Amis des arts et de la culture de Palestine

Solidarié des habitants d’Abou Dis avec les prisonniers

Huthaifa Halabiya, Au fil de sa vie il a été arrêté plusieurs fois et à passé 7 ans de sa vie dans les prisons israéliennes.

En grève de la faim depuis 40 jours avec six autres prisonniers.
La direction de la prison le traite comme un criminel et pas comme un prisonnier qui fait la grève de la faim.

Huthaifa a commencé de vomir l’eau qu’il buvait depuis deux jours
Dans l’eau qu’il vomit, il y a la présence de sang venant de son estomac
Il commence à rencontrer des difficultés pour bouger une partie de son corps et pour parler
Il a de grande difficulté à trouver ses mots et à construire ses phrases.
Il a toujours mal à la tête et souffre de douleurs dans les intestins et dans les reins.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Les évadés palestiniens sont des combattants de la liberté

    Les six prisonniers palestiniens évadés sont les combattants de la liberté les plus audacieux qu’on puisse imaginer. Les Israéliens qui ont du mal à l’admettre feraient bien de se rappeler de nombreux films et séries télévisées qu’ils ont vus : S’évader de prison est la parfaite "fin heureuse". L’Acre Prison Break de 1947 - dans lequel des membres de l’Irgun, la milice clandestine pré-étatique dirigée par Menachem Begin, ont fait irruption dans la prison de la ville pour libérer les membres de la milice (...)

  • Des Juifs Européens pour une Paix Juste

    Le réseau des Juifs Européens pour une Paix Juste (EJJP en anglais, JEPJ en français), dont l’UJFP est membre, s’est vu refuser par la Commission Européenne la participation à un comité consultatif sur la stratégie à adopter pour lutter contre l’antisémitisme et favoriser une vie juive en Europe. Après plusieurs échanges de lettres avec les autorités de la Commission qui n’ont donné en réponse aucune explication à leur refus, une lettre ouverte a été rédigée le 5 juillet afin de faire connaître publiquement (...)

  • « PayPal collabore avec l’Anti-Defamation League, un important groupe de pression israélien, pour enquêter sur la manière dont les « mouvements extrémistes et haineux » collectent des fonds.

    Et avec les efforts de grande envergure de ce groupe de pression pour étiqueter le soutien aux droits des Palestiniens comme une forme de fanatisme anti-juif, cela pourrait être un autre moyen pour le secteur privé de censurer et d’entraver les militants antiracistes afin de protéger Israël.
    L’ADL se fait passer pour un groupe de défense des droits civiques tout en sapant systématiquement les mouvements de justice sociale et a ainsi dénoncé à plusieurs reprises les militants noirs pour avoir exprimé (...)