Amis des arts et de la culture de Palestine

Prison israélienne, cimetière des vivants

Autant j’étais content d’être libéré et de retrouver les miens, autant j’étais triste d’avoir laissé derrière moi mes camarades prisonniers. ’’ Saher Aman - prisonnier palestinien libéré des prisons israéliennes aprés 15 ans de détention’’
Saher Aman, 48 ans, marié, 5 enfants, habitant de Deir al-Balah au centre de la Bande de Gaza, est un prisonnier palestinien qui vient d’être libéré. Il a été emprisonné 3 fois ; sa dernière peine était de 15 ans dans les prisons israéliennes.
Saher vient d’être libéré laissant derrière lui des milliers de prisonniers palestiniens qui vivent dans des conditions très difficiles. (Selon Al-Araby Al-Jadid ils sont 4 450 dont 31 femmes et 175 mineurs ; parmi eux plus de 700 sont retenus en « détention administrative », c’est à dire emprisonnés sans jugement). Il revient un peu sur son histoire pour parler des premiers jours de son arrestation, des dures conditions de vie dans les prisons israéliennes et de la politique de négligence médicale permanente des autorités israéliennes (233 Palestiniens sont morts en prison dont au moins 74 victimes de cette politique).
Saher redécouvre le camp de réfugiés où il a grandi, la mer qui représente tellement pour lui ; il découvre son fils, Youssef, de 21 ans qu’il n’a pas pu voir grandir derrière lui quand il a été arrêté par l’occupation israélienne.
Saher décrit ce mélange de sentiments qui oscillent entre la joie de retrouver les siens et la liberté et la tristesse à la pensée de ses camarades qui croupissent toujours dans les prisons israéliennes.
Ce film était tourné 24 heures avant le décès de Nacer Abu Hmeid, un prisonnier palestinien mort des suites de l’incurie des médecins pénitentiaires.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • « POURQUOI JE NE PARTICIPE PAS AUX MANIFESTATIONS À TEL AVIV », PAR GIDEON LEVY

    Samedi, des manifestants anti-extrême droite brandissent des drapeaux israéliens au centre Horev à Haïfa. Encore une fois je ne suis pas allé place Habima, ni rue Kaplan, pour rejoindre les manifestations », écrit Gideon Levy dans le journal israélien Haaretz.
    "Pourquoi je ne participe pas aux manifestations à Tel Aviv" « Mes jambes ne m’y ont pas porté et mon cœur m’a empêché de participer à une protestation largement justifiée, mais qui n’est pas ma protestation. Une manifestation recouverte d’une mer de (...)

  • ALLEMAGNE : APRÈS LES JUIFS, LES PALESTINIENS ?

    L’Allemagne, le pays sans doute le plus vulnérable au monde à la propagande sioniste, vu son passé, est en train de concocter des mesures de répression surréalistes contre tout ce qui est de près ou de loin palestinien, ou défendant la cause palestinienne !
    Un nouveau rapport publié par la Conférence allemande des ministres de l’Intérieur (IMK), concentrée sur « la prévention et l’intervention contre l’antisémitisme relatif à Israël » fait un total amalgame entre antisionisme et antisémitisme en se servant (...)

  • Des figures de proue du théâtre britannique accusent de Maccarthysme le prix européen de théâtre des temps modernes

    Un prix couronnant l’œuvre de toute une vie, attribué à Caryl Churchill, retiré pour son soutien aux Palestiniens. Ce retrait donne lieu à une intervention importante de plus de 170 acteurs, metteurs en scène et écrivains.
    Plus de 170 acteurs, écrivains et metteurs en scène ont accusé de « Maccarthysme moderne » le jury du Prix 2022 du théâtre européen décerné en Allemagne, après qu’il a retiré le Prix de l’œuvre d’une Vie à la dramaturge britannique de renom Caryl Churchill pour son soutien aux droits des (...)