Amis des arts et de la culture de Palestine

Sari, le rappeur en fauteuil...

Sari Ibrahim est un jeune homme qui vit à Gaza. Enfant, il a été blessé aux jambes par des tirs de l’armée israélienne fin 2005 quand Tsahal avait décidé d’investir son quartier. Voici près de 15 ans qu’il est handicapé, cloué dans un fauteuil.
Sans aucune connaissance musicale, Sari a travaillé dur (musique et écriture) avant de se lancer dans le rap, un genre qui lui permet de se soulager et de s’exprimer. Dans ses paroles il est très critique de la situation à Gaza provoquée par le blocus israélien. Il dénonce l’attitude de l’armée israélienne, les disputes improductives entre autorité de Gaza et Autorité palestinienne à Ramallah, la séparation politique entre Gaza et Cisjordanie qui profite à l’occupant...
Sari est fier de son travail de dénonciation des injustices. Il pense que la musique l’amènera un jour à réaliser son objectif : avoir une vie stable et digne.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • 53 organisations de la société civile solidaires des organisations palestiniennes désignées par Israël comme « associations terroristes »

    Défendre les droits de l’homme, ce n’est pas du terrorisme. Israël persiste dans sa déclaration d’éminentes organisations de la société civile palestinienne comme associations terroristes. Récemment, l’armée a mis ses mots en action en pillant leurs bureaux et en les fermant.
    Ces déclarations sont sans fondement. En fait, l’Administration des États-Unis, l’Union Européenne et autres alliés d’Israël ont trouvé que ces allégations n’étaient pas convaincantes. Après avoir minutieusement examiné le matériel (...)

  • Oui, la résolution parlementaire sur l’apartheid israélien est justifiée, et opportune !

    La résolution « condamnant l’institutionnalisation par Israël d’un régime d’apartheid à l’encontre du peuple palestinien » proposée par 38 député.e.s de la NUPES est une initiative courageuse et justifiée. Elle doit être saluée pour cela, et elle ne tombe pas « au mauvais moment ». Bien au contraire, elle est un premier pas pour permettre à la Gauche française de sortir enfin du déni et reconnaître aux droits nationaux des Palestiniens la même valeur qu’à ceux des Israéliens juifs.
    Elle est parfaitement (...)

  • Lettre de Salah Hamouri à Emmanuel Macron, depuis la cellule n°4 de la prison d’Ofer

    Depuis la cellule n°4 de la prison d’Ofer, Salah Hamouri, actuellement en détention administrative adresse une lettre ouverte à Emmanuel Macron à l’occasion de la Fête nationale française.
    Monsieur le Président de la République,
    Je vous écris cette lettre à l’approche du 14 juillet, cette date qui a changé la face du monde en portant les valeurs d’humanité et de démocratie, et qui a donné à la République française sa devise : « liberté, égalité, fraternité ».
    Des normes et des valeurs humaines résultant (...)