Amis des arts et de la culture de Palestine

LA SITUATION (Jérusalem-Portraits sensibles). Premiers retours

Cher.e.s ami.e.s,

Du 30 janvier au 3 février dernier à l’Échangeur de Bagnolet nous avons pu donner quatre représentations professionnelles des deux parties de « La Situation Jérusalem-Portraits sensibles » dans les meilleures conditions possibles.

Ce n’est qu’un début et nous espérons que bientôt à St Etienne (du 18 au 21 mai), à Dijon (du 3 au 5 juin) et dans d’autres lieux la saison prochaine, nous allons pouvoir livrer notre travail à un public aussi large que possible. Et nous serions heureux que vous puissiez assister à l’une de ces représentations.

Vous lirez ci-dessous quelques extraits de presse et paroles de spectateurs qui en rendent compte.

À très bientôt, j’espère. BB

La situation (Jérusalem-Portraits sensibles) de Bernard Bloch

Avec : Bernard Bloch, Etienne Coquereau, Hayet Darwich, Rania El Chanati, Camille Grandville, Daniel Kenigsberg, Muranyi Kovacs, Jonathan Mallard, Zohar Wexler et Yannick Listra aux claviers

Mise en scène : Bernard Bloch
Scénographie : Didier Payen, assisté de Sarah Garbarg
Costumes : Raphaëlle Bloch, assistée de Marion Duvinage
Musique originale : Arnaud Petit avec la collaboration de Rrackham
Création lumière : Franck Thévenon
Création sonore : Thomas Carpentier et Mikael Kandelman
Régie générale : Marc Tuleu
· Production : Le Réseau (Théâtre)

Du 18 au 21 mai 2021 à la Comédie de St Etienne. Du 3 au 5 juin 2021 au Festival Théâtre en mai à Dijon.

Avec le soutien du Fonds SACD Musique de Scène, avec le soutien de l’ADAMI - l’Adami gère et fait progresser le droit des artistes interprètes en France et dans le monde. Elle les soutient également financièrement pour leurs projets de création et de diffusion. Avec le soutien du DIESE #Auvergne – Rhône-Alpes | dispositif d’insertion de L’École de la Comédie de Saint-Étienne et du Théâtre L’Échangeur - Cie Public Chéri

Extraits de presse :

(…) Après avoir passé quelques mois à Jérusalem où il s’est entretenu avec un grand nombre de personnes Bernard Bloch a écrit et monté La situation où il fait entendre quantité de mots qu’il a glanés (…) Ce faisceau de points de vue relayés par des comédiens on ne peut mieux choisis fait le prix de ce spectacle dont la fin compte parmi les plus déchirantes jamais vues. Joshka Schidlow Allegro Théâtre 3 février 2021

Les neuf comédiens de toutes origines, (Bernard Bloch, Etienne Coquereau, Hayet Darwich, Rania El Chanati, Camille Grandville, Daniel Kenigsberg, Muranyi Kovacs, Jonathan Maillard et Zohar Wexler), tous aussi convaincus que convaincants , interprètent ces gens que Bernard Bloch a interrogés à Jérusalem. (…) La "Situation" est un constat qui cherche à ne pas admettre la victoire des forces rétrogrades qui la considèrent pourtant définitive. Ce travail puissant et sans concession entame peut-être une vraie résistance à bas bruit dont on espère que les fruits seront féconds bien plus rapidement qu’on ne le pense. Philippe Person Froggy’s delight 8 février 2021

Bernard Bloch leur a posé à tous la même question : « Y a-t-il dans votre vie un moment, même furtif, cinq minutes, un mois ou deux ans, où vous avez pensé qu’une vie paisible pourrait advenir entre tous les habitants d’Israël et de Palestine ? » Il n’est pas resté neutre, encore moins indifférent mais engagé et avec un besoin de comprendre ses questions de juif ni croyant ni pratiquant, ses propres malaises, dans une situation qui est la sienne. Et ce qu’il a entendu et restitué, ce ne sont jamais des discours mais des paroles. (…) Au-delà de la qualité extraordinaire des réponses, la beauté de cette écriture -car tisser, tricoter et détricoter toutes ces paroles est une écriture- on entend la vérité de chacun, absolue, même si elle bute sur un aveuglement. Il ne s’agit pas de relativisme. La vérité historique ou géographique de toutes ces vies et de ces expériences, nous la voyons se constituer et se défaire, partielle, dangereuse. Chaque nouvelle parole vient raboter, réajuster ce que nous venons d’entendre, y ajouter une matière inattendue qui change notre regard et notre pensée. (…) L’Histoire éloigne brutalement les hommes. C’est comme ça. « Ici, dit Marius, on est sur la frontière, on comprend plus vite. -On comprend quoi ? -La situation ! » Le spectacle se joue en deux soirées ou en intégrale. C’est long ? Jamais, tant ces instants de parole sont précieux… Christine Friedel, Théâtre du blog, 11 février 21

