Amis des arts et de la culture de Palestine

Alerte LE YES THÉÂTRE EST EXPULSÉ DE SES LOCAUX

Paris, le 25/12/2019 Madame, Monsieur,

Nous vous interpellons sur la situation alarmante à laquelle est confrontée le Yes Theatre d’Hébron.

Victime collatérale de différents entre propriétaires immobiliers, le Yes theatre est expulsé sans préavis des locaux où il est implanté depuis de nombreuses années.

Lieu où il réalise un travail d’une grande qualité, sensibilité et créativité en utilisant l’outil théâtral au service du renforcement des enfants, des jeunes, des filles. Il offre un espace vital d’expression, de confiance, de paix, de réflexion à la population et tout simplement un accès au théâtre, avec des spectacles produits dans un espace avec scène, gradins et matériel technique acquis et construit au fil du temps.

Aujourd’hui, le Yes theatre a 1 mois pour quitter le bâtiment, et nous l’espérons fortement, trouver un nouveau lieu pour lui permettre de poursuivre ce travail essentiel à la communauté.

Le Yes theatre a besoin du soutien de tous et toutes pour disposer d’un nouveau local qui puisse convenir à ses activités de pratiques théâtrales ainsi que pour obtenir de la souplesse dans le si court délai qui lui est imposé.

Il convient donc d’interpeller à notre tour toute personne ou institution qui puisse agir pour que cette expulsion, exigée par des tiers, sans lien avec ce qu’est le Yes theatre, ne provoque pas la disparition de ce dernier.

Vous trouverez ci-dessous les explications de la situation en anglais adressées par le Yes Theatre.

Les Amis des Arts et de la Culture de Palestine vous remercient de votre engagement, de la diffusion et du soutien que vous pourrez apporter.

Descriptif de la situation du Yes Theatre
• Currently, Yes Theatre is facing a big problem that might affect its sustainability. This problem summarized in the following points :

• Yes Theatre works in a rented building, and it doesn’t own space. This means that the theatre works in a place that hasn’t control over.
• The owner of the property has an intention to demolish the building and construct a tower in the same place.
• The Palestinian court issued an evacuation order for the theater building without informing the top management of Yes theatre.
• Yes Theatre is not renting the place through another organization called Child Happiness Center. The owner knows about Yes Theatre, and he had to come to our offices to receive his cheques.
• The owner denies that Yes Theatre uses the place. Yes Theatre is paying $12,000.0 every year to the Child Happiness Center.
• Yes Theatre is a victim for the owner of the property and the Child Happiness Center as both of them abuse our organization and involve us in their legal disputes.
• Yes Theatre has one month to evacuate the place without having an alternative space that our organization could use for its activities
Also, I am available to have a skype meeting to provide more details.
Mohammad Issa -Tel/Fax : 00970-2-2291559

Documents à télécharger

 


FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Christophe Oberlin : « L’avenir est à la judiciarisation de la question palestinienne »

    La nouvelle est tombée le 20 décembre 2019. La Procureure auprès de la CPI, Fatou Bensouda annonçait « qu’au terme d’un examen préliminaire approfondi, mené en toute indépendance et objectivité, de l’ensemble des renseignements fiables qui sont en la possession de son Bureau, ce dernier est parvenu à la conclusion que tous les critères définis dans le Statut de Rome pour l’ouverture d’une enquête étaient remplis ».
    L’enjeu de cette enquête ? « Les crimes présumés commis sur le territoire palestinien occupé, (...)

  • Déclaration sur l’antisémitisme et la question de Palestine

    Cent vingt-deux intellectuels et intellectuelles palestiniens et arabes répondent à la définition de l’antisémitisme promue par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste qui est utilisée, dans plusieurs pays d’Europe et d’Amérique, pour réprimer le soutien aux droits palestiniens. Cette Déclaration est publiée conjointement en arabe par Al-Quds (Londres) et Al-Ayyam (Ramallah), en hébreu par Haaretz (Tel-Aviv), en anglais par The Guardian (Londres), en allemand par Die Tageszeitung (Berlin) (...)

  • Appel au boycott des produits israéliens : quand le ministère français de la Justice refuse de distinguer entre des produits et des hommes

    Peut-on encore espérer des autorités françaises une attitude rationnelle au sujet des appels au boycott des produits israéliens ? On peut légitimement se poser la question à la lecture d’une récente dépêche du ministère de la justice.
    Dans son arrêt Baldassi du 11 juin 2020 condamnant la France [1], la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a jugé que l’appel au boycott des produits israéliens ne peut pas en soi constituer une infraction pénale : il est en effet couvert par la liberté d’expression (...)