Amis des arts et de la culture de Palestine

Palestine "poème"

Palestine

Tes femmes crient leur douleur espérant toucher les cœurs,

Cherchant sous les décombres leurs enfants démembrés.

Des enfants que l’opinion publique refuse de regarder,

Tandis que dans tes écoles la peur valse avec l’horreur.

Le téléphone sonne, courir pour vivre sans savoir où aller.

Les langues veulent t’envoyer sur le banc des accusés,

Prêtent à légitimer le pire pour t’empêcher de résister.

On raconte que tu aimes la mort au point de la chercher,

Que tes enfants, c’est toi, qui les utilise comme boucliers !

La main qui te maintient la tête sous l’eau, agacée se plaint,

Tu remues trop les jambes et tu ne desserres pas les poings.

Quand je te vois te débattre ainsi pour respirer, je me dis :

Il est aveugle celui qui ne voit pas combien tu aimes la vie.

Ce monde sombre dans la maladie et si un jour il guérit…

On lira dans nos livres d’histoire l’injustice que tu subis ;

Les crimes contre l’humanité qui sur ta terre sont commis,

Les chaînes qui t’étouffent blessant tes jours et tes nuits.

Tu ne demandes rien de plus que ce qui te revient de droit,

Ensanglantée tu portes tes espoirs de liberté à bout de bras.

Le monde est témoin de ton manque audacieux de lâcheté,

Puisse le monde te voir un jour apaisée, replanter tes oliviers !

Ibtissem EZ



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • DES AVOCATS INTERPELLENT MACRON
  • Gaza : le double langage du procureur de la CPI alors qu’un génocide est en cours

    Le 3 décembre 2023, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a achevé sa première mission en Israël et en Palestine. En Israël, il a rencontré des survivants et des familles de victimes des attaques du Hamas du 7 octobre ; à Ramallah, en Palestine, il a tenu des réunions avec des responsables palestiniens et des victimes de Gaza et de Cisjordanie. Depuis le début de son mandat en juin 2021, il est resté relativement discret quant à la situation en Palestine, hormis sa promesse de se rendre (...)

  • L’attaque d’Israël contre le Freedom Theatre dans le camp de Jénine fait partie d’un génocide culturel

    La destruction du théâtre et l’arrestation de son personnel s’inscrivent dans une tentative générale visant à briser les Palestiniens de Cisjordanie occupée sur le plan psychologique et émotionnel
    Lorsque Mustafa Shetha, père de quatre enfants et directeur général du Freedom Theatre, a été enlevé de chez lui le mercredi 13 décembre, qu’on lui a bandé les yeux et qu’il a été incarcéré, battu et privé de nourriture et d’eau, ce n’était pas le fruit du hasard.
    Les soldats israéliens, qui avaient la moitié de son (...)