironde, Mr Idrac. Les deux représentations prévues se sont vues annulées le 28 juin 2006, soit 5 jours avant la date du premier spectacle.

Article Sud Ouest du 30 juin 2006

Sud Ouest publiera un article étonnamment complaisant le soir même, les déclarations mensongères de l’élu communiste Max Guichard étant mises en avant. On notera aussi le courage de Mr Patrick Duval, président du festival Musique de Nuit...

Mr Idrac, représentant de la République Française, a donc accepté la demande du CRIF sans aucune vérification, sans mettre en doute un instant le bien-fondé des propos dénigrants du CRIF sur la pièce, sur son metteur en scène, Mr Abdelfatah Abou Srour, et sur les associations de soutien à la Palestine. Il lui suffisait pourtant de regarder quelques pages sur Internet : le texte de la pièce est en ligne, qui montre clairement le message de résistance non violente prôné par Al Rowwad, la position politique par rapport au Hamas de Mr Abou Srour, qui n’a pas même pas voté pour le Hamas, les propos des Amis d’Al Rowwad qui soutiennent une résistance par la culture.

Devant cette annulation, le Comité Action Palestine, association locale organisatrice sur la Gironde, et les Amis d’Al Rowwad, coordinateur national de la tournée, ont déposé un référé en urgence près le tribunal de Bordeaux ce mercredi 5 juillet. Le jugement a été sans appel : pour manquement grave à la liberté d’expression, le tribunal a ordonné la mise à disposition de la salle Simone Signoret, ainsi que le versement de la subvention initiale.

M
Communiqu
Synth

Le CRIF peut se prévaloir de relais puissant, au gouvernement ou bien dans les partis politiques, de gauche comme de droite, mais n’est toujours pas au-dessus des lois de la République Française.

Le lendemain, après quelques recherches pourtant simples à faire, les journalistes ont compris : le soufflet du CRIF retombait.

Article Sud Ouest du 6 juillet 2006

Cette histoire est un cas exemplaire où la défense d’un régime sioniste croise la peur d’être épinglé comme antisémite. Combattre l’occupation militaire des territoires palestiniens comme le fait le centre culturel Al Rowwad est un acte républicain, découlant naturellement des idéaux de la France républicaine et de la déclaration des Droits de l’Homme.

Documents à télécharger

  Communiqu
  Communiqu
  Synth
  Article Sud Ouest du 6 juillet 2006
  M


FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)

  • Gaza : la librairie al-Mansour, temple des livres de l’enclave palestinienne, détruite par un bombardement israélien

    Dans la bande de Gaza, le site était considéré comme le temple des livres. C’était le lieu où les lycéens pouvaient trouver un manuel scolaire, les plus pratiquants leur coran et les esprits bohèmes des traductions de Dostoïevski en arabe. Mais mardi dernier, 18 mai, la librairie al-Mansour a été réduite en poussière.
    « Il y a 100 000 livres sous ces ruines »
    Vers 5H00 du matin, Samir al-Mansour, son propriétaire, était chez lui et regardait les chaînes d’info arabes lorsqu’il a appris qu’un (...)

  • Médias détruits à Gaza : RSF demande à la procureure de la CPI de déterminer si ces bombardements constituent des crimes de guerre

    Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées. Les derniers bombardements en date ont détruit, samedi 15 mai, les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press (AP) et de la chaîne qatarie Al-Jazeera. L’armée israélienne justifie ces frappes en expliquant que des équipements du "renseignement militaire" du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, se trouvaient dans les immeubles visés. (...)