Amis des arts et de la culture de Palestine

Lundi 13 novembre

Retour ce matin à l’université El Nahja pour une entrevue avec Mohamed Attah, directeur du département des Beaux- Arts, et pour visiter le théâtre de l’université. Salle de presque 900 places, hyper moderne, très bien équipée... et qui pourrait être mise à la disposition du projet. Il restera à la remplir le jour J !

Jamal, l’oncle d’un des jeune musiciens qui nous a hébergé royalement et guidé durant ces deux jours à travers Naplouse, nous ramène au check point de sortie vers Ramallah. C’est tout ce qu’il peut se permettre avec sa voiture : 15 Km au sud, 10 Km au nord.

Sur la route, en pleine Cisjordanie, les colonies israéliennes sont reconnaissables à leur agencement, entre zones pavillonnaires et villages modernes. Souvent un simple grillage les sépare du reste du pays. Nous croisons souvent des groupes de colons qui attendent leur bus ou bien font du stop. Les deux peuples cohabitent dans le même espace, chacun semble invisible pour l’autre.

Après un deuxième contrôle 20 km plus loin (encore 20 min d’attente), nous arrivons à Ramallah pour prendre contact avec le théâtre Al Kasaba. Equipe très pro, salle de 400 places très bien équipée et là encore un enthousiasme pour le projet.

Nous avons juste le temps de revenir au camp d’Aïda avant la nuit : passage à pied, tourniquets, queues et attentes aux check points de Ramallah puis de Bethléem.

Ce soir, nous avons droit à la lecture de Haaretz, un quotidien israélien :

- Selon B’Tselem, une organisation israélienne pour la paix, l’armée israélienne aurait abattu deux prisonniers après leur capture ;

- Un rapport de la Knesset indique que presque 800 prisonniers palestiniens sont en détention préventive, sans aucun jugement (10 000 palestiniens sont en prisons).

- Un article dénonce l’utilisation des bombes à sous-munitions américaines au Liban, présentant une qualité médiocre, avec 30 à 40% de bomblets non explosés, transformant le sud Liban en champ de mines (2 millions de ces bombes ont été lancées cet été, déjà 24 morts depuis la fin des hostilités). L’armée israélienne fabrique de bien meilleures bombes (avec un taux de non explosion de 1%), mais elles sont plus chères, et surtout le matériel américain est acheté avec les aides financières militaires US qui oblige Israël à acheter du matériel américain (3 milliards de dollars d’aide chaque année).



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Flottille vers Gaza : la procureure de la CPI réitère son refus de poursuivre Israël

    La procureure de la Cour pénale internationale (CPI) a réaffirmé lundi qu’il n’y avait pas matière à poursuivre Israël pour le raid meurtrier contre une flottille humanitaire à destination de Gaza en mai 2010.
    La décision de la procureure Fatou Bensouda survient trois mois après que la CPI lui a ordonné, pour la deuxième fois, de réexaminer la nécessité ou non de poursuivre Israël.
    "Il n’y a toujours pas de base raisonnable pour ouvrir une enquête", a déclaré Mme Bensouda à la Cour, dans un document (...)

  • Pourquoi j’ai intenté un procès à l’UE pour son commerce avec les colonies de peuplement

    Je fais partie d’un groupe de sept personnes qui ont intenté un procès à l’exécutif de l’Union européenne pour son commerce avec des colonies de peuplement dans des territoires sous occupation militaire.
    Il peut sembler étrange que nous ayons agi ainsi au même moment où le plus haut tribunal de l’UE statuait que tous les produits en provenance des colonies d’Israël en Cisjordanie et sur le plateau du Golan devaient être étiquetés avec précision.
    Toutefois, il faut souligner qu’en dépit de ce verdict, (...)

  • « Soumaya présente le point de vue des victimes de l’état d’urgence »

    Premier film à revenir sur les dégâts humains de l’état d’urgence instauré au lendemain des attentats de novembre 2015 à Paris, Soumaya n’a pas encore trouvé de distributeur.
    Soumaya est cadre dans une entreprise responsable de la sécurité de l’aéroport Charles de Gaulle. Musulmane, mère d’une petite fille, elle voit du jour au lendemain sa vie bouleversée lorsqu’elle est licenciée après avoir subi une perquisition administrative.
    Sur la base d’une dénonciation anonyme sans doute due à un collègue envieux, (...)