Amis des arts et de la culture de Palestine

La pièce "Toujours le même problème"

Créée en 2005 en arabe dialectal, réécrite en 2010, la pièce raconte l ?histoire de trois voisins (Khaled, Qassem, et Majd). Faute de communication, chacun d’eux a sa propre façon de résoudre les problèmes. Face à leur immeuble, se dresse un énorme tas d’ordures ?amassées par eux. Mais personne ne permet à l’autre de débarrasser le tas. Les trois hommes demandent à des personnes extérieures de résoudre leur problème au lieu de le faire eux-mêmes.

La pièce présente différentes perspectives sociales et politiques. Inspirée par les problèmes palestiniens qui s’aggravent de jour en jour. Ainsi dans la vieille ville d’Hébron, les colons israéliens jettent leurs déchets sur les Palestiniens. En conséquence, beaucoup de Palestiniens ont quitté leurs maisons dans la zone H2 et déménagé en zone H1.

Les « ordures » deviennent une métaphore de ces difficultés. Suite à l’occupation, au manque de ressources et de connaissances, la population se divise. Chacun pense son opinion plus juste, oubliant que pour résoudre un problème, ils doivent s’asseoir ensemble et s’écouter : ils ne comprennent pas que personne d ?autre qu ?eux même ne trouvera de solution définitive.
Dans le public, chacun analyse la pièce de son point de vue, en fonction de son âge, son éducation, etc ? Par exemple, les enfants voient ce spectacle comme une histoire drôle de voisins qui se battent tout le temps. Certains adultes y retrouvent les questions sociales telles que l ?enlèvement des ordures et les conflits de voisinage faute de dialogue.

D ?autres analysent plus en profondeur les éléments de la pièce et lisent entre les lignes. Découvrant le sens politique implicite du spectacle et l ?évocation du conflit entre les parties de la société palestinienne, ils perçoivent le message de l ?incompréhension interne à cette société qui ne peut alors parvenir à une solution équitable offrant un avenir heureux à tous.

Le retour du public d ?Hébron a été excellent. Tous considèrent que la pièce est réaliste et traite des problèmes palestiniens d’une manière créative sarcastique avec un message simple "Nous ne devrions pas dépendre des autres pour résoudre nos problèmes : commençons par nous écouter". Principe à appliquer à toutes les parties en conflit dans la région !

- Spectacle écrit et mis en scène par Ihab Zahdeh
- Comédiens : Raed Shyoukhi, Mohamed Titi, Ihab Zahdeh, Ossama al Jabere
- Lumières et son : Hamam Amro


Un extrait de la pièce, encore en arabe... traduction en cours !



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Une réalisatrice palestinienne pré-sélectionnée pour la 93e Cérémonie des Oscars

    La cinéaste palestino-britannique Farah Nabulsi est en lice pour présenter, lors de la 93e cérémonie ds Oscars « The Present », ce film est sélectionné pour la catégorie Action court-métrage.
    Filmé en moins d’une semaine en Palestine, le film raconte l’histoire de Yousef et de sa fille partis chercher un cadeau pour leur épouse et mère à l’occasion de leur anniversaire de mariage. Une tâche qui s’avère presque impossible, et raconte les difficultés de la vie sous occupation israélienne.
    Le film a déjà (...)

  • La Chambre préliminaire de la CPI rend sa décision sur la demande du Procureur relative à la compétence territoriale concernant la Palestine

    Aujourd’hui, le 5 février 2021, la Chambre préliminaire I de la Cour pénale internationale (« CPI » ou « la Cour ») a décidé, à la majorité, que la compétence territoriale de la Cour dans la situation en Palestine, un État partie au Statut de Rome de la CPI, s’étend aux territoires occupés par Israël depuis 1967, à savoir Gaza et la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est.
    Le 20 décembre 2019, le Procureur a annoncé la conclusion de l’examen préliminaire de la situation en Palestine. Le Procureur avait conclu que (...)

  • Covid-19 : les Palestiniens abandonnés à leur sort pendant qu’Israël vaccine à tour de bras

    Alors que les Israéliens enregistrent un nombre record de vaccinations, les territoires occupés font toujours des pieds et des mains pour obtenir un vaccin contre le coronavirus.
    Israël s’est vanté de surpasser les autres pays avec sa campagne de vaccination contre le virus Covid-19, plus de 12 % de sa population ayant reçu la première de deux injections depuis décembre.
    Pfizer se vend au plus offrant
    Le pays cherche à être le premier au monde à réussir à se libérer de la Covid-19, en faisant (...)