Amis des arts et de la culture de Palestine

« PayPal collabore avec l’Anti-Defamation League, un important groupe de pression israélien, pour enquêter sur la manière dont les « mouvements extrémistes et haineux » collectent des fonds.

Et avec les efforts de grande envergure de ce groupe de pression pour étiqueter le soutien aux droits des Palestiniens comme une forme de fanatisme anti-juif, cela pourrait être un autre moyen pour le secteur privé de censurer et d’entraver les militants antiracistes afin de protéger Israël.

L’ADL se fait passer pour un groupe de défense des droits civiques tout en sapant systématiquement les mouvements de justice sociale et a ainsi dénoncé à plusieurs reprises les militants noirs pour avoir exprimé leur soutien à la lutte de libération palestinienne.

Le partenariat avec PayPal est géré par le soi-disant « Centre sur l’extrémisme de l’ADL », qui se présente comme « une autorité de premier plan en matière d’extrémisme, de terrorisme et de haine ».

Le géant de la technologie financière PayPal laisse apparemment l’ADL, avec sa longue histoire d’espionnage des militants des droits de l’homme, dicter ce qui est et ce qui n’est pas « extrémiste » sans que ce processus soit transparent ou responsable.

JPEG - 38.7 ko

« Le discours politique palestinien et musulman est souvent diffamé et qualifié d’ »extrémiste » ou de haineux via la définition trop large de l’étiquette d’antisémitisme, et l’ADL a été à la tête de certains de ces efforts », souligne Diala Shamas, avocate du Centre pour les droits constitutionnels, auprès d’Electronic Intifada.

Le groupe s’insère régulièrement dans des formations « anti-biais » d’entreprises et d’écoles publiques tout en généralisant la haine anti-musulmane et en dénigrant les organisations communautaires palestiniennes, musulmanes et arabes.

Mais la relation PayPal-ADL est logique, car tous deux sont depuis longtemps hostiles aux partisans des droits des Palestiniens. PayPal et sa filiale Venmo ont l’habitude de « restreindre les transactions et de bloquer certains comptes sans proposer de justifications pour contester ce blocage », a déclaré Shamas.

« Souvent, au moment où le problème est résolu, il a déjà été perturbateur. Le partenariat avec l’ADL ne fera probablement qu’accentuer cette tendance », a-t-elle prévenu.

Les informations recueillies par ce partenariat « seront largement partagées dans l’ensemble du secteur financier », ainsi qu’avec la police et les législateurs, annonce l’ADL.

Tout en prétendant être un allié du mouvement Black Lives Matter, l’ADL se vante depuis longtemps de ses liens étroits avec les plus hauts niveaux des forces de l’ordre américaines. L’ADL envoie régulièrement des responsables américains de la police en voyage en Israël pour une formation aux tactiques de « contre-terrorisme intensif ».

« La façon dont ils utilisent le langage de la sécurité et des droits [de l’homme] nous est très familière », déclare Emmaia Gelman, chercheuse et militante. « Ils prennent ce langage qui vient des revendications de gauche et progressistes pour que les choses soient justes, et ils le transforment en utilisations d’entreprise et de capital », a-t-elle déclaré. L’ADL s’est engagée avec les principales sociétés de la Silicon Valley pour effectuer un travail de « justice technologique ». « Leur Centre sur l’Extremisme ne recherche plus nécessairement les suprémacistes blancs, mais conclut ces partenariats avec de grandes entreprises technologiques – ce sont les espaces où il est capable d’animer un langage anti-haine ».

Une fois que l’ADL « est entré dans le maillage de cette structure de pouvoir », s’inquiète Gelman, « il sera difficile de l’en sortir ».

En 2020, plus de 100 principaux groupes de défense des droits civiques et de justice sociale aux États-Unis ont appelé les organisations alliées à abandonner les partenariats avec l’ADL. Shamas souligne qu’en tant que groupe hostile au plaidoyer pour les droits des Palestiniens et d’autres causes progressistes, l’ADL « ne devrait pas être l’arbitre de ce qui est « haineux » ou « extrémiste » pour une entreprise privée ».

