Amis des arts et de la culture de Palestine

L’or Rouge.

Tout au nord de la bande de Gaza, a moins d’un kilomètre de la barrière israélienne, s’étendent les champs de fraises qui ont fait la célébrité de Beit Lahia, centre de l’empire de l’ "or rouge" !
A Beit Lahia, où on fait 2 récoltes de fraises par an, en mai et en décembre, on retrouve des fraises jusque sur le logo officiel de la ville !
En mai 1863 Victor Guérin, un Français, professeur de rhétorique et archéologue amateur, avait visité Beit Lahia, alors un village, et avait remarqué son climat particulier qu’il avait attribué à la proximité de dunes de sable élevées.
Aujourd’hui, As’ad Eldebeleh, producteur de fraises de Beit Lahia, se plaint à la caméra d’Iyad que le temps anormalement chaud cette année (qu’il attribue au réchauffement climatique) a réduit la production de fraises cette année.
Avant le blocus israélien en juin 2007, il y a plus de 12 ans, la Bande de Gaza exportait ses fraises, en Israël principalement, ce qui assurait du travail pour de nombreux saisonniers et des revenus confortables aux producteurs. Aujourd’hui Israël n’autorise plus que les "exportations" en Cisjordanie mais dans des conditions telles que les fruits s’abîment pendant le transport et surtout la durée de ses divers contrôles.
Malgré tout, les agriculteurs continuent à planter et cultiver ces fruits qui font leur fierté.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • LE JUGEMENT HISTORIQUE DE LA COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L’HOMME EST DÉFINITIF !

    Ça y est ! C’est définif : il n’y a pas eu de recours de la part du gouvernement français auprès de la Chambre d’appel de la Cour Européenne des droits de l’Homme, en ce 18 septembre 2020, qui était la date limite pour un éventuel recours. L’Etat français est bel et bien condamné pour avoir sanctionné l’appel au boycott d’Israel, indique Me Grégory THUAN Dit DIEUDONNE !
    C’est curieux comme les médias dominants ont été discrets sur ce scoop historique, dont la portée s’étend à la totalité du continent (...)

  • Washington sanctionne Fatou Bensouda, la procureure de la Cour pénale internationale

    Washington dénonce l’enquête pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité en Afghanistan et les enquêtes contre Israël pour crimes de guerre en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.
    Washington avait auparavant déjà interdit d’entrée aux Etats-Unis des responsables de la Cour et révoqué le visa américain de Fatou Bensouda.
    Après des mois de menaces et à deux mois de la présidentielle aux Etats-Unis, l’administration de Donald Trump a mis sa menace à exécution contre Fatou Bensouda, la procureure de la (...)

  • La vie sous surveillance dans la plus grande prison du monde

    Les drones israéliens : Une torture de tous les instants pour les Gazaouis
    Le traumatisme de la population Gazaouie créé par la surveillance constante
    des drones israélien
    Souce : CAPJPO EuroPalestine