Amis des arts et de la culture de Palestine

Israël commet un nouvel acte de piraterie d’État en Méditerranée

Ce 29 juin 2015, Israël a encore commis un acte de piraterie en interceptant les bateaux en route pour Gaza.

3 navires de guerre israéliens se sont emparés de la Marianne, à une centaine de milles des côtes palestiniennes, dans les eaux internationales.

Lire le dernier communiqué de la Flottille de la liberté III :

Freedom Flotilla Coalition – 29 juin 2015

Aujourd’hui, 29 juin, à 2 h 06 (heure de Gaza), la Marianne a contacté la Coalition de la Flottille de la Liberté (Freedom Flotilla Coalition ) et elle nous a informés que trois navires de la marine de guerre israélienne l’avait encerclée dans les eaux internationales, alors qu’elle naviguait à environ 100 miles nautiques de la côte de Gaza. Après que nous avons perdu le contact avec la Marianne et à 5 h 11 (heure de Gaza), les FDI (Forces de défense israéliennes) ont annoncé avoir « visité et fouillé » la Marianne. Elles s’étaient emparées du bateau et elles ont mis tout le monde en détention à bord, « à l’intérieur des eaux internationales » comme elles l’ont-elles-mêmes admis. Le seul contenu positif dans l’annonce des FDI est qu’elles reconnaissent qu’il existe un blocus naval de Gaza, en dépit du récent démenti par le gouvernement de Netanyahu de son existence.

Nous n’avons aucune raison de penser que la saisie de la Marianne se soit passée « sans histoire », car la dernière fois que les FDI ont déclaré quelque chose de ce genre, en 2012, les gens sur le bateau Estelle avaient pris de graves décharges de Taser et été frappés à coups de matraques. Remontons à 2010, quand dix passagers du Mavi Maramara ont assassinés par les FDI lors d’une opération similaire dans les eaux internationales.

Il est décevant que le gouvernement israélien ait fait le choix de poursuivre cette politique absolument stérile du « tolérance zéro », ce qui signifie qu’il va continuer d’infliger une punition collective inhumaine et illégale aux 1,8 million de Palestiniens dans Gaza. Les actes de piraterie d’État réitérés d’Israël dans les eaux internationales sont le signe inquiétant que la politique d’occupation et de blocus s’étend à toute la Méditerranée orientale. Nous exigeons du gouvernement israélien qu’il cesse et renonce à la détention illégale de citoyens pacifiques voyageant dans les eaux internationales en soutien à une aide humanitaire. Nous demandons à nos gouvernements de s’assurer que tous les passagers et l’équipage de la Marianne sont en sécurité, et de protester avec énergie contre la violation du droit maritime international par l’État israélien. Nous demandons à toutes les organisations de la société civile de condamner les actions d’Israël. Les peuples, partout dans le monde, vont continuer de répondre et réagir à cette injustice, comme nous le faisons, jusqu’à ce que le port de Gaza soit ouvert et que le siège et l’occupation aient pris fin.

Traduction : JPP pour l’Aurdip et l’Agence Média Palestine

Source : Freedom Flotilla



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)

  • Gaza : la librairie al-Mansour, temple des livres de l’enclave palestinienne, détruite par un bombardement israélien

    Dans la bande de Gaza, le site était considéré comme le temple des livres. C’était le lieu où les lycéens pouvaient trouver un manuel scolaire, les plus pratiquants leur coran et les esprits bohèmes des traductions de Dostoïevski en arabe. Mais mardi dernier, 18 mai, la librairie al-Mansour a été réduite en poussière.
    « Il y a 100 000 livres sous ces ruines »
    Vers 5H00 du matin, Samir al-Mansour, son propriétaire, était chez lui et regardait les chaînes d’info arabes lorsqu’il a appris qu’un (...)

  • Médias détruits à Gaza : RSF demande à la procureure de la CPI de déterminer si ces bombardements constituent des crimes de guerre

    Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées. Les derniers bombardements en date ont détruit, samedi 15 mai, les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press (AP) et de la chaîne qatarie Al-Jazeera. L’armée israélienne justifie ces frappes en expliquant que des équipements du "renseignement militaire" du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, se trouvaient dans les immeubles visés. (...)