Amis des arts et de la culture de Palestine

Jumelage du camp d’Aïda et de Nogent sur Oise

Les Amis d’Al Rowwad ont assisté hier, samedi 20 juin, à la cérémonie de jumelage du camp d’Aïda avec la ville de Nogent sur Oise. Vous trouverez ci après un compte rendu de cet évènement par Jean-Claude PONSIN :

"J’étais particulièrement heureux parce que nous attendions ce jumelage depuis 2002. C’est en effet au cours d’un voyage en Palestine, en octobre de cette année, que nous en avons formulé le souhait à Fernand Tuil, organisateur du voyage. Aïda était en effet un des derniers camps, sinon le dernier, a ne pas être jumelé avec une ville française.

Ce jumelage est plein de promesses.

D’abord par la qualité des ceux qui l’ont initié.

Je ne parle pas de Fernand Tuil et de son équipe de l’Association pour le Jumelage de Villes Françaises et de Camps Palestiniens (AJPF), dont le dynamisme et la fidélité obstinée font l’admiration de tous. C’est d’ailleurs l’AJPF qui a organisé ce jumelage Aïda-Nogent et a fait venir la délégation palestinienne.

Je parle de ceux qui se sont engagés dans cette aventure, du côté palestinien, c’est-à-dire le comité populaire du camp et l’association Al-Rowwad et du côté français, la mairie de Nogent sur Oise, qui a eu le courage de refuser les conseils de prudence que n’a pas manqué de susciter sa décision.

Six personnes d’Aïda sont venues, toutes du comité populaire et parmi elles quatre d’Al-Rowwad, dont Abdelfattah, directeur du centre culturel Al-Rowwad et co-président des Amis d’Al-Rowwad. Les relations des deux organisations sont étroites et le comité populaire a participé à la construction de l’immeuble du centre culturel dont il utilise fréquemment les locaux.

Le conseil municipal de Nogent sur Oise vient d’être élu sur une liste d’union de la gauche comprenant socialistes, communistes, verts et autres, et on pourrait penser que c’est “ la gauche ” qui impose cette décision à la ville. Si “ la gauche ” en est bien l’instigatrice, c’est à l’unanimité que le Conseil municipal a adopté cette initiative, les représentants de l’opposition ayant voté la résolution. Autrement dit, la cause palestinienne a été assez convaincante pour que se taisent les différences politiques. C’est ce qu’a souligné Fernand Tuil dans son allocution. Ne soyons pas naïfs : les différences subsistent mais la Palestine a pu obtenir une trêve, comme on en voit dans les conflits a l’occasion de Noël. La cause palestinienne manifeste ainsi sa force morale, au même titre que l’humanisme chrétien. Ce simple fait nous encourage à persévérer dans la voie de la solidarité : la cause palestinienne est porteuse d’espoir.

L’accueil de la municipalité de Nogent a été chaleureux. Son maire, M. Jean-François Dardenne, a fait un exposé bien documenté sur la situation en Palestine et les souffrances d’une population occupée et enfermée. Il a constitué une équipe dynamique et soudée, avec en particulier M. Jean-Baptiste Rieunier, adjoint chargé des relations internationales et M. Sofiane Elhamouyi, jeune président du comité de jumelage.

Est venue aussi à cette célébration la déléguée de Palestine en France, madame Hind Khouri, qui a su faire une intervention simple mais très éloquente. Elle était manifestement émue elle-même et elle a su nous émouvoir.
Le délégué de l’UJFP (Union des Juifs Français pour le Paix) était également présent. Dans son allocution il a dénoncé la mauvaise foi du dernier discours du Premier Ministre israélien Netanyahou et apporté sa solidarité à la démarche de la municipalité.

Jean-Luc Bansard, directeur du théâtre du Tiroir à Laval (qui a mis en scène « Retour à Haïfa) a rencontré la délégation palestinienne pour mettre au point deux projets : formation d’acteurs en Palestine fin septembre et collaboration avec Abdelfattah pour le prochain spectacle de la troupe Al-Rowwad en France, l’année prochaine, qui reprendra un texte du prestigieux Ghassan Kanafani.

Des manifestations de ce genre sont souvent conventionnelles et ennuyeuses. Ce n’était pas le cas à Nogent : l’allant du Maire et du Conseil municipal est tel que cette manifestation nous a donné confiance et espoir. C’est ainsi que nous voudrions voir plus souvent discuter politique, avec un parler vrai.

Nous mènerons des projets culturels avec Nogent, en particulier théâtre avec la troupe Al-Rowwad en 2010 et diffusion de l’artisanat palestinien et des produits de Palextile. Cette nouvelle collaboration a d’ailleurs déjà commencé puisque deux militants des Amis d’Al-Rowwad ont vendu sur le marché de Nogent le vendredi 19 juin de l’artisanat et des produits issus de notre coopérations avec les brodeuses d’Aïda.. Elle s’avère d’ores et déjà enthousiasmante."

JC Ponsin
Président des Amis d’Al-Rowwad



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Flottille vers Gaza : la procureure de la CPI réitère son refus de poursuivre Israël

    La procureure de la Cour pénale internationale (CPI) a réaffirmé lundi qu’il n’y avait pas matière à poursuivre Israël pour le raid meurtrier contre une flottille humanitaire à destination de Gaza en mai 2010.
    La décision de la procureure Fatou Bensouda survient trois mois après que la CPI lui a ordonné, pour la deuxième fois, de réexaminer la nécessité ou non de poursuivre Israël.
    "Il n’y a toujours pas de base raisonnable pour ouvrir une enquête", a déclaré Mme Bensouda à la Cour, dans un document (...)

  • Pourquoi j’ai intenté un procès à l’UE pour son commerce avec les colonies de peuplement

    Je fais partie d’un groupe de sept personnes qui ont intenté un procès à l’exécutif de l’Union européenne pour son commerce avec des colonies de peuplement dans des territoires sous occupation militaire.
    Il peut sembler étrange que nous ayons agi ainsi au même moment où le plus haut tribunal de l’UE statuait que tous les produits en provenance des colonies d’Israël en Cisjordanie et sur le plateau du Golan devaient être étiquetés avec précision.
    Toutefois, il faut souligner qu’en dépit de ce verdict, (...)

  • « Soumaya présente le point de vue des victimes de l’état d’urgence »

    Premier film à revenir sur les dégâts humains de l’état d’urgence instauré au lendemain des attentats de novembre 2015 à Paris, Soumaya n’a pas encore trouvé de distributeur.
    Soumaya est cadre dans une entreprise responsable de la sécurité de l’aéroport Charles de Gaulle. Musulmane, mère d’une petite fille, elle voit du jour au lendemain sa vie bouleversée lorsqu’elle est licenciée après avoir subi une perquisition administrative.
    Sur la base d’une dénonciation anonyme sans doute due à un collègue envieux, (...)