Amis des arts et de la culture de Palestine

Deux films réalisés par Al Rowwad

En 2006, deux court-métrages ont été réalisés par les jeunes du centre culturel Al Rowwad. Contactez-nous si vous souhaitez obtenir le DVD.

L’ Examen

Durée : 15 minutes
Version originale en arabe avec sous-titres en français ou en anglais
Réalisation : réalisation collective des jeunes du centre culturel Al-Rowwad et d’une équipe de professionnels français
Produit par le Centre Culturel Al-Rowwad, Camp de Réfugiés de Aida, Bethlehem, 2005.

Résumé
Miriam vit dans le camp de réfugiés d’Aida, à Bethléem, et étudie à l’université d’Abu Dis. Aujourd’hui, elle doit passer un examen important. Elle est sur le point de quitter la maison lorsqu’elle entend tirer des coups de feu. Elle se précipite hors de la salle de bain et apprend qu’il y a un couvre-feu. Toutes les routes ont été fermées par l’armée israélienne. Son père veut qu’elle reste à la maison mais Miriam est bien déterminée à passer son examen et elle décide d’essayer de contourner les barrages routiers.
Réussira-t-elle malgré le couvre-feu imposé par l’armée ?

La Nakba

Durée : 5 minutes
Version originale en arabe avec sous-titres en français
Réalisation : réalisation collective des jeunes du centre culturel Al-Rowwad et d’une équipe de professionnels français
Produit par le Centre Culturel Al-Rowwad, Camp de Réfugiés de Aida, Bethlehem, 2005.

Résumé
Abu Taha est un Palestinien originaire du village de Beit Natif près de Hébron.
Il nous décrit la vie dans son village avant 1948, et le ‘désastre’ (la Nakba) lorsque les forces sionistes le chassèrent de sa maison ainsi que sa fuite sur les routes avec sa famille jusqu’à ce qu’il s’installe finalement près de Bethléem, à un endroit qui deviendra le Camp de réfugiés d’Aida.
Ce court-métrage est tantôt poétique, tantôt un compte rendu très dur des événements qui ont bouleversé la vie de cet homme qui mourut en 2006….sans avoir revu son village.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Le 1er mai 2022 pour les travailleurs palestiniens : Souffrance permanente, colonisation ,occupation et apartheid.

    Souffrance permanente, colonisation ,occupation et apartheid.
    Dans une conjoncture particulière et un contexte difficile, marqué notamment par la poursuite de l’occupation, le maintien de la colonisation et les mesures atroces de l’occupation que les travailleurs palestiniens célèbrent la journée mondiale du travail, ce premier mai 2022.
    Les travailleurs palestiniens, en souffrance au quotidien à cause de la colonisation qui avale chaque jours les terrains appartiennent aux Palestiniens , de (...)

  • La réaction de l’Occident à l’invasion russe détruit les prétextes invoqués pour rejeter le BDS contre Israël de l’apartheid

    Les Palestiniens regardent avec empathie la souffrance de millions d’Ukrainiens en proie à la guerre, en particulier les réfugiés, au nombre de plus de deux millions, qui cherchent la sécurité dans les pays voisins. En harmonie avec la majorité absolue de l’humanité qui vit dans le Sud global, le Comité national palestinien du BDS, la plus grande coalition de la société palestinienne à la tête du mouvement BDS mondial, s’oppose à la guerre, que ce soit l’agression illégale de la Russie en Ukraine (...)

  • L’apartheid d’Israël contre la population palestinienne : un système cruel de domination et un crime contre l’humanité

    Notre rapport révèle la véritable ampleur du régime d’apartheid d’Israël.
    Que ce soit dans la bande de Gaza, à Jérusalem-Est, à Hébron ou en Israël, la population palestinienne est traitée comme un groupe racial inférieur et elle est systématiquement privée de ses droits. Nous avons conclu que les politiques cruelles de ségrégation, de dépossession et d’exclusion mises en œuvre par Israël dans tous les territoires sous son contrôle constituent clairement un apartheid. La communauté internationale a le devoir (...)