Amis des arts et de la culture de Palestine

NOTRE ASSOCIATION CHANGE DE NOM,MAIS ON CONTINUE LE COMBAT !

Nouveau nom, Nouvelle orientation.

Au cours des 15 années le nom originel de " SOCIETE DES AMIS DU THEATRE AL ROWWAD" s’est simplifié en "AMIS d’AL ROWWAD (AAR) " Le 18 Mai 2019 à l’issue de l’Assemblée extraordinaire l’association change de nom et devient " AMIS des ARTS et de la CULTURE de PALESTINE ".

En 2003, l’association se crée pour accompagner l’émergence du centre Al Rowwad et, forte de ce partenariat, soutenir d’autres initiatives culturelles.

La CULTURE est le mode choisi de soutien à la résistance du peuple palestinien. Culture vitale là- bas pour tous ceux qui subissent occupation et apartheid, culture puissante ici pour élargir le public au delà du cercle militant, chercheur ou professionnel.

C’est le temps des inoubliables tournées de jeunes d’Al Rowwad.

En 2011, Jean Claude Ponsin, fondateur et président, disparait. L’association fragilisée s’investit dans des projets plus modestes. Et puis s’ouvre à d’autres théâtres palestiniens ou d’autres formes d’art comme la poésie, le cinéma, la danse, la broderie ou même la recherche ...

En 2017, la croissance du Centre Al Rowwad vertigineuse et verticale ne s’accordant pas avec la diversification horizontale des Amis d’Al Rowwad, nous avons entamé une réflexion sur nos identités propres en tenant compte du passé commun et de l’intérêt de tous. L’idée de nous fondre dans le COLLECTIF THEATRE PALESTINE n’a pas été retenue car ce réseau est tissé autour du théâtre. Le moment est donc venu de clarifier cette inconfortable situation.

La proposition de changer la dénomination a été votée au cours de cette AG extraordinaire. Le Centre Al Rowwad restera un partenaire privilégié et nous espérons que des groupes reprendront le flambeau avec le nom exclusif d’" AMIS D’AL ROWWAD".

Nous sommes tous " AMIS des ARTS et de la CULTURE de PALESTINE"



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Christophe Oberlin : « L’avenir est à la judiciarisation de la question palestinienne »

    La nouvelle est tombée le 20 décembre 2019. La Procureure auprès de la CPI, Fatou Bensouda annonçait « qu’au terme d’un examen préliminaire approfondi, mené en toute indépendance et objectivité, de l’ensemble des renseignements fiables qui sont en la possession de son Bureau, ce dernier est parvenu à la conclusion que tous les critères définis dans le Statut de Rome pour l’ouverture d’une enquête étaient remplis ».
    L’enjeu de cette enquête ? « Les crimes présumés commis sur le territoire palestinien occupé, (...)

  • Déclaration sur l’antisémitisme et la question de Palestine

    Cent vingt-deux intellectuels et intellectuelles palestiniens et arabes répondent à la définition de l’antisémitisme promue par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste qui est utilisée, dans plusieurs pays d’Europe et d’Amérique, pour réprimer le soutien aux droits palestiniens. Cette Déclaration est publiée conjointement en arabe par Al-Quds (Londres) et Al-Ayyam (Ramallah), en hébreu par Haaretz (Tel-Aviv), en anglais par The Guardian (Londres), en allemand par Die Tageszeitung (Berlin) (...)

  • Appel au boycott des produits israéliens : quand le ministère français de la Justice refuse de distinguer entre des produits et des hommes

    Peut-on encore espérer des autorités françaises une attitude rationnelle au sujet des appels au boycott des produits israéliens ? On peut légitimement se poser la question à la lecture d’une récente dépêche du ministère de la justice.
    Dans son arrêt Baldassi du 11 juin 2020 condamnant la France [1], la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a jugé que l’appel au boycott des produits israéliens ne peut pas en soi constituer une infraction pénale : il est en effet couvert par la liberté d’expression (...)