Amis des arts et de la culture de Palestine

Gaza Noël

La Bande de Gaza compte, dans sa population, plusieurs milliers de chrétiens : entre 1500 et 3000 selon les sources, 2500 officiellement (Autorité palestinienne). Ce sont majoritairement des chrétiens orthodoxes mais il y a une forte communauté catholique et aussi des chrétiens coptes et baptistes.
Iyad nous présente le déroulement du Noël qui vient d’être fêté par les catholiques dans la ville de Gaza (https://www.youtube.com/watch?v=MtDRk... ). Près de l’entrée de l’église deux fidèles nous expliquent les difficultés que les autorités israéliennes font aux chrétiens de Gaza qui désirent aller à Bethléem pour fêter Noël.
Il faut savoir que cette année les chrétiens de Gaza ont déposé 1500 demandes d’autorisation mais le service du ministère israélien de la Défense qui délivre les permis, la COGAT (Coordination des activités du gouvernement dans les territoires) avait tout simplement décidé d’interdire à tous les chrétiens de Gaza de célébrer Noël à Bethléem ! Cette décision avait provoqué de nombreuses protestations internationales comme, par exemple, en France, où deux sénateurs, Nathalie Goulet (UC) et Bruno Retailleau (chef du groupe LR) ont exprimé leur indignation à l’ambassadrice d’Israël. Sous cette pression les autorités d’occupation ont fini par céder mais n’ont délivré que 200 permis au lieu des 600 habituels.
Une femme se désole de ne pas avoir eu de laisser passer pour se rendre à Bethleem ; elle fêtera Noël à Gaza en famille. Un jeune homme qui lui a réussi à avoir une autorisation, après 13 ans d’interdiction, n’en n’a pas reçu pour sa mère et ses frères et sœurs. Difficile de croire que ce n’est pas intentionnel quand ce même jeune homme nous explique que la COGAT a délivré des autorisations à des enfants mais pas leurs parents !
Même pendant les fêtes de Noël les tourments et la pression maintenus par le blocus israélien de Gaza ne connaissent pas de trêve !



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)

  • Gaza : la librairie al-Mansour, temple des livres de l’enclave palestinienne, détruite par un bombardement israélien

    Dans la bande de Gaza, le site était considéré comme le temple des livres. C’était le lieu où les lycéens pouvaient trouver un manuel scolaire, les plus pratiquants leur coran et les esprits bohèmes des traductions de Dostoïevski en arabe. Mais mardi dernier, 18 mai, la librairie al-Mansour a été réduite en poussière.
    « Il y a 100 000 livres sous ces ruines »
    Vers 5H00 du matin, Samir al-Mansour, son propriétaire, était chez lui et regardait les chaînes d’info arabes lorsqu’il a appris qu’un (...)

  • Médias détruits à Gaza : RSF demande à la procureure de la CPI de déterminer si ces bombardements constituent des crimes de guerre

    Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées. Les derniers bombardements en date ont détruit, samedi 15 mai, les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press (AP) et de la chaîne qatarie Al-Jazeera. L’armée israélienne justifie ces frappes en expliquant que des équipements du "renseignement militaire" du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, se trouvaient dans les immeubles visés. (...)