Bernard Bloch ne juge pas. Il écoute, assemble, confronte, fait entendre ces voix divergentes. Ces personnages, les neuf comédien.ne.s les prennent en charge, avec leurs différences. Les garçons jouent des filles et vice-versa, les accents, les timbres de voix se répondent dans leur diversité. Juif de gauche, pacifiste convaincu, Bernard Bloch cherche la faille par laquelle, finalement, dans ce paysage qui semble bouché, opaque, sans perspective, s’insinuera cette paix qui ne cesse de reculer et semble toujours plus improbable. « Lorsque l’on redescend à hauteur d’homme, le souci de l’autre est plus fort que la haine. » Sarah Franck Arts-chipels 4 février 2021

La scénographie de Didier Payen offre au regard du public un espace lumineux de couleur sable, des pierres éparses et des pages de livre éparpillées sur le sol, dessinant une carte approximative. Les habitants surgissent d’une tente blanche montée sur le plateau. Les figures se tiennent droites, altières et fortes de leurs convictions. Dans un travail choral persuasif, les interprètes se faufilent entre des chaises de jardin de toutes les couleurs, éparses, et des cages d’oiseaux posées ça et là, dont des exemples vivants qui chantent, pendant que d’autres, artificiels, ont pris place sur le dossier d’une chaise. La cage est la métaphore de la situation d’enfermement de ces Portraits sensibles de Jérusalem. Véronique Hotte Hotello 2 février 2021

Bernard Bloch vient de signer la mise en scène d’un huis clos traitant du conflit Israélo-Palestinien, La Situation. Ce spectacle, intelligemment écrit et mis en scène permet de balayer la somme des positions des belligérants des deux camps. Il possède l’immense mérite de réaliser un état des lieux objectif en mettant en relief les sensibilités et les souffrances de ces deux peuples aux points de vue irréconciliables. Ce spectacle convoquant une galerie de portraits divers et variés dans un huis clos haletant nous plonge dans la réalité d’un conflit qui dure depuis plus de 70 ans. Il fait montre d’une grande originalité grâce et sollicite du public une bienveillance et une ouverture d’esprit bienvenues sur un thème toujours aussi clivant. Laurent Shteiner Théâtres.com 10 février 2021

D’un séjour de deux mois à la rencontre des habitant.e.s et travailleur.se.s de Jérusalem, Bernard Bloch en a tiré le contenu d’une nouvelle pièce à la fourmillante sagacité : La situation (Jérusalem – Portraits sensibles). À voir au plus tôt à la Comédie de Saint-Étienne du 18 au 21 mai. (…) Plutôt que de lire certains ouvrages qui entourent le conflit israélo-palestinien, de les comparer, d’analyser avec attention leurs propos et d’essayer de cerner les idéologies partisanes qui les motivent, Bloch invite à écouter. À rebours de la réification mise en place par les rapports et les propositions des organisations internationales, c’est ici l’intimité subjective qui a voix au chapitre. Voilà donc Jérusalem avec Bloch pour guide. Visuellement, sans repères devant une immensité désertique où les mots se perdent – voyons tous ces feuillets déchirés qui jonchent le sol sableux – et où les pierres, lentement se désagrègent, un abri et quelques chaises offrent un précaire cadre à cette exploration de l’intime. De cette mince protection qui rappelle celles utilisées lors de fouilles archéologiques, émerge des êtres tous affectés par « la situation ». Pris dans cette nébuleuse de pensées, le conflit gagne en ampleur et en densité. Un flot de contradictions enfle et entraine le.la spectateur.rice dans un débat à la vive actualité. Tout déborde. Temps et espace se répandent hors des cadres de la représentation. (…) Prétexte à débat, s’interdisant tout dogmatisme, La situation (Jérusalem – Portraits sensibles) démontre de façon édifiante toute la vigueur qui peut habiter l’expression théâtrale. Vincent Bourdet Untitled magazine 16 février 2021

