Amis des arts et de la culture de Palestine

Bilan de la tournée SÎN 2007 en Cisjordanie

Fanny et l’Arbre à Palabres, la nouvelle création de la compagnie Sîn, ont rencontré un grand succès durant cette tournée en Cisjordanie. Du 15 au 31 octobre 2007, dix représentations ont été organisées dans six villes, pour le plus grand bonheur de plus de 2 200 enfants.

Emilien Urbach et Jérôme Kocaoglu ne s’attendaient pas à voir des réactions aussi vivantes lors de certains passages du spectacle : l’apparition de décors à l’ouverture des valises, les passages musicaux toujours rythmés par des centaines de mains et le "must", l’ouverture de la malle lumineuse pour le théâtre d’ombre, accueillie au pire par des exclamations d’étonnement teintées de plaisir, au mieux par une véritable "standing ovation".

La durée du spectacle, 40mn, était très bien adaptée à l’auditoire de ces enfants des camps de réfugiés, à la concentration parfois volatile et toujours très nombreux. Il a été possible d’avoir certains échanges avec le public après le spectacle, malgré les problème de langue, la densité de l’auditoire (qui rendait le dialogue un peu décousu), les allers et venus... sans doute un travail préparatoire avec les instituteurs ou le personnel des centres culturels aurait favorisé ces échanges, et permis aux enfants de mieux comprendre les enjeux de la pièce. A méditer pour les prochains projets.

D’une manière générale, le seul regret de cette tournée aura été de ne pas passer plus de temps avec chaque groupe, de ne pas réussir à établir de contacts individuels avec ces enfants d’une énergie et d’une curiosité incroyable, ayant soif d’ouverture et de dialogue.

Résumé des représentations

Camp d’Aïda - 17 au 19 octobre
Les deux comédiens, Emilien et Jérôme, répètent au centre Al Rowwad le spectacle avec leur nouvelle bande son en langue arabe, ou comment garder la juste gestuelle et les expressions des marionnettes quand on ne comprend pas les paroles !

Ramallah - 20 octobre
Première représentation au théâtre Al Kasaba, dans de très bonnes conditions techniques. La bande son en arabe fonctionne, 350 enfants des écoles environnantes sont conquis.

Naplouse - 21 et 22 octobre
Darna, la maison des associations de Naplouse, organise pour nous deux représentations sur Naplouse :

- le 21 octobre au centre... pour 250 enfants du camp de Balata

- le 22 octobre dans l’amphithéâtre de l’université Al Najah, avec là encore plus de 200 enfants, en provenance de Naplouse et du camp d’Askar (Darna a offert le transport en bus aux enfants d’Askar pour se rendre à l’université).
Un grand merci à Darna pour l’aide logistique et financière, et pour le dynamisme de Nadia et Hadil.

Camp de Jénine - 23 et 24 octobre
La Théâtre de la Liberté nous accueille pour trois représentations, l’une dédié aux filles, et le lendemain l’une dédié aux garçons et l’autre mixte, ouverte aux parents. Au total presque 400 enfants assistent au spectacle. Inutile de préciser que le groupe des filles et beaucoup plus attentif que celui des 150 garçons !
Nous remercions toute l’équipe de Freedom Theater et Jonatan, qui gère ce centre culturel au milieu du camp de Jénine d’une façon exemplaire, pour leur accueil et leur efficacité.

Camp d’Aïda - 26 octobre
Plus de 150 enfants et adultes se pressent dans la salle du centre Al Rowwad, sous l’oeil superviseur d’Abelfattah Abousrour. Nous commençons avec cette représentation une collaboration technique avec le théâtre El Hara (que nous poursuivrons sur les deux représentations suivantes) : prêt de matériel, embauche d’un régisseur. Encore merci à Issam, géant parmi les régisseurs.

Hébron - 27 octobre
Le centre Isaad de Toufoule, entouré de ses aires de jeux, nous offre sa belle salle de spectacle et un public motivé de 350 enfants.
Là encore, merci à l’association Hébron-France pour leur soutien logistique et leur accueil.

Bethlehem - 28 octobre
Au sommet du camp de Dheisheh (18 000 personnes), le centre Al Feneiq nous permet de jouer devant presque 500 enfants qui s’agglutinent contre la scène, serrent de trop près la régie lumière et font disparaître la régie son. Câbles électriques qui surchauffent, projecteurs qui meurent en cours de spectacle... chaude ambiance de concert hystérique. Un souvenir inoubliable.

Jérusalem - 29 octobre
Dernière représentation au Théâtre National Palestinien. Installation et personnel technique irréprochables, mais un auditoire clairsemé : une soixantaine d’enfants assistent au spectacle, ce qui garantie cependant une meilleure qualité d’écoute. On s’habitue vite à jouer à guichet fermé.

Bilan financier

Nous remercions l’association Sîn d’avoir pris en charge les salaires des comédiens (2000 euros).

La préparation et la coordination de la tournée sur place ont été assurées par des membres bénévoles des Amis d’Al Rowwad.

Le coût total de la tournée a été de 4800 €, financé exclusivement par la Société des Amis d’Al Rowwad.

Recherche de subvention 96 €
Transports internationaux (3 personnes) 1 460 €
Transport fret des décors 1 345 €
Transports inter villes 312 €
Hébergement (4 personne) 165 €
Per diem (4 personnes, 15 jours)
Repas, déplacement en ville
soit 8.5 € / personne / jours
516 €
Communication
Affiche, téléphone
88 €
Spectacle
Salaire artistes ou techniciens, location salle
806 €
Frais financiers
Taux de change, commission
50 €
TOTAL 4 838 €


FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Le 1er mai 2022 pour les travailleurs palestiniens : Souffrance permanente, colonisation ,occupation et apartheid.

    Souffrance permanente, colonisation ,occupation et apartheid.
    Dans une conjoncture particulière et un contexte difficile, marqué notamment par la poursuite de l’occupation, le maintien de la colonisation et les mesures atroces de l’occupation que les travailleurs palestiniens célèbrent la journée mondiale du travail, ce premier mai 2022.
    Les travailleurs palestiniens, en souffrance au quotidien à cause de la colonisation qui avale chaque jours les terrains appartiennent aux Palestiniens , de (...)

  • La réaction de l’Occident à l’invasion russe détruit les prétextes invoqués pour rejeter le BDS contre Israël de l’apartheid

    Les Palestiniens regardent avec empathie la souffrance de millions d’Ukrainiens en proie à la guerre, en particulier les réfugiés, au nombre de plus de deux millions, qui cherchent la sécurité dans les pays voisins. En harmonie avec la majorité absolue de l’humanité qui vit dans le Sud global, le Comité national palestinien du BDS, la plus grande coalition de la société palestinienne à la tête du mouvement BDS mondial, s’oppose à la guerre, que ce soit l’agression illégale de la Russie en Ukraine (...)

  • L’apartheid d’Israël contre la population palestinienne : un système cruel de domination et un crime contre l’humanité

    Notre rapport révèle la véritable ampleur du régime d’apartheid d’Israël.
    Que ce soit dans la bande de Gaza, à Jérusalem-Est, à Hébron ou en Israël, la population palestinienne est traitée comme un groupe racial inférieur et elle est systématiquement privée de ses droits. Nous avons conclu que les politiques cruelles de ségrégation, de dépossession et d’exclusion mises en œuvre par Israël dans tous les territoires sous son contrôle constituent clairement un apartheid. La communauté internationale a le devoir (...)