Amis des arts et de la culture de Palestine

"C’est la faute au loup"

Histoire de la pièce 

La pièce "C’est la faute au loup" se présente à première vue comme une suite du conte du Petit Chaperon Rouge : Le chaperon rouge accuse le loup d’avoir mangé sa grande mère. Suite à cette accusation, le juge fait arrêter le loup et invite tous ceux qui ont déjà eu des démêlés avec lui à venir témoigner. On invite donc les trois petites chèvres, Hansel et Gretel, etc. Le procès commence par une longue diatribe visant à démontrant que tout loup ne peut être que méchant et criminel, qu’un bon loup, cela ne s’est jamais vu ; et que, par conséquent, le loup ici présent mérite la pendaison.

Mais au fur et à mesure que le procès se déroule, on découvre que les chèvres ne sont pas sûres de ce qu’elles avancent, et que le loup a sauvé Hansel et Gretel des griffes de la sorcière. Et que c’est pour se venger que la sorcière s’est déguisée en loup et s’est couchée dans le lit de la grand-mère. Malgré ces preuves, la sentence est maintenue, jusqu’à ce que la grand-mère rentre en scène et confirme l’innocence du loup. La scène finale voit les protagonistes présenter leurs excuses au loup, mettant ainsi en exergue l’importance de dégager tout jugement des stéréotypes et préjugés, et la nécessité d’accorder la même attention aux arguments des deux parties en présence.

 Ce sont les jugements hâtifs et le culte de l’apparence qui sont épinglés ici, de manière fort originale.

Note d’intention du metteur en scène

 "C’est la faute au loup" est une création d’Abdelfattah Abu Srur, fondateur et directeur du centre Al Rowwad. Il s’agit d’une variation sur le thème de plusieurs contes d’Andersen qui, si elle est présentée par des enfants, s’adresse à un public de tous ages : « J’ai choisi de créer et mettre en scène cette pièce en travaillant avec des enfants pour atteindre plusieurs objectifs :

 1. Créer les conditions et un espace de discussion et de réflexion afin d’amener enfants et adultes à prendre conscience et à interroger les stéréotypes et les préjugés dans lesquels on enferme l’Autre, étranger ou familier, mais aussi ceux dans lesquels nous-même sommes enfermés.

 2. Interroger le concept de justice d’une manière originale. Les différents rebondissements qui structurent la pièce visent à surprendre le spectateur en lui présentant une réflexion en profondeur qui rompt avec les discours habituels sur le sujet.

 3. Rappeler l’importance que doit tenir l’équité comme base de tout jugement : il s’agit de prêter une oreille aussi attentive et impartiale aux différents récits concurrents afin de rendre le jugement aussi juste que possible.

 4. Casser les stéréotypes diffusés dans les média et l’espace public sur l’Etranger, celui dont la culture, la religion ou les origines diffèrent.

 5. Introduire auprès des enfants les notions des droits des enfants et des droits de l’homme.

 6. Initier des discussions après chaque présentation entre les jeunes acteurs et le public, enfants et adultes confondus, autour de ces notions et principes fondamentaux de l’humanité."



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • La NAKBA continue

    Ayaled Shaked demande l’expulsion de Salah Hamouri
    Le 30 juin 2021, la ministre de l’Intérieur israélienne a annoncé sur les réseaux sociaux avoir signé la révocation du titre de résidence à Jérusalem de Salah Hamouri.
    Cette décision de l’actuelle ministre de l’Intérieur israélienne met à exécution ce que son prédécesseur avait déjà réclamé en septembre 2020. Cette mesure entraînerait une expulsion définitive et l’impossibilité pour Salah de vivre à Jérusalem mais également en Palestine, c’est à dire l’exil (...)

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)

  • Gaza : la librairie al-Mansour, temple des livres de l’enclave palestinienne, détruite par un bombardement israélien

    Dans la bande de Gaza, le site était considéré comme le temple des livres. C’était le lieu où les lycéens pouvaient trouver un manuel scolaire, les plus pratiquants leur coran et les esprits bohèmes des traductions de Dostoïevski en arabe. Mais mardi dernier, 18 mai, la librairie al-Mansour a été réduite en poussière.
    « Il y a 100 000 livres sous ces ruines »
    Vers 5H00 du matin, Samir al-Mansour, son propriétaire, était chez lui et regardait les chaînes d’info arabes lorsqu’il a appris qu’un (...)