Amis des arts et de la culture de Palestine

Chaima, face aux défis de son handicap

Chaima Adel Qudieh, a 24 ans et habite à l’Est de Khan Younes dans le sud de la Bande de Gaza. Chaima est handicapée, souffre d’hémiplégie au niveau de ses jambes à cause des suites d’un cancer de la moelle épinière.
Pour Chaima, le premier défi à relever était le regard des gens. Cela a commencé avec l’école, mal adaptée pour qu’enfants valides et handicapés puissent se côtoyer. Ensuite, ce furent les problèmes pratiques (transports) pour aller à l’université. Les craintes et critiques que généraient son état étaient difficiles à entendre aussi, mais au fil du temps, elle a su surmonter chaque nouvelle épreuve pour réussir à réaliser ce qu’elle veut. Aujourd’hui elle peut être fière d’être arrivée.
Autre fierté : Chaima a réussi à trouver du travail. Récemment, elle a décidé de faire une formation pour devenir une traductrice en langage des signes pour le Croissant rouge. Et Chaima ne s’arrête pas là : elle réalise chaque jour une vidéo sur sa chaine YouTube pour enseigner cette langue à son tour !
Son message aux personnes ayant un handicap est simple : ne reculez pas devant les obstacles, continuer à faire ce que vous voulez de votre vie et ne comptez sur vous-même !



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • DES AVOCATS INTERPELLENT MACRON
  • Gaza : le double langage du procureur de la CPI alors qu’un génocide est en cours

    Le 3 décembre 2023, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a achevé sa première mission en Israël et en Palestine. En Israël, il a rencontré des survivants et des familles de victimes des attaques du Hamas du 7 octobre ; à Ramallah, en Palestine, il a tenu des réunions avec des responsables palestiniens et des victimes de Gaza et de Cisjordanie. Depuis le début de son mandat en juin 2021, il est resté relativement discret quant à la situation en Palestine, hormis sa promesse de se rendre (...)

  • L’attaque d’Israël contre le Freedom Theatre dans le camp de Jénine fait partie d’un génocide culturel

    La destruction du théâtre et l’arrestation de son personnel s’inscrivent dans une tentative générale visant à briser les Palestiniens de Cisjordanie occupée sur le plan psychologique et émotionnel
    Lorsque Mustafa Shetha, père de quatre enfants et directeur général du Freedom Theatre, a été enlevé de chez lui le mercredi 13 décembre, qu’on lui a bandé les yeux et qu’il a été incarcéré, battu et privé de nourriture et d’eau, ce n’était pas le fruit du hasard.
    Les soldats israéliens, qui avaient la moitié de son (...)