Amis des arts et de la culture de Palestine

Evolution du Play bus ou Bus de Jeux

Compte tenu du succès du « Play- bus », ou Bus de jeux, qui arpente avec plus ou moins de facilité les routes de Cisjordanie pour offrir aux enfants des villages les plus isolés l’accès à des jeux proposés par les animateurs, l’idée de construire et de vendre ces jeux a pris naissance.

Les déplacements en Cisjordanie sont difficiles et le terme est faible.
Si le bus de jeux, à la fois ludothèque itinérante et occasion d’animation ludique et socialisante, parvient à toucher chaque année 40 000 enfants, le développement des jouets, leur vente ou mise à disposition permettrait d’étendre et de pérenniser ce programme pédagogique.
Les jeux en vente en Palestine proviennent à 70% des colonies israéliennes et à 30% de Chine, ce qui n’est évidemment pas satisfaisant.
« La journée de l’enfant palestinien » insiste sur l’importance du jeu dans la structuration identitaire de l’enfant.

C’est ainsi qu’Al Rowwad a décidé de faire évoluer le programme initial du bus de Jeux en développant une unité de fabrication de jouets de qualité, en bois, d’extérieurs, éducatifs et mettant en valeur la culture palestinienne.

Un catalogue et des prototypes sont en préparation et 200 écoles sont concernées. Des centres culturels et d’animation locaux et des écoles ont déjà fait savoir leur intérêt pour investir dans ces jeux, 2 écoles en ont déjà acquis une petite vingtaine.
La fabrication de jeux d’inspiration palestinienne intéresse le Ministère de l’Education et de la Culture palestinien qui propose un programme aux enseignants pour l’intégration de ces jeux dans l’éducation des enfants. Le projet bénéficie du soutien du consulat de France à Jérusalem. Un concours va être lancé pour la création de jeux éducatifs intégrant un élément de la culture palestinienne.
En France, les coopérations s’annoncent financières (fondation Anbeer, Amis d’Al Rowwad, certains groupes AFPS,…) ou techniques : le groupe Al Rowwad Dijon propose ainsi d’accueillir des acteurs du Bus de Jeux pour leur formation et perfectionnement aux techniques de fabrication, d’animation spécialisée en jeux, etc...

Ce projet ambitieux et généreux nécessite néanmoins davantage de soutien.
En effet, pour permettre son développement, il faut construire des espaces pour permettre le développement de la fabrication de ces jeux, leur entretien, leur stockage, leur exposition, etc…et acquérir un complément d’outils et les matériaux.

Les objectifs de cette fabrication sont multiples : économique (acquérir une indépendance financière grâce aux produits des ventes), sociaux (créer des emplois et former des professionnels), pédagogique et ludique (permettre un plus large accès des enfants à des jeux de qualité, développer leurs aptitudes telles que adresse, stratégie, attention, sens du collectif, etc.)



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Quand Bla-Bla Car propose des assurances AXA !

    Merci à François, un lecteur qui nous informe qu’il a reçu en tant que conducteur pratiquant le bla-bla car, une proposition qu’il a déclinée dans ces termes :
    "Nous faisons souvent du covoiturage et j’ai reçu ce matin un mail de Bla-Bla Car me proposant une assurance "très intéressante" pour les gentils conducteurs comme moi, sponsorisée par AXA !!
    Voici ce que je leur ai répondu :
    "Avant qu’AXA puisse proposer son assurance pour les conducteurs utilisant Bla-bla Car, il faudrait qu’AXA cesse son (...)

  • Tour de France pour sensibiliser les Chrétiens au sort des Palestiniens

    Une initiative originale : un tour de France, avec un prêtre palestinien et un directeur d’école chrétienne de Palestine, est organisé du 24 au 30 janvier, à l’initiative d’Alain Duphil diacre à Toulouse, et président de l’association Une fleur pour la Palestine.
    "Nous souhaitons, avec 10 conférences, 8 messes, 3 émissions de radio et un certain nombre de rencontres, faire connaître la situation très difficile des chrétiens de Palestine du fait de l’occupation militaire israélienne et de la colonisation (...)

  • Allez à Gaza et criez « plus jamais ça » par Gidéon Lévy

    Il est très important de se souvenir du passé, et il n’en demeure pas moins important que d’être conscient et de faire face à ce qu’il se passe dans le présent. Les dizaines de chefs d’État qui sont arrivés en Israël hier se souviennent peut-être du passé, mais ils gomment le présent. En se taisant, en détournant leurs yeux de la réalité tout en s’alignant de manière inconditionnelle sur les positions d’Israël, ils ne manquent pas seulement à leurs devoirs, ils trahissent aussi la mémoire du passé au nom (...)