Amis des arts et de la culture de Palestine

La résistance culturelle en Palestine à travers les yeux des femmes

Zoe Lafferty explique comment le premier festival palestinien de théâtre féministe, qui s’est ouvert dans le camp de réfugiés de Jénine, est un antidote à la violence sexiste d’Israël.

Alors que les artistes et le public célébraient l’ouverture du tout premier festival de théâtre féministe palestinien dans le camp de réfugiés de Jénine, ils ignoraient que quelques heures plus tard, une autre mère pleurerait la mort de son fils.

Ce soir-là, l’armée israélienne est entrée dans le camp de réfugiés de Jénine lors d’un raid comprenant des tirs nourris, des gaz lacrymogènes et des grenades à concussion. Tirant sur Dirar al-Kafrayni, 17 ans, la balle est entrée par l’épaule, explosant à l’intérieur et provoquant sa mort immédiate.

Le lendemain, les rues se sont remplies d’hommes portant le corps de l’enfant, et le festival a été reporté pour respecter la matinée de sa famille. Kafrayni est l’un des 20 enfants tués par Israël en Cisjordanie et à Jérusalem cette année.

Lors de l’ouverture du festival, Fidaa Zidan et Mariam Basha, membres du comité artistique entièrement féminin, ont prononcé des discours à la fois puissants et optimistes sur le besoin urgent d’une représentation égale des femmes dans tous les aspects de la société, du lieu de travail aux partis politiques.

Une double oppression

Le festival est piloté par le Freedom Theatre, dont le directeur artistique Ahmed Tobasi et le producteur Mustafa Sheta. Inspiré par l’essor du féminisme dans les années 60 et consterné par le fait qu’il ait depuis été relégué à l’arrière-plan, Mustafa a déclaré qu’il était déterminée à ce que "le festival soit un espace où les femmes puissent présenter leur vision de l’égalité, réveillant l’appel à trouver des réponses et à agir".

Les personnes impliquées dans le projet sont désireuses de s’attaquer à la double discrimination à laquelle les femmes sont confrontées, tant du fait de l’occupation israélienne qu’au sein de la société palestinienne, tout en soulignant les liens entre ces deux phénomènes et en remettant en question les stéréotypes occidentaux racistes des hommes dans la société arabe.

C’est un défi complexe, surtout pour un théâtre qui a perdu 80 % de son financement de base en 2021 après avoir rejeté les conditions qui stipulaient qu’il devait dépolitiser son travail.

’’Se déroulant sur la scène du Freedom Theatre dans le camp de réfugiés de Jénine, il est impossible d’ignorer le contexte dans lequel se déroule ce festival féministe. Le camp est soumis à une invasion militaire constante, les garçons et les hommes étant régulièrement tués et emprisonnés. Les familles, dont la situation économique est déjà précaire en raison d’un taux de chômage de 80 %, sont mises à rude épreuve, les femmes devant faire face aux difficultés financières.

En outre, la brutalité incessante vécue sur quatre générations crée un cycle sans fin d’humiliation, de dépossession et de traumatisme, la masculinité toxique devenant un mécanisme de survie. La violence et l’oppression se tournent parfois vers l’intérieur, entraînant des violences domestiques et des restrictions sur la capacité des femmes à choisir leur propre avenir. "C’est pourquoi il est tout aussi important que le festival aborde non seulement les droits des femmes, mais aussi ceux des hommes, ainsi que les stéréotypes racistes et islamophobes qui permettent à Israël de ne pas être remis en cause par l’Occident", a ajouté Mustafa.

Cependant, cela ne signifie pas que les femmes et les filles sont épargnées par les attaques militaires israéliennes sur le camp. Récemment, Hanan Mahmoud Khdour, 18 ans, a été abattue alors qu’elle se rendait à l’école, et la célèbre journaliste Shireen Abu Akleh - qui était une source d’inspiration pour tant de femmes journalistes en Palestine - a été assassinée alors qu’elle couvrait un raid israélien.

Le festival vise à relier les luttes mondiales, avec des spectacles du Chili, de l’Irak, du Royaume-Uni et de l’Allemagne aux côtés de ceux de la Palestine. La poétesse Shareefa Energy, qui se produira, vivait à North Kensington, à Londres, lorsque 72 personnes ont été tuées dans la tour Grenfell, vêtue de matériaux inflammables fournis par la société Arconic, qui a également fourni des pièces pour les hélicoptères Apache et les avions de chasse F-35 utilisés pour bombarder Gaza.

Ces liens sont d’autant plus cruciaux qu’Israël a récemment entamé une nouvelle campagne de bombardements, faisant 49 morts, dont 17 enfants.

Poursuivre l’héritage du féminisme au théâtre

Certaines représentations auront également lieu au théâtre Ashtar de Ramallah, fondé par Iman Aoun et l’une des organisations théâtrales les plus réputées de Palestine, toutes fondées et dirigées par des femmes.

