Amis des arts et de la culture de Palestine

Le cimetière anglais de Gaza, où tous reposent ensemble en paix

Issam Jarada poursuit le travail de mémoire de son père en travaillant comme jardinier au cimetière des Anglais de Gaza. Il éprouve un sentiment profond de responsabilité à entretenir ce lieu de mémoire (dont de nombreuses tombes ont été endommagées à la suite des bombardements israélien). Issam ne considère pas sa fonction comme un métier ordinaire, c’est pour lui une mission, un véritable engagement… Ce cimetière est pour lui comme sa deuxième maison, ’’ Je me considère comme un poisson qui vit dans une mer, si je sors d’ici je meurs’’ nous dit-il.
Ce cimetière s’est constitué à la suite de la 1ere guerre mondiale pour enterrer les soldats tués dans cette région de la Palestine : 3700 jeunes hommes de 17 nationalités et de toutes les religions.
On y dénombre aussi 26 Indiens dont 12 musulmans, 52 Egyptiens, 8 Juifs de nationalité allemande, un Français et aussi 36 Canadiens des forces de paix de l’ONU intervenus pour faire cesser les combats de 1956 liés à l’intervention conjointe de la France, de la Grande-Bretagne et d’Israël contre la nationalisation du canal de Suez voulue par Nasser.
Pour les habitants de Gaza, ce lieu est considéré comme un lieu historique protégé et que l’on va visiter. Les élèves des écoles publiques et privées aussi y viennent aussi ; une occasion pour leurs professeurs d’enseigner une histoire vivante et d’enrichir la culture de leurs élèves.
Pour plus d’infos : http://www.info-palestine.eu/spip.php... ?
PS : lors de tournage de ce film, nous n’avons pas trouvé de visiteurs à cause le confinement’.

© Gaza Stories, 2020



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • COMMENT UN HOMME INTÈGRE ET COURAGEUX, À LA TÊTE DE L’UNRWA, A ÉTÉ LAMINÉ PAR LES MÉTHODES NAUSÉABONDES DU LOBBY ISRAÉLIEN

    L’enquête de l’ONU sur Pierre Krähenbühl, ancien commissaire général de l’UNRWA, obligé de démissionner après avoir été traîné dans la boue, montre que les accusations portés contre lui étaient fausses, et que le dossier est vide.
    Pierre Krahenbühl, a en fait commis une faute impardonnable : il a défendu les réfugiés palestiniens jusqu’au bout. Il s’est démené pour faire vivre cet organisme des Nations Unies, chargé de veiller à la sécurité alimentaire, sanitaire et éducative des réfugiés palestiniens. Y compris (...)

  • Christophe Oberlin : « L’avenir est à la judiciarisation de la question palestinienne »

    La nouvelle est tombée le 20 décembre 2019. La Procureure auprès de la CPI, Fatou Bensouda annonçait « qu’au terme d’un examen préliminaire approfondi, mené en toute indépendance et objectivité, de l’ensemble des renseignements fiables qui sont en la possession de son Bureau, ce dernier est parvenu à la conclusion que tous les critères définis dans le Statut de Rome pour l’ouverture d’une enquête étaient remplis ».
    L’enjeu de cette enquête ? « Les crimes présumés commis sur le territoire palestinien occupé, (...)

  • Déclaration sur l’antisémitisme et la question de Palestine

    Cent vingt-deux intellectuels et intellectuelles palestiniens et arabes répondent à la définition de l’antisémitisme promue par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste qui est utilisée, dans plusieurs pays d’Europe et d’Amérique, pour réprimer le soutien aux droits palestiniens. Cette Déclaration est publiée conjointement en arabe par Al-Quds (Londres) et Al-Ayyam (Ramallah), en hébreu par Haaretz (Tel-Aviv), en anglais par The Guardian (Londres), en allemand par Die Tageszeitung (Berlin) (...)