Amis des arts et de la culture de Palestine

"Gaza Stories" Le musée est au sous-sol

Marwan Shahwan a commencé à collectionner des antiquités il y a 35 ans. Tout a commencé au marché de Khan Younès, quand il y a acheté un objet ancien fabriqué en cuivre…
Menuisier, Marwan circulait partout dans toute la Bande de Gaza. Il avait appris que l’armée israélienne achetait des objets et des monuments anciens à des habitants peu conscient de leur valeur patrimoniale. En réaction, Marwan a commencé à acheter des objets anciens, considérant que ces antiquités doivent être conservées en Palestine.
Marwan a rapidement réalisé que ce patrimoine et ces ruines témoignent de l’identité, racontent l’histoire et prouvent les droits des Palestiniens sur cette terre. Ce n’était donc pas par hasard que les israéliens les achetaient pour se les attribuer à eux, à leur histoire.
Marwan essaye de collecter des pièces qui datent de toutes les civilisations qui se sont succédées en Palestine : Egyptiens, Philistins, Syriens, Grecs, Romains, Byzantins, Mamelouks, Ottomans… Sans oublier les Croisés, venus au XIIe siècle laissant châteaux, monastères…
Bien que tous les projets de Marwan soient "en attente" à cause du blocus israélien, il ne perd pas son objectif : avoir un musée international pour exposer les monuments et le patrimoine palestinien.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • L’annexion ne concerne pas seulement le vol de terres – elle expulse les Palestiniens

    Ce que la communauté internationale considère comme une démarche illégale sous occupation est en fait une autre étape du projet colonial de peuplement vieux d’un siècle.
    Pour de nombreux lecteurs des sites d’information grand public ces dernières semaines, il peut sembler qu’Israël se prépare à mettre en œuvre un plan drastique d’annexion de la Cisjordanie occupée, suite à l’accord de coalition du nouveau gouvernement israélien et au soi-disant « Deal du siècle » des États-Unis.
    Mais les Palestiniens (...)

  • Ce que vous devez savoir sur l’enquête de la CPI sur les crimes de guerre en Palestine occupée

    Fatou Bensouda, procureur en chef de la Cour pénale internationale (CPI), a, une fois pour toutes, levé les doutes sur la compétence de la Cour pour enquêter sur les crimes de guerre commis en Palestine occupée.
    Le 30 avril, Bensouda a publié un document de 60 pages établissant dans le détail les bases juridiques de cette décision, concluant que « l’Accusation a soigneusement examiné les observations des participants, et reste d’avis que la Cour a compétence sur le Territoire palestinien occupé ». (...)

  • La Haute Cour de justice israélienne : un leurre, dénonce Gideon Levy

    Dans un article intitulé "Où a été la Haute Cour de justice jusqu’ici ?", Gidéon Levy s’attaque à ceux qui essaient de faire passer cette dernière pour un parangon de justice et Israël pour une démocratie.
    "La Haute Cour de justice est l’un des stratagèmes les plus intelligents d’Israël. Rien ne vaut la Haute Cour pour incarner Israël tel qu’il souhaite être vu : éclairé, constitutionnel, démocratique. La Haute Cour est son Dôme de fer en matière de démocratie. S’il y a des injustices, la Haute Cour les (...)