Amis des arts et de la culture de Palestine

TAHA, LE MONDE NE VOULAIT PAS DE MOI, LE 11 MARS à ARCUEIL

De l’intime à l’universel, l’art pour accepter l’exil. Une pièce palestinienne à succès, adaptée pour la première fois en français, va se jouer à l’espace Jean Vilar : le récit de la vie du poète palestinien Taha Muhammad Ali (1931-2011).

Nous sommes face à un homme seul.

Son monologue puissant renoue avec la dimension orientale du conte.

Taha nous transporte chez lui, en Palestine, en Galilée, dans un petit bout de terre. Le décor scénique est presque nu. Fidèle à la tradition poétique arabe, la musique, créée pour la pièce, emplit l’espace scénique et ponctue le récit. La poésie de Taha Muhammad Ali, interprétée en arabe et en français par le comédien, nourrit le récit, et nous chante, au fil des mots, le rapport du poète à sa terre.

Amer Hlehel, acteur de théâtre et de cinéma, est un dramaturge palestinien engagé dans la défense de la culture arabe. Il rencontre pour la première fois le poète Taha Muhammad Ali en 2001. Son envie de travailler sa poésie pour la scène est ancienne et tenace.

En 2011, à la mort du poète, Amer Hlehel entame des recherches sur Taha, rencontre sa famille, et commence un travail d’écriture qui l’occupe pendant deux ans, jusqu’à la création de la pièce.

Elle est jouée en arabe pour la première fois à Haïfa au théâtre Al-Midane le 7 mai 2014. Le succès est immédiat, un succès spontané, populaire, qui a ensuite porté le texte pendant quatre ans à travers tout le pays, de Jérusalem aux plus petits villages de Galilée.

La version anglaise de Taha - écrite et mise en scène par Amir Nizar Zuabi - voit vite le jour, et la première a lieu à Washington DC en 2017. S’ensuit une tournée internationale.

En octobre 2018, Sylvain Machac assiste à la représentation de la pièce au Théâtre National Palestinien de Jérusalem et rencontre son auteur, Amer Hlehel. La force du texte, la capacité du personnage à lutter contre les vents contraires de la vie vibrent en lui. Quelque temps plus tard, Amer donne toute sa confiance à Sylvain en lui cédant les droits exclusifs de représenter Taha en français pour une durée de 6 ans.

« Cette pièce nous questionne sur le fait d’être étranger dans son pays, sur l’exil, le départ, l’abandon et la résilience, mais surtout sur cette force agissante qu’est l’espoir » - Sylvain Machac.
La vie du poète palestinien Taha Muhammad Ali est le symbole d’une Palestine perdue et reconquise par les mots.

Taha est un poète. Il raconte son parcours. Enfant né à Saffouriya, il a appris à gagner sa vie dans une famille modeste. Taha a dix-sept ans en 1948. L’ Etat d’Israël est né. La guerre et ses bombes s’abattent sur lui, c’est l’exode. Il fuit, il perd tout.

Taha reviendra pourtant sur ses pas, un an plus tard, dans un pays qui n’est plus le sien. Il s’y fait une humble place, ouvre une boutique de souvenirs à Nazareth, et commence à écrire.

Sans haine, Taha, le monde ne voulait pas de moi raconte l’histoire d’une résilience, celle d’un jeune Palestinien brisé qui se relève grâce à la littérature et qui parvient à étouffer son désir de vengeance dans la beauté de la poésie.

..............................................................................................................................................

D’après Taha de Amer Hlehel

Traduction : Najla Nakhlé Cerruti

Adaptation : Astrid Charbrat-Kajdan et Sylvain Machac

Taha : Sylvain Machac

Musique originale et interprétation : Ramzi Aburedwan

Mise en scène : Sylvain Machac

Création lumières : Phillipe Bernard

Dramaturgie : Astrid Charbrat-Kajdan

Scénographie : Sylvain Machac

..............................................................................................................................................

Théâtre

Taha, le monde ne voulait pas de moi

Compagnie Arum

Vendredi 11 mars à 20h30

Espace Jean Vilar, 1 rue Paul Signac

Tarifs : plein 14€ réduit 8€- Durée : 1h20

Réservations au 01 41 24 25 55 ou jeanvilar-accueil@mairie-arcueil.fr



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • L’apartheid d’Israël contre la population palestinienne : un système cruel de domination et un crime contre l’humanité

    Notre rapport révèle la véritable ampleur du régime d’apartheid d’Israël.
    Que ce soit dans la bande de Gaza, à Jérusalem-Est, à Hébron ou en Israël, la population palestinienne est traitée comme un groupe racial inférieur et elle est systématiquement privée de ses droits. Nous avons conclu que les politiques cruelles de ségrégation, de dépossession et d’exclusion mises en œuvre par Israël dans tous les territoires sous son contrôle constituent clairement un apartheid. La communauté internationale a le devoir (...)

  • Un message de Salah Hamouri « Rester, c’est déjà résister »

    Chers amies et Chers amis,
    Je veux juste faire un point avec vous sur là où nous en sommes de la volonté israélienne qui concentre ses coups contre moi mais aussi contre tous mes camarades palestiniens de Jérusalem-Est où je réside.
    Comme vous le savez, les Palestiniens qui résident à JérusalemEst ont un statut très précaire et particulier ; ils ne sont ni Israéliens ni Palestiniens. Ils sont des « résidents » de Jérusalem. Ils ont, à ce titre, une carte « de résident » délivrée par l’occupant. Pour être (...)

  • Le blanchiment par le sport est associé à certains pays – pourquoi pas Israël ?

    L’objectif en douceur du sport israélien est de nous pousser à nous focaliser sur une équipe cycliste ou une visite de Lionel Messi plutôt que sur la Palestine.
    Pendant l’été 2020, un groupe de cinq cyclistes de Ramallah étaient sortis faire un tour quand ils ont été arrêtés par un groupe de colons israéliens. D’après Reuters, en découvrant que les cyclistes étaient Palestiniens, les colons ont commencé à leur lancer des pierres. Quatre se sont échappés dans un champ voisin. Un, Samer Kurdi, a perdu (...)