Amis des arts et de la culture de Palestine

ORIENT DANCE THEATRE ; RAPPORT D’ACTIVITES POUR L’ANNÉE 2018-2019

L’année 2018-2019 a été l’année de la construction de la structure et du programme de l’école de ballet. Le nombre d’élèves de ballet augmente et nous constatons une plus grande passion pour le ballet de la part des élèves et de leurs parents. ODT a commencé à agrandir et à moderniser la salle de formation afin de pouvoir accueillir davantage d’étudiants et d’offrir davantage d’espace.

Vision
Encourager l’expression de l’identité à travers l’art.

Mission
Motiver les individus à rechercher l’inspiration dans leur environnement et les encourager à concentrer leur énergie pour s’exprimer à travers l’art du mouvement.

Objectifs
- 1. Centre continuellement en mouvement du mouvement artistique, offrant un espace sûr et sans jugement.
- 2. Éduquer les Palestiniens dans le domaine de la danse contemporaine.
- 3. Enrichir la société palestinienne avec des danseurs et des enseignants contemporains.
- 4. Introduire la culture palestinienne dans le monde à travers des performances professionnelles de danse contemporaine.
- 5. Mise en réseau et coopération avec la scène internationale de la danse contemporaine.
- 6. Développer les arts du spectacle et ce sont des programmes pour exposer les apprenants à différents arts.
- 7. Favoriser l’intégration de l’art dans la communauté.

Valeurs organisationnelles.
- 1-créativité
- 2- Responsabilité / Confiance
- 3- professionnalisme
- 4- Accessibilité
- 5-approche personnelle

GRAND MERCI à notre supporter (Amis des arts et de la culture de Palestine)

GRAND MERCI à nos partenaires, Sillam music - Belgique, MTU Liens éthiques - Estonie et Krinal | mansour - Palestine, ministère de la Culture palestinien).

Activités ODT pour l’année 2018-2019
- 1. Formation aux écoles d’art.
- 2. Visites internationales, ateliers et spectacles

1. Formations dans les écoles d’art
En 2018-2019, les ODT ont formé environ 70 enfants et adolescents âgés de 5 à 14 ans de Ramallah, Al Bireh, du camp de réfugiés de Jalazoun, du camp de réfugiés de Dheisheh (région de Bethléem) et des environs de ODT. L’école des arts de la scène a été divisée en catégories suivantes :
- Cours de ballet dans lesquels des cours hebdomadaires (ballet et pré-ballet) sont donnés à 50 enfants en fonction de l’âge et du niveau.
Les groupes étaient répartis comme suit : enfants âgés de 5 à 7 ans, 8 à 10 ans, 11 à 12 ans et 13 ans et plus. Les classes duraient de 1 à 2 heures de pratique pour chaque groupe d’âge.
Au cours de l’année 2018-2019, les élèves et leurs parents étaient plus engagés dans les cours et nous pouvions clairement constater plus de discipline personnelle chez les élèves et une motivation des parents.
Cela a montré un profond intérêt (pour le ballet art et l’éducation au ballet) des enfants et de leurs parents.

En 2018-2019, l’enseignante principale, Nina Reewa, a animé les formations.
Spectacles de ballet dans le cadre de la vision ODT pour développer les compétences artistiques de l’élève et sa confiance en soi, les élèves de l’école de ballet ont présenté un ballet de printemps au stade de la Société de Secours Médicale Palestinienne à Al Bireh en février 2019
Le but de la présentation était de montrer aux parents des élèves ce que leurs enfants ont appris et comment ils progressent dans le ballet.

Cours de danse contemporaine / Ateliers
Entre avril et mai 2019, un professeur de danse de l’ODT (Maher Shawamreh) a animé un atelier de danse à Bethléem pour le groupe de danse Jothoor.
L’objectif de l’atelier de 8 classes est de développer la capacité des danseurs du groupe en danse contemporaine.

Camp d’été :
En juillet 2019, 15 enfants du camp de réfugiés de Jalazoun ont participé à des cours et à des formations en art contemporain (danse contemporaine et créative, théâtre, éducation musicale).
Un professeur de danse contemporaine, un professeur de théâtre et deux professeurs de musique ont travaillé 15 jours avec des enfants

2. Visites internationales, ateliers et spectacles.
2018-2019 a été une autre année de voyages, de réseautage et de spectacles hors de la Palestine dans le but de présenter l’art palestinien à l’étranger et de créer des réseaux de danseurs, d’organisations et de militants culturels pour une coopération future.
Le chorégraphe / danseur Maher Shawamre (fondateur de ODT) a participé à différents festivals et ateliers.
En avril 2019, Maher a dirigé un atelier destiné aux jeunes handicapés dans le cadre des activités du Forum artistique international Awladna pour les doués.

Informations de contact :
Théâtre Orient et Danse
Al Bireh, bâtiment n ° 18 de la rue Naplouse
www.orientdt.org
Tel : +972 2 2406880
Fax : +972 2 2406881
info@orientdt.org
https://www.youtube.com/user/OrientDanceTheatre

RAPPORT D’ACTIVITES POUR L’ANNÉE 2018-2019


FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Flottille vers Gaza : la procureure de la CPI réitère son refus de poursuivre Israël

    La procureure de la Cour pénale internationale (CPI) a réaffirmé lundi qu’il n’y avait pas matière à poursuivre Israël pour le raid meurtrier contre une flottille humanitaire à destination de Gaza en mai 2010.
    La décision de la procureure Fatou Bensouda survient trois mois après que la CPI lui a ordonné, pour la deuxième fois, de réexaminer la nécessité ou non de poursuivre Israël.
    "Il n’y a toujours pas de base raisonnable pour ouvrir une enquête", a déclaré Mme Bensouda à la Cour, dans un document (...)

  • Pourquoi j’ai intenté un procès à l’UE pour son commerce avec les colonies de peuplement

    Je fais partie d’un groupe de sept personnes qui ont intenté un procès à l’exécutif de l’Union européenne pour son commerce avec des colonies de peuplement dans des territoires sous occupation militaire.
    Il peut sembler étrange que nous ayons agi ainsi au même moment où le plus haut tribunal de l’UE statuait que tous les produits en provenance des colonies d’Israël en Cisjordanie et sur le plateau du Golan devaient être étiquetés avec précision.
    Toutefois, il faut souligner qu’en dépit de ce verdict, (...)

  • « Soumaya présente le point de vue des victimes de l’état d’urgence »

    Premier film à revenir sur les dégâts humains de l’état d’urgence instauré au lendemain des attentats de novembre 2015 à Paris, Soumaya n’a pas encore trouvé de distributeur.
    Soumaya est cadre dans une entreprise responsable de la sécurité de l’aéroport Charles de Gaulle. Musulmane, mère d’une petite fille, elle voit du jour au lendemain sa vie bouleversée lorsqu’elle est licenciée après avoir subi une perquisition administrative.
    Sur la base d’une dénonciation anonyme sans doute due à un collègue envieux, (...)