Amis des arts et de la culture de Palestine

Médias détruits à Gaza : RSF demande à la procureure de la CPI de déterminer si ces bombardements constituent des crimes de guerre

Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées. Les derniers bombardements en date ont détruit, samedi 15 mai, les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press (AP) et de la chaîne qatarie Al-Jazeera. L’armée israélienne justifie ces frappes en expliquant que des équipements du "renseignement militaire" du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, se trouvaient dans les immeubles visés.

“Cibler volontairement des médias relève d’un crime de guerre, dénonce le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire. En détruisant intentionnellement des médias, l’armée israélienne n’inflige pas seulement des dégâts matériels inacceptables à des rédactions, elle entrave plus généralement la couverture médiatique d’un conflit qui affecte directement la population civile. RSF demande à la procureure de la Cour pénale internationale de déterminer si ces bombardements constituent des crimes de guerre.”

Les premiers bombardements contre des médias palestiniens ont eu lieu après une série de tirs du Hamas contre Israël et ont visé dans la nuit du mardi 11 au mercredi 12 mai, la tour Jawhara, qui abrite les bureaux de 14 médias à Gaza, dont le quotidien Palestine Daily News et la chaîne de télévision panarabe Al-Araby. Jeudi 13 mai, la tour Al Shorouk a été également détruite, ainsi que les sept médias qui s’y trouvaient, notamment le groupe radio et TV Al-Aqsa. L’armée israélienne a assuré avoir ciblé des "entrepôts d’armes du Hamas cachés dans des bâtiments civils".

Israël occupe la 86e place au Classement mondial de la liberté de la presse 2021 établi par RSF.

Source



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Les évadés palestiniens sont des combattants de la liberté

    Les six prisonniers palestiniens évadés sont les combattants de la liberté les plus audacieux qu’on puisse imaginer. Les Israéliens qui ont du mal à l’admettre feraient bien de se rappeler de nombreux films et séries télévisées qu’ils ont vus : S’évader de prison est la parfaite "fin heureuse". L’Acre Prison Break de 1947 - dans lequel des membres de l’Irgun, la milice clandestine pré-étatique dirigée par Menachem Begin, ont fait irruption dans la prison de la ville pour libérer les membres de la milice (...)

  • Des Juifs Européens pour une Paix Juste

    Le réseau des Juifs Européens pour une Paix Juste (EJJP en anglais, JEPJ en français), dont l’UJFP est membre, s’est vu refuser par la Commission Européenne la participation à un comité consultatif sur la stratégie à adopter pour lutter contre l’antisémitisme et favoriser une vie juive en Europe. Après plusieurs échanges de lettres avec les autorités de la Commission qui n’ont donné en réponse aucune explication à leur refus, une lettre ouverte a été rédigée le 5 juillet afin de faire connaître publiquement (...)

  • « PayPal collabore avec l’Anti-Defamation League, un important groupe de pression israélien, pour enquêter sur la manière dont les « mouvements extrémistes et haineux » collectent des fonds.

    Et avec les efforts de grande envergure de ce groupe de pression pour étiqueter le soutien aux droits des Palestiniens comme une forme de fanatisme anti-juif, cela pourrait être un autre moyen pour le secteur privé de censurer et d’entraver les militants antiracistes afin de protéger Israël.
    L’ADL se fait passer pour un groupe de défense des droits civiques tout en sapant systématiquement les mouvements de justice sociale et a ainsi dénoncé à plusieurs reprises les militants noirs pour avoir exprimé (...)