Amis des arts et de la culture de Palestine

Naplouse sous les bombes

Les chars, bulldozers et soldats tirent sur ce qui reste de la Mokataa de Naplouse depuis hier mercredi, peu après l’aube. Le lieu est un bâtiment massif de l’époque du mandat britannique, déjà bombardé par des F 16 au début de l’intifada.
Il est détruit à 70 %. Dans une aile encore intacte, il abrite la prison civile de Naplouse, les bureaux du ministère de la santé, le service des passeports pour tout le nord de la Cisjordanie et les bureaux de la police Palestinienne.

En cette journée de mercredi l’armée israélienne s’acharne à détruire le tout sous ses occupants, 250 policiers et détenus sont sortis nus des bâtiments et renvoyés dans des voitures cellulaires.

Un détenu de droit commun a préféré s’immoler par le feu de peur d être pris par les israéliens. Plusieurs résistants sont toujours dans les ruines du bâtiment refusant de se rendre. On compte 5 morts dont un jeune détenu (26 ans) et 65 blessés. Même les journalistes et les équipes médicales ont reçu une salve de balles en caoutchouc.

Aujourd’hui (jeudi 20 juillet, 10h du matin) les tirs continuent et les israéliens menacent de faire intervenir des F16. Des centaines de jeunes sifflent, crient et jettent des pierres contre les chars.

Partout les gens répètent « A quand la démission du président et la dissolution de l’autorité Palestinienne, pour que la communauté internationale sache une fois pour toute, que Naplouse, Hébron, Jenin et la Cisjordanie sont des territoires où les israéliens sont une force d’occupation, sans limite, le roi est nu maintenant ».

Quant à moi, je passe ma journée à maudire les états arabes pour leurs silences et complicités avec l’occupation ici, à Beyrouth et à Bagdad - vivement qu’on occupe ces lieux de honte que sont devenus les bureaux de la ligue arabe : Rabat, Paris, le Caire.

Un jeune Palestinien connaissant mes origines Marocaines me dit « Le roi du Maroc, président du Comité Al Quods est silencieux », et moi je lui réponds que je n’ai pas d’autre roi que ceux qui résistent sous les décombres de la Moukataa et des quartiers et villages du Liban.

En fait, majesté des mouches, quand dégageras-tu de la présidence de ce comité qui salit le nom de Jérusalem ??

Haji Youssef
Naplouse le jeudi 20 juillet 2006.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Flottille vers Gaza : la procureure de la CPI réitère son refus de poursuivre Israël

    La procureure de la Cour pénale internationale (CPI) a réaffirmé lundi qu’il n’y avait pas matière à poursuivre Israël pour le raid meurtrier contre une flottille humanitaire à destination de Gaza en mai 2010.
    La décision de la procureure Fatou Bensouda survient trois mois après que la CPI lui a ordonné, pour la deuxième fois, de réexaminer la nécessité ou non de poursuivre Israël.
    "Il n’y a toujours pas de base raisonnable pour ouvrir une enquête", a déclaré Mme Bensouda à la Cour, dans un document (...)

  • Pourquoi j’ai intenté un procès à l’UE pour son commerce avec les colonies de peuplement

    Je fais partie d’un groupe de sept personnes qui ont intenté un procès à l’exécutif de l’Union européenne pour son commerce avec des colonies de peuplement dans des territoires sous occupation militaire.
    Il peut sembler étrange que nous ayons agi ainsi au même moment où le plus haut tribunal de l’UE statuait que tous les produits en provenance des colonies d’Israël en Cisjordanie et sur le plateau du Golan devaient être étiquetés avec précision.
    Toutefois, il faut souligner qu’en dépit de ce verdict, (...)

  • « Soumaya présente le point de vue des victimes de l’état d’urgence »

    Premier film à revenir sur les dégâts humains de l’état d’urgence instauré au lendemain des attentats de novembre 2015 à Paris, Soumaya n’a pas encore trouvé de distributeur.
    Soumaya est cadre dans une entreprise responsable de la sécurité de l’aéroport Charles de Gaulle. Musulmane, mère d’une petite fille, elle voit du jour au lendemain sa vie bouleversée lorsqu’elle est licenciée après avoir subi une perquisition administrative.
    Sur la base d’une dénonciation anonyme sans doute due à un collègue envieux, (...)