Amis des arts et de la culture de Palestine

Les enfants troubadours du camp d’Aida

L’Humanité, par Françoise Germain-Robin

La troupe Al Rowwad joue en France Nous sommes les enfants du camp devant des salles bouleversées d’émotion.

Mettre en mots, en chants, en geste (entendez : la geste) la vie quotidienne d’un camp de réfugiés palestiniens, et, avec cela, émouvoir, émerveillé, faire à la fois pleurer et rire un public qui ne connaît de cette réalité terrible que les images de la télé. C’est la gageure réussie par la troupe théâtrale Al Rowwad actuellement en tournée en France. Mardi 27 juin à Gennevilliers la salle du centre culturel était archi comble (malgré le match France-Espagne au Mondial !) au point que des gens étaient assis par terre sur les marches ou même debout. Captivés par ces garçons et ces filles venus nous apporter leur monde en une succession de petites scènes qui disent la guerre, les bombardements, les incursions des soldats dans le camp, à travers les murs des maisons qu’ils trouent ou renversent, les pierres du chemin que les enfants ramassent et leur lancent, les tirs, les arrestations, les fouilles, les morts. Celle de la maman de la jeune Wo’od (son nom veut dire promesse). Elle l’a vu se vider de son sang près d’elle en 2002 lorsque les soldats ont attaqué le camp pendant l’opération « Remparts ». Elle refait les gestes d’alors, ses appels au secours inutiles, ses cris. Dans l’assistance captivée, des larmes coulent sur bien des visages. « Est-ce que c’est vrai tout cela ? » demandent des femmes à la fin du spectacle, après la longue ovation debout faite aux enfants. « Oui, hélas, tout est vrai » répond une des militantes de l’Association des Amis du Théâtre Al Rowwad, organisatrice de la tournée et qui accompagne les enfants tout au long de leur périple, le second dans notre pays, puisqu’ils étaient déjà venus en 2003.
En exergue du programme, cette phrase d’Albert Einstein : « Tout ce qui travaille au développement de la culture travaille aussi contre la guerre. » Et c’est exactement le principe qui guide les inventeurs de ce théâtre par comme les autres, notamment le metteur en scène Abdel Fattah Abu Srur : « lutter avec d’autres armes que les pierres contre l’occupation et la colonisation israéliennes. »
« Ils veulent nous déraciner de notre Palestine comme ils déracinent nos oliviers. Mais nos racines sont profondes. Nous sommes un peuple qui oublie de mourir », chantent les enfants à la fin du spectacle. Après, certains s’attardent pour leur parler, les embrasser, leur dire merci. Une femme qui est venue là avec ses deux filles s’indigne : « Comment, nous, en France, pouvons-nous tolérer que des choses pareilles se passent ? Qu’est-ce qu’on attend pour les aider ? »
Bonne question.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Les évadés palestiniens sont des combattants de la liberté

    Les six prisonniers palestiniens évadés sont les combattants de la liberté les plus audacieux qu’on puisse imaginer. Les Israéliens qui ont du mal à l’admettre feraient bien de se rappeler de nombreux films et séries télévisées qu’ils ont vus : S’évader de prison est la parfaite "fin heureuse". L’Acre Prison Break de 1947 - dans lequel des membres de l’Irgun, la milice clandestine pré-étatique dirigée par Menachem Begin, ont fait irruption dans la prison de la ville pour libérer les membres de la milice (...)

  • Des Juifs Européens pour une Paix Juste

    Le réseau des Juifs Européens pour une Paix Juste (EJJP en anglais, JEPJ en français), dont l’UJFP est membre, s’est vu refuser par la Commission Européenne la participation à un comité consultatif sur la stratégie à adopter pour lutter contre l’antisémitisme et favoriser une vie juive en Europe. Après plusieurs échanges de lettres avec les autorités de la Commission qui n’ont donné en réponse aucune explication à leur refus, une lettre ouverte a été rédigée le 5 juillet afin de faire connaître publiquement (...)

  • « PayPal collabore avec l’Anti-Defamation League, un important groupe de pression israélien, pour enquêter sur la manière dont les « mouvements extrémistes et haineux » collectent des fonds.

    Et avec les efforts de grande envergure de ce groupe de pression pour étiqueter le soutien aux droits des Palestiniens comme une forme de fanatisme anti-juif, cela pourrait être un autre moyen pour le secteur privé de censurer et d’entraver les militants antiracistes afin de protéger Israël.
    L’ADL se fait passer pour un groupe de défense des droits civiques tout en sapant systématiquement les mouvements de justice sociale et a ainsi dénoncé à plusieurs reprises les militants noirs pour avoir exprimé (...)