Amis des arts et de la culture de Palestine

Récit du refoulement d’un médecin français à l’aéroport de Tel Aviv

Malgré un ordre de mission d’une association américaine et une coordination de l’armée israélienne pour participer à une mission chirurgicale à Gaza, Jacqueline Le Corre, médecin français, vient de se faire refouler de manière totalement arbitraire à l’aéroport Ben Gourion. On attend une fois de plus la réaction du gouvernement français et l’application du "principe de réciprocité"...

Jacqueline Le Corre, nous envoie le témoignage suivant concernant la manière dont elle a été traité à l’aéroport Ben Gourion à Tel Aviv, ce samedi 6 juin vers 17h :

"Dès que la policière commence à feuilleter mon passeport, elle fronce les sourcils, consulte son ordinateur, et me demande de la suivre. Elle remet mon passeport à une responsable qui me reçoit après une vingtaine de minutes d’attente, me demandant ce que je viens faire en Israël.

Je lui réponds que je vais à la Maison d’Abraham à Jérusalem ; elle a un sourire en coin.

oui, mais encore ?
j’ai un ordre de mission d’une association américaine et une coordination de l’armée israélienne pour participer à une mission chirurgicale à l’hôpital Shifa.

Son regard se durcit. Elle appelle alors un collègue masculin qui était dans le bureau d’à côté.
Ah oui, Gaza, Gaza…Vous y êtes allée … en 2012 « comme ça » et il accompagne ses dires d’un geste de la main signifiant quelque chose comme se faufiler.

J’interprète ce geste comme une allusion aux tunnels. Mais avant de prononcer le mot, ce mot qui est toujours mal vécu, je lui demande ce qu’il veut dire.

Vous me comprenez très bien !
Si vous faites allusion aux tunnels, je ne les ai jamais empruntés.

En 2012, l’entrée m’a été refusée à Rafah alors que j’étais invitée avec des collègues à
participer à un colloque scientifique à l’université Al Azhar ; nous avons insisté, nous nous sommes présentés plusieurs fois à la frontière …mais malgré les nombreuses sollicitations …

Dès que je « lâche » le mot tunnel, il ne m’écoute plus, ses yeux lancent des éclairs, il cherche à m’impressionner, sa décision est prise.

« Vous êtes interdite d’entrée sur le territoire israélien pour raison de sécurité ! »

J’ai beau essayer d’argumenter, personne ne m’écoute, on me pousse vers une autre salle d’attente, mon passeport reste en leur possession. Dans cette salle d’attente, il y a beaucoup de monde, je dis aux jeunes policières de faction que c’est incompréhensible d’avoir une coordination pour Gaza et d’être arrêtée à Tel Aviv. Dès qu’elles entendent « Gaza » je sens comme un effroi chez elles ; elles me font taire comme si j’avais dit un gros mot, une énormité.
J’obtempère ne voulant pas envenimer la situation. Alors, j’envoie des sms à des personnes amies et demande à l’une d’entre elles d’appeler Mr Anthony Bruno, directeur de l’Institut français de Gaza.

Celui-ci me fait comprendre qu’il ne peut pas faire grand-chose mais me communique le n° de téléphone du consulat français de Tel Aviv. Là, une jeune femme me dit que tout ce qu’elle peut faire, c’est téléphoner à la police de l’aéroport pour savoir à quelle heure on allait me trouver un avion. Elle me rappelle ; ce sera à 5h du matin.

Comme le consulat de Jérusalem gère les Territoires Palestiniens Occupés, j’essaie d’insister auprès de lui pour qu’il me vienne en aide. On me demande les références de ma coordination ; je les communique aux 2 consulats.

Pendant ce temps, on fouille mes valises, en ma présence, mais mon sac à dos et mon Smartphone, en mon absence, malgré mes protestations. Je suis certaine qu’à ce moment-là, on photocopie tous mes documents, y compris mes répertoires professionnels qui comportent de nombreuses coordonnées de patients, ce qui est parfaitement illégal.

Ensuite, on me conduit, ainsi que d’autres personnes, au centre de rétention pour migrants (vers 22h) où l’on me privera de toutes mes affaires sauf de mon portefeuille. A 4h on me réveille pour me conduire à l’avion.

Rétrospectivement, je suis toujours outrée par le comportement arbitraire et illogique des autorités israéliennes que j’ai subi, impuissante : soit on donne une coordination pour Gaza et on laisse passer les gens, soit on la refuse et les intervenants ne font pas le voyage pour rien !
A moins que ce ne soit une occasion rêvée pour collecter des renseignements sur les résistants sans payer des collabos ou utiliser la torture sur les prisonniers politiques.
En tout cas, il y a là une grave atteinte aux droits humains (pour ne pas dire un profond mépris) qui mérite une protestation auprès de l’ambassade d’Israël en France et une information auprès du ministère français des affaires étrangères. "

Jacqueline Le Corre, Médecin

CAPJPO-EuroPalestine



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • la Cour Pénale Internationale envisage, enfin, l’ouverture d’une enquête

    Après des années d’atermoiements, la Procureure de la Cour Pénale Internationale (CPI) a annoncé vendredi qu’elle avait finalement assez d’éléments de preuves pour ouvrir une enquête sur les crimes israéliens contre les Palestiniens de la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, et de la bande de Gaza.
    « J’ai la conviction que des crimes de guerre ont été ou sont en train d’être perpétrés en Cisjordanie, y inclus Jérusalem-Est, et la bande de Gaza », a déclaré Fatou Bensouda dans un communiqué diffusé à La Haye (...)

  • Flottille vers Gaza : la procureure de la CPI réitère son refus de poursuivre Israël

    La procureure de la Cour pénale internationale (CPI) a réaffirmé lundi qu’il n’y avait pas matière à poursuivre Israël pour le raid meurtrier contre une flottille humanitaire à destination de Gaza en mai 2010.
    La décision de la procureure Fatou Bensouda survient trois mois après que la CPI lui a ordonné, pour la deuxième fois, de réexaminer la nécessité ou non de poursuivre Israël.
    "Il n’y a toujours pas de base raisonnable pour ouvrir une enquête", a déclaré Mme Bensouda à la Cour, dans un document (...)

  • Pourquoi j’ai intenté un procès à l’UE pour son commerce avec les colonies de peuplement

    Je fais partie d’un groupe de sept personnes qui ont intenté un procès à l’exécutif de l’Union européenne pour son commerce avec des colonies de peuplement dans des territoires sous occupation militaire.
    Il peut sembler étrange que nous ayons agi ainsi au même moment où le plus haut tribunal de l’UE statuait que tous les produits en provenance des colonies d’Israël en Cisjordanie et sur le plateau du Golan devaient être étiquetés avec précision.
    Toutefois, il faut souligner qu’en dépit de ce verdict, (...)