Amis des arts et de la culture de Palestine

Prise d’otages au Camp de Aïda

Les troupes israéliennes ont continué leur harcèlement des habitants du camp de Aïda durant toute la semaine, avec des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc et arrestations arbitraires- prises d’otages. Trois enfants ont été touchés par balles à la tête ou l’abdomen.Retour ligne automatique
Jeudi, deux travailleurs du comité populaire sont passés dans un magasin pour acheter du matériel pour le démarrage d’un des projets de lutte contre le chômage dans le camp. Ce fut un soldat Israélien qui ouvrit la porte et son arme pointée sur eux leur a ordonné d’entrer. Le directeur du camp et un collègue, tous deux employés de l’UNRWA, sont alors venu voir ce qu’il se passait (leur bureau est tout proche). A leur tour, ils ont été pris en otage...Retour ligne automatique
Deux heures plus tard, après qu’un troisième employé ait alerté la direction de l’UNRWA, le directeur du camp et son adjoint furent relâchés, mais pas les deux travailleurs, Mustafa jamil Abusrour et Mustafa Shawkat Malash.Retour ligne automatique
Nous sommes alors intervenu pour "négocier" leur libération. En réponse à notre demande de parler à un de leur officier, les soldats, les visages peinturlurés en noir, nous répondent uniquement "go home". Durant les deux heures suivantes, seule une jeep de l’armée fit quelques tours dans le camp, la situation dans le magasin restant toujours bloquée. A l’autre bout du camp, nous entendions toujours les explosions des grenades lacrymogènes et le bruit des balles en caoutchouc.Retour ligne automatique
Ce n’est que 6 heures plus tard, que les deux otages furent relâchés et que les soldats partirent du bâtiment. Il semble qu’ils ont utilisé cet endroit pour surprendre les jeunes et surveiller la nouvelle portion du mur illégal et la nouvelle synagogue à l’est de Aida (au sud de la mosquée Bilal ibn Rabah, rebaptisée la tombe de Rachel après 1967).

Ce 8 avril, les provocations continuent après l’assassinat par l’armée israélienne d’un palestinien recherché à Bethléem : des jeeps patrouillent dans le camp, les jeunes leur lancent des pierres, et même si peu d’entres elles font mouche, les soldats répondent avec grenades lacrymogènes et balles en caoutchouc. Un habitant du camp témoigne que des soldats criaient "Venez à moi habitant de Aida... Venez prendre votre dose" pendant que son compagnon indiquait à un troisième quelle arme employer, alternant grenades et balles en caoutchouc.

En fin d’après midi, la mère de deux jumelles, qui étaient en répétition théâtrale au centre nous a demandé de ne pas les laisser rentrer à la maison, l’armée étant juste à proximité, tirant des grenades lacrymogène, malgré la présence toute proche de l’école...Retour ligne automatique
La vie continue... et nous continuons d’écrire... et vous continuez de lire... Combien de temps tout cela va durer ? Combien de temps avant que les puissants de ce monde exercent leur pouvoir pour forcer ces gangsters à cesser leur crime contre les être humains que nous sommes ?

Je vous souhaite de meilleures journées, des nuits plus calmes et des semaines moins horribles que celles que nous vivons...

AbdelFattah Abu-Srour,Retour ligne automatique
Directeur du centre culturel Al-Rowwad



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Pascal Boniface porte plainte contre la « Brigade juive »

    "Pascal Boniface est soulagé. Sa plainte contre la « Brigade juive » pour dégradations, initialement refusée, vient d’être acceptée" , annonce Nadir Dendoune dans le Courrier de l’Atlas
    « C’est le commissariat du 11è qui m’a appelé pour nous annoncer la bonne nouvelle », témoigne le géopolitologue français, spécialiste de la question israélo-palestinienne et qui est régulièrement la cible d’attaques émanant des mouvements pro-israéliens. « C’est une victoire pour la liberté d’expression et contre les violences (...)

  • Cour Pénale Internationale : face aux Palestiniens, Badinter défend Netanyahou

    La Procureure de la Cour Pénale Internationale, Fatou Bensouda, a annoncé le 20 décembre 2019 son intention d’ouvrir une enquête sur les éventuels crimes de guerre commis depuis juin 2014 en Israël-Palestine. Afin de délimiter son travail d’enquête, la procureure a demandé officiellement à la Cour de préciser que la juridiction de la Cour Pénale Internationale s’applique bien à la Palestine et que le territoire d’enquête comprend la Cisjordanie, Jérusalem Est et Gaza. Fatou Bensouda a également conseillé à (...)

  • Un texte d’Eléonore Bronstein, en soutien à Mohamad Bakri, réalisateur du film "Jénine Jénine" :

    "Modestement, je voudrais exprimer toute ma solidarité avec Mohammad Bakri convoqué aujourd’hui devant un tribunal israélien suite à une plainte d’un ancien soldat d’élite pour diffamation.
    Le tort de Mohammad ? (en plus d’être Palestinien, je veux dire) : avoir réalisé, il y a presque 20 ans, un film documentaire intitulé " Jénine Jénine" dans lequel il exposait des témoignages de survivant.e.s du massacre israélien du camp pendant la répression de la seconde Intifada.
    Il est, depuis, harcelé, empêché de (...)