Amis des arts et de la culture de Palestine

Alerte LE YES THÉÂTRE EST EXPULSÉ DE SES LOCAUX

Paris, le 25/12/2019 Madame, Monsieur,

Nous vous interpellons sur la situation alarmante à laquelle est confrontée le Yes Theatre d’Hébron.

Victime collatérale de différents entre propriétaires immobiliers, le Yes theatre est expulsé sans préavis des locaux où il est implanté depuis de nombreuses années.

Lieu où il réalise un travail d’une grande qualité, sensibilité et créativité en utilisant l’outil théâtral au service du renforcement des enfants, des jeunes, des filles. Il offre un espace vital d’expression, de confiance, de paix, de réflexion à la population et tout simplement un accès au théâtre, avec des spectacles produits dans un espace avec scène, gradins et matériel technique acquis et construit au fil du temps.

Aujourd’hui, le Yes theatre a 1 mois pour quitter le bâtiment, et nous l’espérons fortement, trouver un nouveau lieu pour lui permettre de poursuivre ce travail essentiel à la communauté.

Le Yes theatre a besoin du soutien de tous et toutes pour disposer d’un nouveau local qui puisse convenir à ses activités de pratiques théâtrales ainsi que pour obtenir de la souplesse dans le si court délai qui lui est imposé.

Il convient donc d’interpeller à notre tour toute personne ou institution qui puisse agir pour que cette expulsion, exigée par des tiers, sans lien avec ce qu’est le Yes theatre, ne provoque pas la disparition de ce dernier.

Vous trouverez ci-dessous les explications de la situation en anglais adressées par le Yes Theatre.

Les Amis des Arts et de la Culture de Palestine vous remercient de votre engagement, de la diffusion et du soutien que vous pourrez apporter.

Descriptif de la situation du Yes Theatre
• Currently, Yes Theatre is facing a big problem that might affect its sustainability. This problem summarized in the following points :

• Yes Theatre works in a rented building, and it doesn’t own space. This means that the theatre works in a place that hasn’t control over.
• The owner of the property has an intention to demolish the building and construct a tower in the same place.
• The Palestinian court issued an evacuation order for the theater building without informing the top management of Yes theatre.
• Yes Theatre is not renting the place through another organization called Child Happiness Center. The owner knows about Yes Theatre, and he had to come to our offices to receive his cheques.
• The owner denies that Yes Theatre uses the place. Yes Theatre is paying $12,000.0 every year to the Child Happiness Center.
• Yes Theatre is a victim for the owner of the property and the Child Happiness Center as both of them abuse our organization and involve us in their legal disputes.
• Yes Theatre has one month to evacuate the place without having an alternative space that our organization could use for its activities
Also, I am available to have a skype meeting to provide more details.
Mohammad Issa -Tel/Fax : 00970-2-2291559

Documents à télécharger

 


FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)

  • Gaza : la librairie al-Mansour, temple des livres de l’enclave palestinienne, détruite par un bombardement israélien

    Dans la bande de Gaza, le site était considéré comme le temple des livres. C’était le lieu où les lycéens pouvaient trouver un manuel scolaire, les plus pratiquants leur coran et les esprits bohèmes des traductions de Dostoïevski en arabe. Mais mardi dernier, 18 mai, la librairie al-Mansour a été réduite en poussière.
    « Il y a 100 000 livres sous ces ruines »
    Vers 5H00 du matin, Samir al-Mansour, son propriétaire, était chez lui et regardait les chaînes d’info arabes lorsqu’il a appris qu’un (...)

  • Médias détruits à Gaza : RSF demande à la procureure de la CPI de déterminer si ces bombardements constituent des crimes de guerre

    Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées. Les derniers bombardements en date ont détruit, samedi 15 mai, les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press (AP) et de la chaîne qatarie Al-Jazeera. L’armée israélienne justifie ces frappes en expliquant que des équipements du "renseignement militaire" du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, se trouvaient dans les immeubles visés. (...)