Amis des arts et de la culture de Palestine

Gaza : Lettre au président E.Macron

Monsieur le Président de la République française

Nous, Palestiniens de Gaza de tous sexes et de tous âges, avons vécu et vivons encore, une vie d’esclaves et d’opprimés sous l’occupation israélienne.

Cette occupation qui massacre et bombarde aveuglément les civils palestiniens, petits et grands, jeunes ou vieux, femmes ou enfants sans distinction aucune, ne cesse d’opprimer notre peuple, nous Palestiniens.

La souffrance du peuple palestinien n’a pas cessé depuis les 3 grandes offensives militaires israéliennes entre 2008 -2014. Elles ont fait des milliers de victimes innocentes, elles n’ont pas été sanctionnées et 2 millions d’habitants vivent dans une grande prison à ciel ouvert à cause du blocus imposé par Israël depuis 13 ans et sans que cela ne pose de problème à la communauté européenne et mondiale

Mais surtout à vous, Monsieur le Président de la France. La France, le pays des droits de l’homme. Mais où sont les droits de l’homme pour nous les Palestiniens ? Où sont les droits de l’homme quand Israël occupe illégalement nos terres et tue nos femmes et nos enfants ?

Malheureusement, aujourd’hui, Israël continue ses crimes contre Gaza et son peuple et ne respecte aucune des résolutions de l’ONU. Israël avec ses gouvernements précédents et actuels, se proclame seul Etat démocratique dans la région. Mais ce n’est pas la réalité. Israël est un état d’apartheid, un Etat criminel envers le peuple palestinien.

Monsieur le Président de la république françaises, est- ce que ce n’est pas le moment pour la France, l’Etat des droits de l’homme, d’adopter une position claire face à ce qui se passe en Palestine ?

Est-ce que ce n’est pas le temps d’une intervention française pour mettre fin au terrorisme israélien et au génocide du peuple palestinien ?

La France doit cesser de fermer les yeux et faire honneur à ses valeurs et à ce qui a fait la grandeur de votre pays pour prendre une décision radicale face à Israël ! Le peuple Palestinien ne demande qu’une protection internationale, et la vôtre en l’occurrence ! Nous ne voulons pas d’une intervention militaire comme vous l’avez faite au Mali et en Libye. Nous vous demandons seulement de nous protéger et de sauver nos âmes de ce terrorisme israélien.

Ne nous tournez pas le dos, Monsieur le Président Prenez vos responsabilités en ayant le courage d’imposer à Israël l’arrêt total de ce génocide.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Un film en français sur la récolte des olives à Gaza

    Un film documentaire en français sur la récolte des olives dans la bande de Gaza inspiré par le poème de Ziad Medoukh.
    " Les Oliviers poussent encore à Gaza ".le réalisateur Soud Mehna, le photographe Mohamed Madhoun, la diplômés de français Rwan Shawa et les jeunes francophones de Gaza la vie ont participé à sortie de ce film magnifique.
    Bon film de Gaza la vie | Novembre 2021

  • Des employés d’Amazon et de Google réclament la rupture de leurs contrats avec l’armée israélienne

    Les deux firmes sont exhortées par près de 400 employés à renoncer à un contrat d’1,2 milliard de dollars qui prévoit la fourniture de services à l’armée et au gouvernement d’Israël
    Les appels lancés chez Amazon et Google sont toutefois restés sans réponse, alors que les deux firmes ont signé le contrat du projet Nimbus avec Israël le 24 mai Un groupe de 400 employés des géants technologiques Amazon et Google a publié mardi une lettre ouverte demandant à leurs employeurs de se retirer d’un contrat d’1,2 (...)

  • Les évadés palestiniens sont des combattants de la liberté

    Les six prisonniers palestiniens évadés sont les combattants de la liberté les plus audacieux qu’on puisse imaginer. Les Israéliens qui ont du mal à l’admettre feraient bien de se rappeler de nombreux films et séries télévisées qu’ils ont vus : S’évader de prison est la parfaite "fin heureuse". L’Acre Prison Break de 1947 - dans lequel des membres de l’Irgun, la milice clandestine pré-étatique dirigée par Menachem Begin, ont fait irruption dans la prison de la ville pour libérer les membres de la milice (...)