Amis des arts et de la culture de Palestine

La campagne pour le boycott de l’Eurovision en Israël est lancée !

C’est un appel officiel du syndicat des journalistes palestiniens et d’un grand nombre d’associations culturelles palestiniennes aux organisateurs et participants de l’Eurovision, à boycotter l’édition 2019, annoncée comme devant se dérouler en Israël.

"Est-ce qu’on aurait imaginé organiser l’Eurovision en Afrique du Sud pendant l’Apartheid ?", demandent les signataires de cet appel.

"Le régime d’occupation militaire et de colonialisme israélien se sert de manière indécente de l’Eurovision pour détourner l’attention de ses crimes de guerre contre les Palestiniens.

On sait que depuis le 30 mars dernier, la consigne a été donnée au snipers israéliens de tirer pour tuer ou pour mutiler, et que plus de 120 Palestiniens non armés, dont 13 enfants ont trouvé la mort, tandis que plus de 13.000 Palestiniens ont été blessés, parmi lesquels un grand nombre restera handicapé à vie.

Rien que le 14 mai dernier, soit 2 jours après la victoire israélienne à l’Eurovision, son armée a massacré 62 Palestiniens, dont 6 enfants à Gaza. Et le 14 au soir, Netta Barzilai, la représentante d’Israël à l’Eurovision, faisait la fête à Tel Aviv et se réjouissait avec le maire de la ville.

Que l’Eurovision se tienne à Jérusalem, comme l’a annoncé Netanyahou, qui nargue le droit international, ou dans toute autre ville régie par l’apartheid israélien, nous devons boycotter cet événement.

En Islande, 8 % de la population a déjà signé une pétition dans ce sens.

En Irlande, le précédent vainqueur de l’Eurovision, Charlie McGettigan, le maire de Dublin, des syndicalistes et des hommes politiques, ont appelé au boycott de l’Eurovision.

Des appels similaires sont venus de Grande-Bretagne, de Suède, de Malte, d’Australie, d’Espagne.

En tant que représentants des artistes et des journalistes palestiniens, nous appelons :

Les membres de l’European Broadcasting Union et les candidats à boycotter l’Eurovision en 2019 s’il doit se dérouler en Israël.

les militants pour les droits humains et les syndicats d’artistes des pays qui participent à l’Eurovision à protester et à mener des actions de boycott.

Signataires :

Palestinian Campaign for the Academic and Cultural Boycott of Israel (PACBI)

Palestinian Journalists´ Syndicate

Palestinian Performing Arts Network (PPAN) :

Edward Said National Conservatory of Music– Jerusalem

Al-Kamandjati Association - Ramallah

Magnificat Institute – Jerusalem

Popular Art Centre - Al Bireh

El-Funoun Palestinian Dance Troupe – Al Bireh

Wishah Troupe - Al Bireh

Freedom Theater – Jenin

Theatre Day Productions – Gaza/Jerusalem

Al Harah Theater - Beit Jala

Ashtar Theater - Ramallah

Yes Theatre – Hebron

The Popular Theatre - Ramallah

Palestinian Circus School – Birzeit

Jerusalem Arts Network “Shafaq” :

Al-Ma’mal Foundation for Contemporary Art

The Edward Said National Conservatory of Music

Palestinian Art Court-Al Hoash

Palestinian National Theatre

Yabous Cultural Centre"



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)

  • Gaza : la librairie al-Mansour, temple des livres de l’enclave palestinienne, détruite par un bombardement israélien

    Dans la bande de Gaza, le site était considéré comme le temple des livres. C’était le lieu où les lycéens pouvaient trouver un manuel scolaire, les plus pratiquants leur coran et les esprits bohèmes des traductions de Dostoïevski en arabe. Mais mardi dernier, 18 mai, la librairie al-Mansour a été réduite en poussière.
    « Il y a 100 000 livres sous ces ruines »
    Vers 5H00 du matin, Samir al-Mansour, son propriétaire, était chez lui et regardait les chaînes d’info arabes lorsqu’il a appris qu’un (...)

  • Médias détruits à Gaza : RSF demande à la procureure de la CPI de déterminer si ces bombardements constituent des crimes de guerre

    Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées. Les derniers bombardements en date ont détruit, samedi 15 mai, les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press (AP) et de la chaîne qatarie Al-Jazeera. L’armée israélienne justifie ces frappes en expliquant que des équipements du "renseignement militaire" du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, se trouvaient dans les immeubles visés. (...)