Amis des arts et de la culture de Palestine

5 juin : lecture théâtrale Internationale des MONOLOGUES DE GAZA

Les MONOLOGUES de GAZA.

Un témoignage universel d’une Adolescence en Résistance.

Des adolescent(e)s issu(e)s 7 pays et de nombreuses villes des Pays de la Loire, au
même moment du printemps, guidés par des artistes professionnels, diront, joueront,
danseront les paroles écrites par 33 jeunes de Gaza en 2010 après les massacres subis par la guerre israélienne "Plomb durci" de janvier 2009. !

Le théâtre pour guérir … ?

En 2009, le comédien gazaoui Ali Abu Yassine, du Théâtre Ashtar, forme des jeunes de la bande de Gaza à l’expression théâtrale, avec le soutien de l’UNICEF. En 2010, le théâtre Ashtar forme un nouveau groupe d’adolescents âgés de 14 à 18 ans, à l’aide de techniques d’art-thérapie et d’écriture. Les trois premiers mois sont consacrés à guider ces jeunes dans l’expression des blessures liées au traumatisme du récent conflit, de leur vécu, de leurs rêves, leurs peurs, leurs espoirs...

Ce travail a fait naître Les Monologues de Gaza. À la fin de l’année 2010, le projet acquiert une dimension internationale et donne lieu à une série de lectures et de performances menées par des jeunes du même âge, dans toute la Palestine ainsi que dans 50 villes du monde entier, le tout en 33 langues. !

Donner la parole à la jeunesse, avenir du monde.

Nous prolongeons cette performance durant la saison 2014-2015, par nécessité et par évidence après les derniers massacres à Gaza de l’été 2014. Il est nécessaire que d’autres jeunes du monde se joignent à la ronde mondiale des Monologues de Gaza commencée en 2010.

Ce projet porte aussi l’ambition d’accueillir en 2016 en tournée régionale en Pays de la Loire des jeunes venus de Palestine occupée qui auront vécu la même expérience. !

« Le théâtre est un lieu de résistance magnifique parce qu’il crée de l’espoir. Si nous
perdons l’espoir, nous perdons tout. Cela a été un voyage de transformation. Une réelle
renaissance, une découverte pour les enfants, de pouvoir s’exprimer d’une autre manière.

Ils ont été coincés dans cet état de siège jusqu’à aujourd’hui, et ils le sont encore. Malgré tout ce que le monde extérieur a fait ou non contre cela, Gaza est toujours en état de siège. »

Iman AOUN, initiatrice du projet en Palestine

Documents à télécharger

  Les MONOLOGUES de GAZA.


FAIRE UN DON

ACTUALITES

  • Arrêtez de comparer Israël à l’Afrique du Sud de l’apartheid ; c’est pire Par Thembisa Fakude

    Il est courant de nos jours de comparer le racisme institutionnel d’Israël et son occupation de la Palestine à l’apartheid sud-africain. Jusqu’à un certain point, c’est une comparaison raisonnable. Jusqu’à un certain point. Malgré toutes ses horreurs et sa brutalité, le régime d’apartheid en Afrique du Sud n’a jamais utilisé d’avions de chasse et d’artillerie pour bombarder les personnes opprimées vivant dans les townships. Israël l’a fait, et continue de le faire. C’est maintenant devenu presque une (...)

  • Gaza : la librairie al-Mansour, temple des livres de l’enclave palestinienne, détruite par un bombardement israélien

    Dans la bande de Gaza, le site était considéré comme le temple des livres. C’était le lieu où les lycéens pouvaient trouver un manuel scolaire, les plus pratiquants leur coran et les esprits bohèmes des traductions de Dostoïevski en arabe. Mais mardi dernier, 18 mai, la librairie al-Mansour a été réduite en poussière.
    « Il y a 100 000 livres sous ces ruines »
    Vers 5H00 du matin, Samir al-Mansour, son propriétaire, était chez lui et regardait les chaînes d’info arabes lorsqu’il a appris qu’un (...)

  • Médias détruits à Gaza : RSF demande à la procureure de la CPI de déterminer si ces bombardements constituent des crimes de guerre

    Depuis une semaine, les locaux de 23 médias locaux et internationaux ont été détruits par des frappes aériennes israéliennes ciblées. Les derniers bombardements en date ont détruit, samedi 15 mai, les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press (AP) et de la chaîne qatarie Al-Jazeera. L’armée israélienne justifie ces frappes en expliquant que des équipements du "renseignement militaire" du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans la bande de Gaza, se trouvaient dans les immeubles visés. (...)