Amis des arts et de la culture de Palestine

Avec nos Remerciements

Nous tenons à remercier chaleureusement tous nos fidèles Donateurs et Membres pour leurs soutiens sans lesquels nous ne pourrions pas poursuivre nos activités tant en Palestine que ici en France avec notre boutique qui est le seul lieu permanent de démonstrations de l’art et de la culture de Palestine, mais aussi la participation avec des partenaires qui opèrent vers la Palestine.

Voici ci après un message reçu ce jour de la part de l’association e-hikaye pour le projet Kalam al Qalam que nous soutenons
Pour mémoire, cette même association a édité les livrets recettes - Palestine qui sont à la boutique

Chers amis qui nous avez soutenus cette année,

Face à une suite d’obstacles avec lesquels nous avons jonglé tout en espérant un dénouement de la situation, nous sommes restés silencieux. L’impasse semble dépassée.

Le projet Kalam al qalam menacé par la pandémie (fermeture des écoles et des frontières) puis les tensions politiques (impossibilité de circuler en Cisjordanie) n’a pas pour autant interrompu sa préparation des ateliers d’été.

Sur place, Fatmé (formatrice de professeurs de français en Cisjordanie du Sud) a coordonné la préparation du concours avec Manal (Centre culturel Alrowwad au camp d’Aïda, Bethléem) et Khouloud (Centre culturel AECHF, Vieille ville d’Hébron). Les ateliers d’écritures et de dessin se construisent à travers les échanges franco-palestiniens par visios...

Cependant, l’impossibilité d’aller en Palestine en août prochain se confirme (la frontière n’est ouverte qu’aux nationaux et à leurs familles). Nous avons alors décidé de reporter les ateliers en janvier 2022, période de vacances scolaires.

Dans les circonstances actuelles, c’est un avantage : nous avons le temps de renouer contact avec les enfants (l’école reprend le 15 août) et de suivre leurs réalisations (textes, dessins) afin de sélectionner les plus talentueux et les plus motivés pour les ateliers de janvier 2022.

A ceci, s’ajoute deux bonnes nouvelles :
Nous avons obtenu une subvention de la ville de Paris "séduite" par l’originalité du projet.et son lieu et l’Association des Amis de la Culture et de la Palestine nous a apporté un soutien financier inespéré.

Tout est donc en place pour la réalisation de Kalam al qalam qui n’est que repoussée.

Nous reprendrons le fil des informations après la pause estivale,
En vous remerciant pour votre fidélité et vos dons si précieux dans l’incertitude ambiante.

Nous vous souhaitons un très bel été en extérieur,
Au nom de Mariana, Florence, Yassine, Fatmé,



FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Les évadés palestiniens sont des combattants de la liberté

    Les six prisonniers palestiniens évadés sont les combattants de la liberté les plus audacieux qu’on puisse imaginer. Les Israéliens qui ont du mal à l’admettre feraient bien de se rappeler de nombreux films et séries télévisées qu’ils ont vus : S’évader de prison est la parfaite "fin heureuse". L’Acre Prison Break de 1947 - dans lequel des membres de l’Irgun, la milice clandestine pré-étatique dirigée par Menachem Begin, ont fait irruption dans la prison de la ville pour libérer les membres de la milice (...)

  • Des Juifs Européens pour une Paix Juste

    Le réseau des Juifs Européens pour une Paix Juste (EJJP en anglais, JEPJ en français), dont l’UJFP est membre, s’est vu refuser par la Commission Européenne la participation à un comité consultatif sur la stratégie à adopter pour lutter contre l’antisémitisme et favoriser une vie juive en Europe. Après plusieurs échanges de lettres avec les autorités de la Commission qui n’ont donné en réponse aucune explication à leur refus, une lettre ouverte a été rédigée le 5 juillet afin de faire connaître publiquement (...)

  • « PayPal collabore avec l’Anti-Defamation League, un important groupe de pression israélien, pour enquêter sur la manière dont les « mouvements extrémistes et haineux » collectent des fonds.

    Et avec les efforts de grande envergure de ce groupe de pression pour étiqueter le soutien aux droits des Palestiniens comme une forme de fanatisme anti-juif, cela pourrait être un autre moyen pour le secteur privé de censurer et d’entraver les militants antiracistes afin de protéger Israël.
    L’ADL se fait passer pour un groupe de défense des droits civiques tout en sapant systématiquement les mouvements de justice sociale et a ainsi dénoncé à plusieurs reprises les militants noirs pour avoir exprimé (...)