Amis des arts et de la culture de Palestine

J’attends la pluie, à Toulouse, Une exposition Avec Rana Bishara, Hani Zurob, Mohammed Joha et Nawras Shalhoub du 8 au 28 février

Les Dieux t’abandonnent, les lois te pressent et tu restes seul, témoin de l’inclinaison des arbres. ALors, tu réalises que les lamentations emplies de douleur telles une olive qui tomberait en automne n’ont pas de sens. Tu baisses la tête et tu attends la pluie pour grandir plus haut que le mur ; et c’est alors que nous nous mettrons debout pour accomplir les rites de la moisson et de la joie. Jusque là je reste là, à attendre la pluie.

Une exposition de Nawras Shalhoub
Avec Rana Bishara, Hani Zurob, Mohammed Joha et Nawras Shalhoub

Du 8 au 28 février 2019
Ouverture de l’exposition : du mercredi au samedi de 16h à 19h
et sur rendez-vous au 05 62 72 17 08

Née du désir de révéler la vie et la force créative de la Palestine, à rebours des informations négatives ou des préjugés, l’exposition conçue par Nawras Shalhoub réunit quatre artistes et trois musiciennes palestinien-ne-s.
J’attends la pluie est une rencontre au cœur de la création, toujours victorieuse sur la destruction

Vernissage le 8 février à 18h30
- 19h30 : Concert du trio CharqGharb, et performance de Rana Bishara
- 20h30 : Repas partagé (7€)
- 21h30 : Concert et Danses dabkeh

Nawras Shalhoub est né en 1974 dans le camp de réfugiés palestiniens de Al-Yarmouk, en Syrie. Il rejoint la Palestine et la bande de Gaza avec sa famille en 1994.
Il vit et travaille en France depuis 2007 après ses études à l’École Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg. Il s’installe à Toulouse en 2017, où il rejoint le collectif d’artistes Mix’Art Myrys.
Il expose son travail entre peinture, sculptures, vidéos et installations, en France, Italie, Corée, Palestine, Iran.

Rana Bishara est artiste plasticienne, photographe et performeuse. Elle est née en 1971 à Tarsheha, un village de Galilée au nord de la Palestine. Elle poursuit des études en peinture et philosophie à Haïfa en Palestine et à L’école d’Art et de Design de Savannah aux États Unis et travaille aujourd’hui entre Galilée et Jérusalem.

Hani Zurob est né dans le camp de Rafah à Gaza en 1976. Il intègre en 1994 l’université nationale Al-Najah à Naplouse où il obtient une licence d’arts plastiques, spécialisée en peinture à l’huile. Il vit et travaille à Paris depuis 2006.
Ses œuvres ont été exposées dans plusieurs expositions individuelles à Ramallah, Paris, Londres, Atlanta, Marrakech… Il a participé également à plusieurs expositions internationales.
Il a obtenu plusieurs prix arabes et internationaux dont Artistic residence à la Cité internationale des arts, Paris en 2006. Le prix et la Bourse Renoir en France, en 2009.
Hani Zurob est considéré comme un des artistes palestiniens les plus influents de sa génération. Son travail est en grande partie autobiographique avec des œuvres transcendant largement les frontières et la géographie. La majorité d’entre elles est créée avec du goudron (Zeft en arabe), de l’acrylique et des techniques mixtes.

Mohammed Joha est né à Gaza, Palestine en 1978.
Depuis 1995, l’artiste travaille la peinture, l’installation, la photographie et la vidéo. Il remporte en 2004 le prix jeune artiste « Hassan Al Hourani » de la Fondation AM Qattan et est élu artiste de l’année. Cela lui permet d’être accueilli en résidence à la Cité Internationale des Arts à Paris de 2005 à 2008 où il développe et renforce sa personnalité artistique. Il participe depuis à de nombreux workshops et expositions localement et internationalement. Mohammed Joha vit aujourd’hui à Paris.

CharqGharb est un trio composé de la pianiste Mira Abualzulof, de la flûtiste Leila Abukhater et de la violoniste Lamar Elias, trois jeunes femmes palestiniennes issues du Conservatoire régional de Toulouse. Passionnées de musique et de culture, elles entendent se dresser contre les normes culturelles et les stéréotypes culturels en cultivant une sonorité hybride, à la fois orientale et classique qui révèle une authentique fusion musicale, à mi chemin entre leurs études académiques et leurs racines maternelles.
Le trio propose un voyage au Moyen-Orient à travers la reprise de différentes pièces (Rohi Al-Khamash, Asmahan, Umm Kulthum, Fairuz, Abd Al-Wahab, Mohammad Qasabji, Riyad Sunbati, Wadi Al-Safi) arrangées dans différents styles classiques occidentaux.

Pour nous écrire : contact@mixart-myrys.org

Mix’art Myrys :
12 rue Ferdinand Lassalle
31200 TOULOUSE

Coordinateur : Joël Lecussan
assistant / administration : Bruno Bosnet
Communication : Renan Le Quéméner
développement de projet : Herveline Guervilly

Téléphone : 05 62 72 17 08

Pour se rendre chez nous
- Quartier Ponts-Jumeaux - Boulevard de Suisse
- En métro ligne B arrêt "Canal du Midi"
- En Bus n°16 arrêt "Suisse " et le n°15 arrêt "Tricou"
- Pour les marins bretons : 42°37’05" N - 1°25’12" E



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)

  • Gaza : la librairie al-Mansour, temple des livres de l’enclave palestinienne, détruite par un bombardement israélien

    Dans la bande de Gaza, le site était considéré comme le temple des livres. C’était le lieu où les lycéens pouvaient trouver un manuel scolaire, les plus pratiquants leur coran et les esprits bohèmes des traductions de Dostoïevski en arabe. Mais mardi dernier, 18 mai, la librairie al-Mansour a été réduite en poussière.
    « Il y a 100 000 livres sous ces ruines »
    Vers 5H00 du matin, Samir al-Mansour, son propriétaire, était chez lui et regardait les chaînes d’info arabes lorsqu’il a appris qu’un (...)

  • Médias détruits à Gaza : RSF demande à la procureure de la CPI de déterminer si ces bombardements constituent des crimes de guerre

    Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées. Les derniers bombardements en date ont détruit, samedi 15 mai, les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press (AP) et de la chaîne qatarie Al-Jazeera. L’armée israélienne justifie ces frappes en expliquant que des équipements du "renseignement militaire" du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, se trouvaient dans les immeubles visés. (...)