Or, les défenseurs des droits palestiniens, « surtout en ce moment où ils font face à des efforts sans précédent pour réprimer leur voix, sont particulièrement dépendants de la collecte de fonds via ces plateformes de paiement en ligne », fait-elle remarquer.

Cet accord entre l’ADL et PayPal n’est que l’un des nombreux qu’il a annoncés en juillet. Le groupe de pression s’associe également à l’Union du judaïsme réformé « pour lancer un outil de reportage sur l’antisémitisme que l’ADL et l’URJ surveilleront », selon le journal israélien Haaretz.

L’ADL a en effet passé de nombreuses années à élaborer et à approuver une législation qui qualifierait la critique d’Israël d’antisémite, en particulier sur les campus universitaires.Le groupe de pression dit qu’il travaillera avec l’Union du judaïsme réformé et offrira des ressources pour recenser les actes de fanatisme anti-juif, qui pourraient être ajoutés à l’« Audit des incidents antisémites » annuel de l’ADL. Mais ce qu’il considère comme des « incidents antisémites » pourrait être une autre occasion de promouvoir ses objectifs. Dans un récent rapport, par exemple, le groupe de pression a affirmé qu’il y avait une forte augmentation des actes de sectarisme anti-juif à peu près au même moment où Israël a commencé à massacrer des Palestiniens et à raser des maisons et des bâtiments à Gaza en mai. Cependant, le groupe n’a pas étayé bon nombre de ces affirmations.

« L’ADL considère les plaintes anonymes concernant la couverture médiatique comme des incidents antisémites, ainsi que pratiquement toutes les allégations non fondées que quelqu’un enregistre, puis les compile, hurle à propos d’une« vague d’antisémitisme » et utilise le battage médiatique pour collecter des fonds », a déclaré Max Blumenthal de La Zone Grise. Notamment, l’ADL a aidé à mener une campagne de diffamation implacable contre le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) pour les droits des Palestiniens.

Source : Reportage de Nora Barrows-Friedman pour Electonic Intifada



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Les évadés palestiniens sont des combattants de la liberté

    Les six prisonniers palestiniens évadés sont les combattants de la liberté les plus audacieux qu’on puisse imaginer. Les Israéliens qui ont du mal à l’admettre feraient bien de se rappeler de nombreux films et séries télévisées qu’ils ont vus : S’évader de prison est la parfaite "fin heureuse". L’Acre Prison Break de 1947 - dans lequel des membres de l’Irgun, la milice clandestine pré-étatique dirigée par Menachem Begin, ont fait irruption dans la prison de la ville pour libérer les membres de la milice (...)

  • Des Juifs Européens pour une Paix Juste

    Le réseau des Juifs Européens pour une Paix Juste (EJJP en anglais, JEPJ en français), dont l’UJFP est membre, s’est vu refuser par la Commission Européenne la participation à un comité consultatif sur la stratégie à adopter pour lutter contre l’antisémitisme et favoriser une vie juive en Europe. Après plusieurs échanges de lettres avec les autorités de la Commission qui n’ont donné en réponse aucune explication à leur refus, une lettre ouverte a été rédigée le 5 juillet afin de faire connaître publiquement (...)

  • « PayPal collabore avec l’Anti-Defamation League, un important groupe de pression israélien, pour enquêter sur la manière dont les « mouvements extrémistes et haineux » collectent des fonds.

    Et avec les efforts de grande envergure de ce groupe de pression pour étiqueter le soutien aux droits des Palestiniens comme une forme de fanatisme anti-juif, cela pourrait être un autre moyen pour le secteur privé de censurer et d’entraver les militants antiracistes afin de protéger Israël.
    L’ADL se fait passer pour un groupe de défense des droits civiques tout en sapant systématiquement les mouvements de justice sociale et a ainsi dénoncé à plusieurs reprises les militants noirs pour avoir exprimé (...)