Amis des arts et de la culture de Palestine

Revue de presse

Les articles parus en France (Ouest-France, La Montagne, l’Age de faire, Mag Centre,...) lors de la tournée sont à télécharger ci-dessous

Le Souffleur
« Penses-tu qu’avec ton théâtre à la con tu vas libérer la Palestine ? Qu’as-tu fait pour Gaza ? Qu’as-tu fait pour Hébron ? »

Parce que faire du théâtre en Palestine ne va pas de soi, trois comédiens du Yes Théâtre d’Hébron montent sur les planches d’une terre aux enjeux complexes pour interroger leur utilité dans une ville qui ne cesse d’être colonisée en plein cœur.
>> LIRE LA SUITE

Sole 24 Ore,
(Pages culturelles du dimanche, tirage 500 000)
La scène à nu (Camilla Tagliabue)

Le premier prix du concours international « Il teatro nudo di Teresa Pomodoro » a été remis à l’œuvre 3 en 1 des Palestiniens du Yes Theatre, une pièce « qui met en scène les difficultés, entre vieux tabous et nouveaux ostracismes, des hommes de théâtre [acteurs, metteurs en scène] d’Hébron ». Le spectacle a été choisi « parmi une foule de concurrents venus du monde entier, par un jury de grands du théâtre, présidé par la sœur de Teresa Pomodoro, se composant de Eugenio Barba, Lev Dodin, Frédéric Flammand, Jonathan Mills, Lluis Pasqual, Luca Ronconi * ».
(* Luca Ronconi est metteur en scène au Piccolo Teatro de Milan (fondé par Strelher) jumelé avec le théâtre de l’Odéon de Paris)

Il Corriere della Sera
(Premier quotidien, tirage 800 000)
Quand jouer est un acte d’engagement civil (Livia Grossi)

De la Palestine à l’Argentine et l’Italie. Trois spectacles racontent le monde d’aujourd’hui
« Nous avons récompensé le courage de faire du théâtre en Palestine, un spectacle qui raconte les violences et les préjugés que subissent les acteurs dans la vie de tous les jours ». Tels sont les mots de Livia Pomodoro [la sœur de Teresa], Présidente du Tribunal de Milan, et pour trois jours sur la scène du théâtre No’hma, pour le prix international ‘Le théâtre nu de Teresa Pomodoro’.

3 en 1 de la compagnie palestinienne Yes Theatre remporte le premier prix : une tranche de vie quotidienne qui raconte, en arabe avec sous-titre en italien, les difficultés qu’endure quiconque décide de faire du théâtre une forme de résistance artistique. Une sujet brûlant qui est souvent passé des pages Culture aux pages International de l’assassinat de Juliano Merkhamis, fer de lance du Freedom Theatre, tué en 2011 à Jénine, à l’arrestation de son successeur Nabil Al-Raee, jusqu’à la récente expulsion d’Israël de Pietro Floridia, fondateur de la compagnie du Teatro dell’Argine, parti le 5 novembre en Palestine pour mener à bien un projet co-financé par l’UE. C’est donc un théâtre concret, qui parle de sujets concernant la réalité de notre temps qui a été primé.

Il Giorno
(tirage 400 000)
La Palestine entre deux feux. Avec le théâtre à nu. Et des difficultés en fond. (Diego Vincenti)

Un espace petit, atypique. Capable toutefois de faire entendre les langues du monde. De tisser des fils délicats à travers les continents et les territoires, à la recherche de diversité, de points d’ancrages, d’urgences. Tel est le théâtre No’hma, géré depuis quelques années par Livia Pomodoro (Présidente du Tribunal de Milan).

« Les Yes Theatre sont de jeunes artistes qui font du théâtre le lieu dans lequel exprimer leurs difficultés et leur passion, explique Livia Pomodoro, des difficultés qui viennent du travail dans un pays, dans une société où subsistent d’énormes préjugés sur le théâtre. »

Livia Pomodoro poursuit : « Une situation qui fait sentir le besoin d’exprimer la dignité et le respect de l’homme par la représentation [théâtrale], loin de toute conception d’une activité purement ludique. Le théâtre nu se donne précisément comme objectif de dépasser les hypocrisies, d’aller au-delà des oripeaux, des sollicitations qui ne relèvent pas de la scène. Et de donner ainsi une voix à ceux qui ne sont pas entendus, à ceux qui ont du mal à trouver une citoyenneté, une expression ».

Autres titres parus notamment dans La Repubblica (tirage 700 000) : Le prix Teatro Nudo de Teresa Pomodoro à la Palestine et des journaux en ligne.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)

  • Gaza : la librairie al-Mansour, temple des livres de l’enclave palestinienne, détruite par un bombardement israélien

    Dans la bande de Gaza, le site était considéré comme le temple des livres. C’était le lieu où les lycéens pouvaient trouver un manuel scolaire, les plus pratiquants leur coran et les esprits bohèmes des traductions de Dostoïevski en arabe. Mais mardi dernier, 18 mai, la librairie al-Mansour a été réduite en poussière.
    « Il y a 100 000 livres sous ces ruines »
    Vers 5H00 du matin, Samir al-Mansour, son propriétaire, était chez lui et regardait les chaînes d’info arabes lorsqu’il a appris qu’un (...)

  • Médias détruits à Gaza : RSF demande à la procureure de la CPI de déterminer si ces bombardements constituent des crimes de guerre

    Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées. Les derniers bombardements en date ont détruit, samedi 15 mai, les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press (AP) et de la chaîne qatarie Al-Jazeera. L’armée israélienne justifie ces frappes en expliquant que des équipements du "renseignement militaire" du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, se trouvaient dans les immeubles visés. (...)