Amis des arts et de la culture de Palestine

"Gaza Stories" Hammam ALSAMARA

En ces temps de confinement Gaza Stories vous invite à vous promener dans le quartier de Al-Zeitoun, dans la vielle ville de Gaza pour découvrir le hammam Al-Samara.
Le bâtiment a une très longue histoire qui commence 40 ans après une dernière tentative des Francs pour reprendre Gaza, perdue plus tôt à Saladin. 40 ans de guerres incessantes pendant lesquelles Gaza changera de main plusieurs fois (y compris par les Mongols !) avant d’être finalement prise par les Mamelouks et de commencer une nouvelle ère de prospérité. C’est pendant cette période, en 685 de l’hégire (1286 du calendrier grégorien) que fut construit, en pierres de taille d’un très beau fini, le hammam Al-Samara.
Khalid Al-Wazeer, son propriétaire, nous fait découvrir son architecture raffinée, typique de cette période (à : https://www.youtube.com/watch?v=3S69l... ). C’est pour lui, comme pour tous les Palestiniens de Gaza un site archéologique précieux dont ils ont hérité et qu’il faut préserver.
Ce hammam est un lieu vivant, ouvert tous les jours, jusqu’à midi pour les hommes et l’après-midi pour les femmes. Il est fréquenté par un public varié, pauvres comme riches, analphabètes comme intellectuels.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • DES AVOCATS INTERPELLENT MACRON
  • Gaza : le double langage du procureur de la CPI alors qu’un génocide est en cours

    Le 3 décembre 2023, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a achevé sa première mission en Israël et en Palestine. En Israël, il a rencontré des survivants et des familles de victimes des attaques du Hamas du 7 octobre ; à Ramallah, en Palestine, il a tenu des réunions avec des responsables palestiniens et des victimes de Gaza et de Cisjordanie. Depuis le début de son mandat en juin 2021, il est resté relativement discret quant à la situation en Palestine, hormis sa promesse de se rendre (...)

  • L’attaque d’Israël contre le Freedom Theatre dans le camp de Jénine fait partie d’un génocide culturel

    La destruction du théâtre et l’arrestation de son personnel s’inscrivent dans une tentative générale visant à briser les Palestiniens de Cisjordanie occupée sur le plan psychologique et émotionnel
    Lorsque Mustafa Shetha, père de quatre enfants et directeur général du Freedom Theatre, a été enlevé de chez lui le mercredi 13 décembre, qu’on lui a bandé les yeux et qu’il a été incarcéré, battu et privé de nourriture et d’eau, ce n’était pas le fruit du hasard.
    Les soldats israéliens, qui avaient la moitié de son (...)