Amis des arts et de la culture de Palestine

Le Saj, le pain festif de nos mères.

A l’époque, les familles palestiniennes préparent le pain de Saj dans des contextes festifs, pendant les fêtes et les grandes invitations. Souvent, le pain de Saj, est accompagné avec la viande de mouton.
Dans les années 1980, les familles bédouines, ont préparé ce pain pour faire le déjeuner des fêtes de mariage. Il y avait une tradition, l’hôte prenait des galettes et les remplissait avec de la viande pour les distribuer aux voisins et aux proches.
A cause les conditions difficiles à Gaza, avec le manque d’électricité et les agressions israéliennes, les familles palestiniennes peuvent facilement préparer ce pain de Saj chez elles pour nourrir ses enfants.
Le pain de Saj est une galette sans levain de 60 à 80 cm de diamètre, très fine. Il est préparé à partir d’une pâte à pain dans la tradition orientale sur un saj, une coupole métallique au-dessus d’un feu de bois.

© Gaza Stories, 2020



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • DES AVOCATS INTERPELLENT MACRON
  • Gaza : le double langage du procureur de la CPI alors qu’un génocide est en cours

    Le 3 décembre 2023, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a achevé sa première mission en Israël et en Palestine. En Israël, il a rencontré des survivants et des familles de victimes des attaques du Hamas du 7 octobre ; à Ramallah, en Palestine, il a tenu des réunions avec des responsables palestiniens et des victimes de Gaza et de Cisjordanie. Depuis le début de son mandat en juin 2021, il est resté relativement discret quant à la situation en Palestine, hormis sa promesse de se rendre (...)

  • L’attaque d’Israël contre le Freedom Theatre dans le camp de Jénine fait partie d’un génocide culturel

    La destruction du théâtre et l’arrestation de son personnel s’inscrivent dans une tentative générale visant à briser les Palestiniens de Cisjordanie occupée sur le plan psychologique et émotionnel
    Lorsque Mustafa Shetha, père de quatre enfants et directeur général du Freedom Theatre, a été enlevé de chez lui le mercredi 13 décembre, qu’on lui a bandé les yeux et qu’il a été incarcéré, battu et privé de nourriture et d’eau, ce n’était pas le fruit du hasard.
    Les soldats israéliens, qui avaient la moitié de son (...)