Paroles de spectateurs

Ce que vous m’avez offert cet après-midi est proche de ce qui est pour moi la quintessence du théatre… Le jeu et l’humour, la profondeur et l’intelligence des propos, la précision et la subtilité des acteurs... tout concourt à faire de ce spectacle un moment suspendu et inoubliable. . On est ému et grandi... la dramaturgie et la construction si simple en apparence et si brillante ... finir par ce texte, la beauté de la langue allemande qui vient clore et ouvrir le débat... c’est juste magnifique. Comme un diamant dont chaque facette éclaire celle d’à côté, et l’ensemble est immédiat. Quelle équipe ! Quel travail ! Quelle intelligence et quelle sensibilité. Privée de théâtre depuis des mois, c’est juste un cadeau somptueux . Sophie Lecarpentier, metteuse en scène

Est-ce que vous mesurez, vous les acteurs et actrices de « La situation » le plaisir intense d’être spectateur, de retrouver cette place où l’on reçoit, et où d’une certaine manière, l’on est acteur au moins de sa propre pensée et de son imaginaire ? Que l’on soit d’accord ou pas, chacun des témoignages est légitime. Chaque histoire nous concerne. Et nous questionne sur nous-mêmes et nos préjugés. Anne Morin, documentariste

On est tellement pris dans la pièce, le temps passe tellement vite qu’on assisterait avec plaisir à un troisième épisode. Ce n’est pas que les acteurs jouent bien, ils sont les personnages, ils les incarnent avec leurs habits, leur physique, leur gestuelle, leur conviction.Quant au texte, on a l’impression que toutes les opinions y sont, même le plus extrémiste des Palestiniens donne aussi leur "droit au retour", à rentrer chez eux aux Israéliens.Nous avons aussi apprécié le poème dit en allemand. Cette pièce devrait être vue par un maximum de personnes, car il n’y a pas plus pédagogique que le théâtre pour faire comprendre la situation en Israël-Palestine. Chaque personnage défend son opinion, son vécu, avec humanité. Souhaitons des temps meilleurs pour la culture afin qu’il y ait une reprogrammation et une tournée de cette pièce. En un mot BRAVO ! Que cette pièce trouve le chemin des salles de théâtre. Amitiés. Marie José Elhaimer, Présidente des « Amis du théâtre en liberté de Jénine »

Bernard Bloch
ber.bloch@orange.fr
Skype : bernard.marc49
Mobile : 06 80 13 35 77
WhatsApp : 0033680133577



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • FESTIVAL DE CANNES : LETTRE D’ARTISTES PALESTINIENS CONCERNANT LEUR REFUS DE PARTICIPER AU FESTIVAL

    Nous, l’équipe de tournage du film ‘Let It Be Morning’ souhaitons faire le communiqué suivant concernant notre décision de ne pas participer au festival de Cannes :
    Nous soutenons notre ami et camarade Eran Kolirin et nous sommes fiers d’avoir participé au projet de film inspiré du roman éponyme de Sayed Kashua ‘Let It Be Morning’. Nous sommes heureux que le film ait été sélectionné à Cannes.
    Ce film est le fruit d’une production collective qui décrit “l’état de siège” que nous vivons comme l’a écrit le (...)

  • La NAKBA continue

    Ayaled Shaked demande l’expulsion de Salah Hamouri
    Le 30 juin 2021, la ministre de l’Intérieur israélienne a annoncé sur les réseaux sociaux avoir signé la révocation du titre de résidence à Jérusalem de Salah Hamouri.
    Cette décision de l’actuelle ministre de l’Intérieur israélienne met à exécution ce que son prédécesseur avait déjà réclamé en septembre 2020. Cette mesure entraînerait une expulsion définitive et l’impossibilité pour Salah de vivre à Jérusalem mais également en Palestine, c’est à dire l’exil (...)

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)