Amis des arts et de la culture de Palestine

Dimanche 12 novembre

Nous commençons la journée par une entrevue avec la directrice du Centre Culturel Français de Naplouse. Encore une personne très dynamique et qui "accroche" à notre projet de tournée de théâtre pour septembre prochain.

Nous apprenons en sortant que Youssef Hadji, le directeur de DARNA, a pu rentrer à Naplouse après 2 mois de vacances en France. C’est une bonne nouvelle.
En effet, Youssef est marocain et travaille pour une ONG française. Comme tous les étrangers vivant dans les territoires depuis 2000, il entre avec un visa touristique de trois mois car Israël ne délivre quasiment plus d’autre visa, ni pour regroupement familial, ni visa de travail. Et depuis le mois d’avril 2006, beaucoup de ces personnes se sont vu refuser l’entrée sur le territoire pour une période de 1 à 5 ans. Les médecins ou personnels des ONG étrangères sont aussi touchés. La responsable de Planète Finance vient de passer 5 jours en centre de rétention à Tel Aviv avant d’être autorisée à pénétrer en Israël.
Cette politique va priver la société civile palestinienne de nombreuses ressources et la déliter encore un peu plus.

A l’université El Nahja, nous retrouvons Hassan, le directeur du conservatoire de musique de Naplouse, qui est aussi professeur de musique ici. Campus tout neuf sur les hauteurs de Naplouse dominant toute la Cisjordanie. Plus de 16 000 étudiants ici, en sciences des technologies, architectures, beaux-arts, etc... Faire des études est le meilleur des passeports pour les palestiniens.

Nous rendons visite au père de Walid, professeur d’art plastique dans cette même université. Les larmes dans les yeux, il nous remercie pour la tournée en France. En fond d’écran, une photo de lui et Walid, radieux. C’était son unique fils, mort à 15 ans.

Nous déjeunons avec les familles des musiciens et enchaînons pour une réunion de travail à DARNA pour approfondir notre projet avec Abed et Youssef.

Soirée narguilé avec des amis de DARNA et les jeunes musiciens. Mélange des générations et des cultures dans une ambiance très conviviale. La soirée se termine vers 20h30, un couvre-feu implicite pèse aussi sur Naplouse.

Il y aura 11 arrestations durant la nuit dans un des camps de réfugiés très proches du centre ville.



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • « Soumaya présente le point de vue des victimes de l’état d’urgence »

    Premier film à revenir sur les dégâts humains de l’état d’urgence instauré au lendemain des attentats de novembre 2015 à Paris, Soumaya n’a pas encore trouvé de distributeur.
    Soumaya est cadre dans une entreprise responsable de la sécurité de l’aéroport Charles de Gaulle. Musulmane, mère d’une petite fille, elle voit du jour au lendemain sa vie bouleversée lorsqu’elle est licenciée après avoir subi une perquisition administrative.
    Sur la base d’une dénonciation anonyme sans doute due à un collègue envieux, (...)

  • L’Autorité palestinienne pensait que son respect des règles mènerait à l’indépendance, mais elle n’a fait que renforcer la domination israélienne

    Le texte qui suit est un extrait du nouveau livre de Noura Erakat Justice For Some : Law and the Question of Palestine (Justice pour certains : Le droit et la question de la Palestine). N. Erakat y expose comment la « quête illusoire » d’un État de l’Autorité palestinienne « a façonné chez les dirigeants palestiniens un attachement à la tutelle états-unienne et une réticence à adopter une ligne plus radicale, qui serait basée sur une politique de la résistance ».
    En 2018, la perspective d’un État (...)

  • LE CHAR ET L’OLIVIER, UNE AUTRE HISTOIRE DE LA PALESTINE

    Bonjour,
    Nous sommes heureux de vous annoncer la sortie du film :
    LE CHAR ET L’OLIVIER, UNE AUTRE HISTOIRE DE LA PALESTINE France | 2019 | 1h41 | Couleur Un documentaire de Roland NURIER
    AU CINÉMA LE 6 NOVEMBRE 2019
    Dates à retenir : ? Mois du Film Documentaire du 1er au 30 Novembre 2019 ? Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien le 29 Novembre 2019
    Ce documentaire essentiel permet d’avoir un éclairage nécessaire sur l’histoire de la Palestine. Apprendre du passé pour (...)