Amis des arts et de la culture de Palestine

Gaza : stand-in en solidarité avec le prisonnier gréviste Maher Al-Akhras

Communiqué de presse de la Commission des Prisonniers et des Libérés - Bande de Gaza.

Sauvez la vie du détenu palestinien Maher Al-Akhras de la mort ! Sauvez le peuple palestinien du crime qu’est la détention administrative. Depuis le vingt-sept juillet dernier et à la vue du monde entier, nous suivons la grève de la faim du citoyen palestinien Maher Abdel-Latif Al-Akhras (49 ans) du camp de réfugiés de Jénine en Cisjordanie et père de six des enfants, dont la plus jeune est Taqa, sa fille de 5 ans. Maher al-Akhras a été arrêté le 27 juillet dernier et est détenu depuis sous le régime de la détention administrative. Il s’agit de la 54000ème détention administrative prononcée depuis 1967, moyen de punition collective aux mains de l’occupation, et politique constante dans ses relations avec les Palestiniens. Véritable épée suspendue au cou du peuple palestinien, elle a touché tous les segments et groupes de la société palestinienne, hommes et femmes, jeunes et vieux.

Les autorités d’occupation ne se sont pas contentées de priver la liberté du citoyen par la détention administrative, mais l’ont privé du droit fondamental de connaître les raisons de son arrestation et les charges retenues contre lui ou les justifications de son maintien en détention. Cela sans le présenter à un procès équitable, ni permettre à l’avocat du détenu de consulter son dossier, sous le prétexte de ce qu’on appelle le dossier secret, ce qui contrevient aux règles les plus simples du droit international. Le citoyen palestinien Maher Al-Akhras est l’une des victimes de la détention administrative, avec des milliers d’autres arrêtés administrativement. Certains d’entre eux ont vu leur détention administrative renouvelée à plusieurs reprises et d’autres ont passé de nombreuses années en prison, sans inculpation ni procès. Par conséquent, nous pouvons dire : le comportement israélien à cet égard constitue un crime qui mérite des poursuites et appelle une campagne pour mettre fin à la détention administrative. Compte tenu de l’incapacité des institutions de défense des droits de l’homme à protéger les détenus administratifs et en finir avec cette politique de détention, les détenus administratifs sont contraints de recourir aux grèves de la faim comme moyen légitime de protestation pour de refuser leur maintien en détention administrative. Maher Al-Akras fait partie de ces détenus dont l’état de sa santé s’est détérioré au point de mettre en danger.

Par conséquent, du fait de notre position et nos responsabilités nationales, morales et humanitaires, nous nous tournons vers tous les peuples libres du monde et les défenseurs de la démocratie et des droits de l’homme et vers toutes les institutions internationales des droits de l’homme, et nous leur lançons un appel. Premièrement : une intervention urgente pour sauver la vie du détenu Maher Al-Akhras, pour assurer sa libération immédiate et lui permettre de retourner dans sa famille et ses enfants sans restrictions ou conditions.

Deuxièmement : faire pression sur l’occupation israélienne pour qu’elle libère tous les détenus administratifs et en finir avec la détention administrative, considérant qu’il s’agit d’une mesure extrêmement cruelle et d’une forme de détention arbitraire. Nous espérons que notre cri sera entendu et attendons une réponse urgente des personnes de conscience, conformément à l’ABC des droits de l’homme.

La Commission des Prisonniers et des Libérés - Bande de Gaza

© Gaza Stories, 2020



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Médias détruits à Gaza : RSF demande à la procureure de la CPI de déterminer si ces bombardements constituent des crimes de guerre

    Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées. Les derniers bombardements en date ont détruit, samedi 15 mai, les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press (AP) et de la chaîne qatarie Al-Jazeera. L’armée israélienne justifie ces frappes en expliquant que des équipements du "renseignement militaire" du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, se trouvaient dans les immeubles visés. (...)

  • Israël, Cour pénale internationale et ONG

    PAR CHRISTOPHE OBERLIN
    A la suite de l’Agence France Presse, de nombreux médias français reprennent l’événement que constituerait la dénonciation d’un apartheid israélien par l’ONG Nord-américaine Human Rights Watch. C’est faire peu de cas d’un autre événement, historique celui-là, qui est l’ouverture d’une enquête de la Cour Pénale Internationale sur la « Situation dans l’Etat de Palestine » le 3 mars 2021. Et c’est aussi donner aux ONG une importance qu’elles n’ont pas.
    Les organisations non gouvernementales (...)

  • Une Nakba permanente à Jérusalem

    Israël commet une Nakba permanente à Jérusalem-Est occupée.
    Des organisations de colons menacent d’expulser par la force 15 familles palestiniennes de leurs domiciles à Jérusalem dans les quelques mois à venir.
    Cela correspond à 37 maisonnées et à environ 195 individus, selon le groupe palestinien de défense des droits humains Al-Haq.
    Les familles résident dans le secteur de Karm al-Jaouni, quartier de Sheikh Jarrah, et dans le secteur de Batan al-Hawa, quartier de Silwan.
    En novembre, des (...)