Rania Elias du centre culturel Yabous, qui a été arrêtée en 2021, est certaine que la question du genre a joué dans la tentative de censure d’Israël, le harcèlement se poursuivant jusqu’à ce jour. "Ils ne peuvent pas supporter une femme palestinienne forte qui dirige une institution qui se bat, qui peut parler aux médias et qui a des relations avec des milliers de personnes dans le monde. Une femme palestinienne qui défie le stéréotype qu’ils veulent peindre", a-t-elle expliqué.

Le féminisme est également ancré dans l’histoire du Freedom Theatre. Son cofondateur, Juliano Mer Khamis, s’est inspiré du travail culturel de sa mère dans le camp de Jénine lors de la première Intifada, tous deux convaincus que l’égalité des femmes est un élément clé de la libération de la Palestine. De plus, Rania Wasfi, la première employée, a rejoint l’association après que son fiancé a été tué lors de la seconde Intifada. Submergée par le chagrin et n’ayant plus à perdre, Rania Wasfi a fait preuve d’audace en rejoignant le groupe, contribuant ainsi à briser les tabous potentiels et à ouvrir la voie aux femmes pour qu’elles soient au cœur de la résistance culturelle au théâtre.

En 2011, Juliano Mer Khamis a mené une adaptation radicale d’Alice au pays des merveilles, dans laquelle Alice se dressait contre l’oppression militaire, les dictatures et la discrimination sociale. Une semaine après la dernière représentation, Khamis a été assassiné, ce qui a amené les médias internationaux à affirmer que son assassin était un membre du camp enragé par l’idée de la libération des femmes. Ce récit est fermement contesté par les membres du théâtre qui connaissent l’histoire d’Israël en matière d’emprisonnement ou de meurtre d’artistes qui dépeignent avec succès les luttes palestiniennes. Les conséquences de son meurtre et l’attention des médias ont rendu la participation des jeunes femmes beaucoup plus compliquée et difficile.

Malheureusement, les défis ne s’arrêtent pas là.

Alors que la crise climatique fait grimper les températures estivales au-dessus de 40 degrés, l’infrastructure du Freedom Theatre est incapable de répondre aux exigences de l’éclairage de la scène et de la climatisation, ce qui rend les représentations étouffantes. Cependant, alors que les obstacles sont sans fin, le festival de théâtre féministe est une étape audacieuse pour poursuivre l’héritage de Juliano et honorer les femmes, en Palestine et dans le monde, qui luttent pour le changement.

Le producteur Mustafa Sheta, qui envisage de faire de ce festival un événement annuel, souligne : "Nous pensons qu’en donnant à chaque personne les moyens d’agir, nous devenons collectivement plus forts et avons donc plus de chances de mettre fin à l’occupation israélienne et à l’apartheid."

Zoe Lafferty est directrice associée au Freedom Theatre dans le camp de réfugiés de Jénine en Palestine, où elle collabore actuellement au projet de solidarité mondiale "The Revolution’s Promise" et au film de réalité virtuelle "In A Thousand Silences".

Traduction et mise en page : AFPS / DD

Documents à télécharger

  Affiche Lancement
  Logo CTP


FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Des figures de proue du théâtre britannique accusent de Maccarthysme le prix européen de théâtre des temps modernes

    Un prix couronnant l’œuvre de toute une vie, attribué à Caryl Churchill, retiré pour son soutien aux Palestiniens. Ce retrait donne lieu à une intervention importante de plus de 170 acteurs, metteurs en scène et écrivains.
    Plus de 170 acteurs, écrivains et metteurs en scène ont accusé de « Maccarthysme moderne » le jury du Prix 2022 du théâtre européen décerné en Allemagne, après qu’il a retiré le Prix de l’œuvre d’une Vie à la dramaturge britannique de renom Caryl Churchill pour son soutien aux droits des (...)

  • Le Forum des échecs palestinien à la FIDE : Déplacez le championnat du monde d’échecs par équipes de Jérusalem-Est occupée

    Le Forum des échecs palestinien du camp de réfugiés de Chatila appelle la Fédération internationale des échecs à déplacer le tournoi de Jérusalem-Est palestinienne occupée par Israël. Chère Fédération internationale des échecs et équipes participantes du Championnat du monde par équipes 2022,
    Nous vous écrivons depuis le Forum palestinien d’Échecs du camp de réfugiés palestiniens de Chatila au Liban pour demander instamment à la Fédération internationale des échecs (FIDE) de ne pas organiser le Championnat du (...)

  • En Cisjordanie occupée, le casse-tête des restrictions de séjour pour les étrangers

    De nouvelles restrictions d’entrée et de séjour pour les étrangers entrent en vigueur jeudi en Cisjordanie occupée, dans un contexte particulièrement tendu. Critiquées par les organisations de défense des droits humains, ces mesures israéliennes inquiètent également l’administration américaine.
    C’est une nouvelle procédure administrative particulièrement controversée qui entre en vigueur jeudi 20 octobre pour les étrangers souhaitant résider, travailler, étudier ou encore faire du bénévolat en Cisjordanie (...)