Amis des arts et de la culture de Palestine

Les Petits Gagne-Pains, un programme théâtral pour des jeunes défavorisés

Les jeunes Palestiniens du sud d’Hébron tentent de survivre en ramassant et triant les ordures. Les comédiens du Yes Theatre proposent de les aider à s’exprimer grâce au théâtre et à retrouver le chemin de l’école.

Le projet théâtral "Les Petits Gagne-Pain" s’inscrit dans le programme "Kids for Kids" du Yes Theatre de Hébron, Il est destiné aux jeunes Palestiniens du quartier de Masafer-Yatta, désigné comme « zone de tirs ».

L’absence d’établissements scolaires sécurisés, un long trajet de 24km vers l’école palestinienne ministérielle, la violence des colons sont autant d’obstacles à la scolarisation de ces enfants.

Avec « Les Petits Gagne-Pain » le Yes Theatre désire vivement améliorer la vie et le futur de cette communauté marginalisée.
 ?.
La pratique du théâtre accroit la confiance, la conscience et l’estime de soi en plus d’ajouter du poids aux histoires et expériences personnelles.Le programme a pour but d’aider ces enfants à reconnaitre l’importance de l’éducation, et à les encourager à retourner à l’école.

La pièce de théâtre ainsi produite sera utilisée comme plaidoyer afin de sensibiliser la communauté locale sur l’importance de l’éducation et les effets secondaire du travail des enfants.

Ce projet va pouvoir se réaliser grâce au succès de l’opération de financement participatif par le site KissKissBankBank qui a permis la collecte de 6 051 euros
>http://www.kisskissbankbank.com/little-bread-winners]}

Le programme sera effectué par les acteurs et les professeurs d’art dramatique du Yes Theater en coopération avec le Ministère de l’Education Palestinienne et l’UNRWA. Les adolescents, entre 12 et 18 ans, sont la cible principale de ce projet. L’autre public visé comprend les amis, les parents, la famille et les professeurs de ces jeunes adolescents.

Dans la région d’Hebron, environ 122 communautés vivent dans la zone C avec une population estimée à 67 850 habitants. Hebron possède également 46 communautés Bédouines soit 9417 personnes, la majorité d’entre elles ayant le statut de réfugié. Approximativement 18% de la Cisjordanie fut désigné comme zone militaire fermée pour des exercices d’entrainement militaires ou “zones de tirs”. A Hebron, cela signifie que 19 communautés (3 736 habitants) sont directement situées à l’intérieur de ces “zones de tirs” et 3 communautés (1095 habitants) le sont à proximité.

Les résidents de ces zones sont sous la menace constante de déplacements forcés et se voient systématiquement refuser l’accès à leurs terres agricoles. Le projet se concentre sur les communautés de Masafer-Yatta (le quartier de Yatta) localisées dans les collines du sud d’Hebron. L’armée israélienne y désigna environ 30 000 hectares comme “zones de tirs 918”. Cette zone habite approximativement 1 300 personnes de 19 communautés. Les résidents sont couramment appelés les “troglodytes” puisqu’une grande partie d’entre eux vivent aux abords et à l’intérieur des caves ; sinon les utilisent comme entrepôts ou animalerie. Les résidents ne sont pas autorisés à construire des maisons ou d’autre structures permanentes, et ne peuvent pas mettre en place des systèmes électrique ou de distribution d’eau.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)

  • Gaza : la librairie al-Mansour, temple des livres de l’enclave palestinienne, détruite par un bombardement israélien

    Dans la bande de Gaza, le site était considéré comme le temple des livres. C’était le lieu où les lycéens pouvaient trouver un manuel scolaire, les plus pratiquants leur coran et les esprits bohèmes des traductions de Dostoïevski en arabe. Mais mardi dernier, 18 mai, la librairie al-Mansour a été réduite en poussière.
    « Il y a 100 000 livres sous ces ruines »
    Vers 5H00 du matin, Samir al-Mansour, son propriétaire, était chez lui et regardait les chaînes d’info arabes lorsqu’il a appris qu’un (...)

  • Médias détruits à Gaza : RSF demande à la procureure de la CPI de déterminer si ces bombardements constituent des crimes de guerre

    Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées. Les derniers bombardements en date ont détruit, samedi 15 mai, les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press (AP) et de la chaîne qatarie Al-Jazeera. L’armée israélienne justifie ces frappes en expliquant que des équipements du "renseignement militaire" du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, se trouvaient dans les immeubles visés. (...)