Amis des arts et de la culture de Palestine

Regard sur la Palestine


Une troupe de jeunes Palestiniens issus des camps de réfugiés se produit demain soir à 20 heures, à la salle municipale, dans le cadre d’échanges culturels

Par : Marine Ferri

Libourne
La société des Amis d’Al Rowwad organise pour la troisième année consécutive une tournée théâtrale et musicale à travers l’Europe et la Belgique. Ce centre culturel a été créé par Abdelfattah Abu Srur au sein du camp de réfugiés palestiniens d’Aïda à Bethléem. Après un passage à Bordeaux en 2006, la joyeuse troupe, composée de 19 adolescents, revient dans la région et fait escale à Libourne, où elle donnera un spectacle vendredi à 20 h 30 à la salle municipale. Malgré leur jeune âge, les membres de la troupe ont tous reçu une solide formation et proposent un spectacle de professionnels. À l’exemple de la représentation donnée à l’Institut du monde arabe à Paris, ils remportent un grand succès dans chacune des villes étapes. Au programme de la soirée : musique, danse traditionnelle (la Dabka), exposition photographique, chants et théâtre. Des stands permettront également de promouvoir l’artisanat palestinien auprès des Libournais. La troupe présentera une pièce d’Abdelfattah Abu Srur intitulée « la Faute au loup », adaptation revue et corrigée du « Petit Chaperon rouge » et de plusieurs contes d’Andersen.
Les associations de la région se préparent depuis un an à l’accueil de la troupe

« Tout ce qui travaille au développement de la culture travaille aussi contre la guerre. » En faisant de cette citation d’Albert Einstein leur devise, les Amis d’Al Rowwad tentent de transformer la violence en source de création. Ils recherchent à travers l’échange culturel, un moyen de lutter contre le repli communautaire de ces réfugiés du camp d’Aïda dont les parents furent chassés de Palestine en 1948 lors de son occupation.

L’ambition de cette tournée est d’inciter le public à porter un regard nouveau sur le peuple palestinien et notamment sur ses jeunes. La création et le partage culturel doivent prendre le pas sur le malheur et la compassion. Chaque déplacement est l’occasion de créer des contacts directs entre les populations locales et les membres de la troupe. Les hébergements se font donc dans des familles d’accueil (une quinzaine à Libourne) et de nombreuses rencontres avec les jeunes de groupes artistiques locaux sont également organisées. La réalisation de ce projet parrainé par l’Unesco a demandé un travail de longue haleine de la part des partenaires locaux. En effet, dépendant de nombreux paramètres comme l’élaboration du budget ou l’obtention de tous les visas, la manifestation a failli ne pas se renouveler cette année.

Les associations de la région comme Repères, les amis du Monde Diplomatique ou Palestine 33 préparent l’accueil de la troupe depuis près d’un an et ont mobilisé toute leur énergie dans ce projet qui leur tenait à coeur. Elles fondent beaucoup d’espoir sur le passage de la troupe à Libourne et espèrent que cela suscitera, chez les Libournais, un intérêt plus profond pour la cause palestinienne.

Salle municipale, 1, rue Montesquieu. Tarifs 7 euros, gratuit pour les moins de 12 ans. Pour plus de renseignements : 05 57 25 20 37/06 61 98 51 28 www.amis-alrowwad.org



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • DES AVOCATS INTERPELLENT MACRON
  • Gaza : le double langage du procureur de la CPI alors qu’un génocide est en cours

    Le 3 décembre 2023, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a achevé sa première mission en Israël et en Palestine. En Israël, il a rencontré des survivants et des familles de victimes des attaques du Hamas du 7 octobre ; à Ramallah, en Palestine, il a tenu des réunions avec des responsables palestiniens et des victimes de Gaza et de Cisjordanie. Depuis le début de son mandat en juin 2021, il est resté relativement discret quant à la situation en Palestine, hormis sa promesse de se rendre (...)

  • L’attaque d’Israël contre le Freedom Theatre dans le camp de Jénine fait partie d’un génocide culturel

    La destruction du théâtre et l’arrestation de son personnel s’inscrivent dans une tentative générale visant à briser les Palestiniens de Cisjordanie occupée sur le plan psychologique et émotionnel
    Lorsque Mustafa Shetha, père de quatre enfants et directeur général du Freedom Theatre, a été enlevé de chez lui le mercredi 13 décembre, qu’on lui a bandé les yeux et qu’il a été incarcéré, battu et privé de nourriture et d’eau, ce n’était pas le fruit du hasard.
    Les soldats israéliens, qui avaient la moitié de son (...)