Amis des arts et de la culture de Palestine

L’or Rouge.

Tout au nord de la bande de Gaza, a moins d’un kilomètre de la barrière israélienne, s’étendent les champs de fraises qui ont fait la célébrité de Beit Lahia, centre de l’empire de l’ "or rouge" !
A Beit Lahia, où on fait 2 récoltes de fraises par an, en mai et en décembre, on retrouve des fraises jusque sur le logo officiel de la ville !
En mai 1863 Victor Guérin, un Français, professeur de rhétorique et archéologue amateur, avait visité Beit Lahia, alors un village, et avait remarqué son climat particulier qu’il avait attribué à la proximité de dunes de sable élevées.
Aujourd’hui, As’ad Eldebeleh, producteur de fraises de Beit Lahia, se plaint à la caméra d’Iyad que le temps anormalement chaud cette année (qu’il attribue au réchauffement climatique) a réduit la production de fraises cette année.
Avant le blocus israélien en juin 2007, il y a plus de 12 ans, la Bande de Gaza exportait ses fraises, en Israël principalement, ce qui assurait du travail pour de nombreux saisonniers et des revenus confortables aux producteurs. Aujourd’hui Israël n’autorise plus que les "exportations" en Cisjordanie mais dans des conditions telles que les fruits s’abîment pendant le transport et surtout la durée de ses divers contrôles.
Malgré tout, les agriculteurs continuent à planter et cultiver ces fruits qui font leur fierté.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Covid-19 : les Palestiniens abandonnés à leur sort pendant qu’Israël vaccine à tour de bras

    Alors que les Israéliens enregistrent un nombre record de vaccinations, les territoires occupés font toujours des pieds et des mains pour obtenir un vaccin contre le coronavirus.
    Israël s’est vanté de surpasser les autres pays avec sa campagne de vaccination contre le virus Covid-19, plus de 12 % de sa population ayant reçu la première de deux injections depuis décembre.
    Pfizer se vend au plus offrant
    Le pays cherche à être le premier au monde à réussir à se libérer de la Covid-19, en faisant (...)

  • COMMENT UN HOMME INTÈGRE ET COURAGEUX, À LA TÊTE DE L’UNRWA, A ÉTÉ LAMINÉ PAR LES MÉTHODES NAUSÉABONDES DU LOBBY ISRAÉLIEN

    L’enquête de l’ONU sur Pierre Krähenbühl, ancien commissaire général de l’UNRWA, obligé de démissionner après avoir été traîné dans la boue, montre que les accusations portés contre lui étaient fausses, et que le dossier est vide.
    Pierre Krahenbühl, a en fait commis une faute impardonnable : il a défendu les réfugiés palestiniens jusqu’au bout. Il s’est démené pour faire vivre cet organisme des Nations Unies, chargé de veiller à la sécurité alimentaire, sanitaire et éducative des réfugiés palestiniens. Y compris (...)

  • Christophe Oberlin : « L’avenir est à la judiciarisation de la question palestinienne »

    La nouvelle est tombée le 20 décembre 2019. La Procureure auprès de la CPI, Fatou Bensouda annonçait « qu’au terme d’un examen préliminaire approfondi, mené en toute indépendance et objectivité, de l’ensemble des renseignements fiables qui sont en la possession de son Bureau, ce dernier est parvenu à la conclusion que tous les critères définis dans le Statut de Rome pour l’ouverture d’une enquête étaient remplis ».
    L’enjeu de cette enquête ? « Les crimes présumés commis sur le territoire palestinien occupé, (...)