Amis des arts et de la culture de Palestine

Iman, un goût de luxe qui défie les crises à Gaza.

Iman, jeune diplômée palestinienne de Gaza, après avoir fini ses études universitaires, elle n’a pas réussi à trouver un travail à cause de chômage et à cause des crises économiques qui ont frappé la Bande de Gaza, depuis presque 15 ans à cause du blocus israélien inhumain imposé sur plus de 2 millions d’habitants..
A Gaza comme partout dans le monde entier, la situation épidémique à la suite de la propagation de Covid-19, tous les secteurs de vie ont été paralysés à cause du confinement imposé et conseillé par les autorités, donc les restaurants, les cafés, les cinémas et les salles de mariages ont était fermés pour éviter la propagation du virus.
Cette crise a poussé Iman, à créer son propre projet pour échapper au chômage et aussi pour aider sa famille, donc elle a eu l’idée de proposer son travail de décoration aux mariés, qui n’ont le choix que de faire leurs fêtes de mariages que dans leur maisons.
Chez elle, dans sa petite chambre, il y a de jolis trônes, des fleurs artificiels et des stands de décorations, qui sont fait par ses mains et grâce à son imagination, une fois que tout est prêt, notamment le jour de mariage, Iman se dirige chez les gens pour mettre en scène tous ces idées et pour installer ses décorations.

© Gaza Stories, 2020



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • DES AVOCATS INTERPELLENT MACRON
  • Gaza : le double langage du procureur de la CPI alors qu’un génocide est en cours

    Le 3 décembre 2023, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a achevé sa première mission en Israël et en Palestine. En Israël, il a rencontré des survivants et des familles de victimes des attaques du Hamas du 7 octobre ; à Ramallah, en Palestine, il a tenu des réunions avec des responsables palestiniens et des victimes de Gaza et de Cisjordanie. Depuis le début de son mandat en juin 2021, il est resté relativement discret quant à la situation en Palestine, hormis sa promesse de se rendre (...)

  • L’attaque d’Israël contre le Freedom Theatre dans le camp de Jénine fait partie d’un génocide culturel

    La destruction du théâtre et l’arrestation de son personnel s’inscrivent dans une tentative générale visant à briser les Palestiniens de Cisjordanie occupée sur le plan psychologique et émotionnel
    Lorsque Mustafa Shetha, père de quatre enfants et directeur général du Freedom Theatre, a été enlevé de chez lui le mercredi 13 décembre, qu’on lui a bandé les yeux et qu’il a été incarcéré, battu et privé de nourriture et d’eau, ce n’était pas le fruit du hasard.
    Les soldats israéliens, qui avaient la moitié de son (...)